La procureure d’Etat choisie par Ohana se retire suite aux polémiques
Rechercher

La procureure d’Etat choisie par Ohana se retire suite aux polémiques

Après l'opposition du procureur-général, la Haute cour a gelé la nomination d'Orly Ginsberg Ben-Ari

Orly Ginsberg Ben-Ari parle aux journalistes à la cour de district centrale à Lod, le 11 août 2015 (Crédit : Flash90)
Orly Ginsberg Ben-Ari parle aux journalistes à la cour de district centrale à Lod, le 11 août 2015 (Crédit : Flash90)

La candidate choisie par le ministre de la Justice Amir Ohana au poste de procureur d’Etat a renoncé à cette nouvelle fonction dans la journée de vendredi, après que cette nomination a entraîné une controverse intense dans le système judiciaire.

« Je reviens sur l’accord souscrit m’engageant à servir au poste de procureur d’Etat », a écrit la procureure-adjointe du district de Tel Aviv, Orly Ginsberg Ben-Ari, à Ohana.

Ginsberg Ben-Ari a expliqué qu’elle avait été entraînée contre son gré dans un combat opposant des autorités supérieures. Remerciant Ohana pour sa confiance et pour avoir exprimé sa certitude qu’elle serait à la hauteur de la fonction, elle a déploré « une tentative de faire de ma nomination une affaire politique et de la présenter comme entrant dans le cadre d’une initiative visant à nuire à l’Etat de droit ».

Elle a expliqué que cette tentative allait « à l’encontre de ma conduite et de mes valeurs ».

« L’atmosphère qui en résulte menace de nuire à la confiance du public dans les procureurs et de l’éroder encore davantage », a-t-elle expliqué.

« Je ne laisserai pas le système judiciaire pâtir davantage en mon nom et ce, tant que je serai en mesure de l’empêcher », a-t-elle poursuivi.

Le prochain candidat figurant sur la liste d’Ohana reste indéterminé.

Ohana avait annoncé la désignation de Ginsberg Ben-Ari au poste de procureur d’Etat mardi après le départ de Shai Nitzan, la veille.

Les candidats à la fonction de procureur d’Etat sont habituellement plus expérimentés que ne l’est actuellement Ginsberg Ben-Ari. Sa nomination pour ce mandat temporaire de trois mois (quoique renouvelable) avait entraîné de vives critiques de la part du procureur d’Etat et d’autres.

Ohana est un critique féroce de Nitzan et du procureur d’Etat. Il accuse les autorités judiciaires de complot à l’encontre du Premier ministre Benjamin Netanyahu, affirmant qu’elles s’efforcent de renverser ce dernier sur la base d’accusations mensongères et inventées de toutes pièces.

Le procureur général Avichai Mandelblit et le ministre de la Justice Amir Ohana à Tel Aviv, le 3 septembre 2019. (Crédit ; Tomer Neuberg/Flash90)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...