Rechercher

La réunion ministérielle très attendue concernant le logement a été annulée

Suite aux remous politiques, aucune nouvelle date n'a été prévue pour la réunion de la Commission ministérielle sur la planification à long terme dans le secteur du logement

Un chantier de construction d'un nouveau quartier résidentiel à Herzliya, le 27 mars 2020. (Crédit : Gili Yaari / Flash90)
Un chantier de construction d'un nouveau quartier résidentiel à Herzliya, le 27 mars 2020. (Crédit : Gili Yaari / Flash90)

Le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid a promis que malgré la chute du gouvernement, la question du coût de la vie restait un objectif important pour l’administration intérimaire et ne serait pas retardée par de nouvelles élections. Zeev Elkin, le ministre du Logement et de la Construction, a également promis qu’il continuerait à faire avancer les mesures ayant un impact sur les prix des logements.

Néanmoins, il est clair que l’agitation politique est déjà en train de perturber la planification à long terme du secteur du logement. Une réunion importante de la commission ministérielle du logement et des transports, prévue mardi, a été annulée dans la nuit.

Le ministre des Finances, Avigdor Liberman, et la ministre de l’Intérieur, Ayelet Shaked, devaient demander une augmentation officielle du nombre de nouvelles unités de logement prévues pour les années 2022 à 2025, de 104 000 par an à 125 000, ce qui représenterait une construction accélérée de 2,4 millions de nouveaux logements d’ici à 2040. Ils avaient également l’intention de recentrer les constructions prévues dans le centre du pays, de construire de manière encore plus dense à Tel Aviv et de moins se concentrer sur les autres villes de la région.

Mais à l’heure actuelle, les approbations de projets sont bien en deçà des objectifs fixés.  Les chiffres publiés par le Bureau central des statistiques (CBS) montrent que seulement 79 060 permis de construire ont été délivrés entre avril 2021 et mars 2022, et que 68 970 logements ont été mis en chantier en Israël entre avril 2021 et mars 2022. Ce chiffre marque une augmentation de 5 696 par rapport à l’année précédente. C’est le chiffre le plus élevé depuis 1995, mais il reste en deçà des objectifs gouvernementaux qui prévoyaient un minimum de 70 000 logements.

Près de la moitié des logements pour lesquels des permis ont été délivrés – 48,4 % – se trouvent à Tel Aviv dans les quartiers principaux où se trouvent un quart des mises en chantier. La plus forte concentration de nouvelles constructions est dans les sept villes suivantes : Tel Aviv-Yafo, Ashkelon, Jérusalem, Bat Yam, Rishon Lezion, Beit Shemesh et Netanya.

Les chiffres révèlent également que le programme de logement actuel risque de ne pas répondre aux besoins de ceux qui en ont le plus besoin. Environ 16,9 % des mises en chantier, soit 11 650 maisons, font partie de programmes subventionnés par le gouvernement, et seulement 2 280 appartements (environ 3,3 % du total) sont construits dans le cadre de programmes de location spécialisés.

La Société pour la Protection de la Nature en Israël (SPNI) a attaqué les plans du gouvernement visant à élargir la filière d’approbation des logements.  Dans une proposition soumise à la commission de la Knesset, que le Times of Israel a pu consulter, l’organisation a critiqué le processus de mise en œuvre de la planification.

La SPNI affirme que le gouvernement omet systématiquement d’examiner les obstacles à un développement réussi, notamment les infrastructures efficaces pour soutenir les nouveaux développements, le soutien aux espaces ouverts dans le cadre de ces développements et l’encouragement à la rénovation urbaine qui, selon elle, devrait passer d’environ 25 % de tous les développements à 50 % d’ici 2026. La SPNI accuse le gouvernement de travailler selon une approche dépassée de la planification et de « saper l’attrait du renouvellement urbain », et souhaite un changement d’approche pour réduire l’écart entre la planification et la construction.

Il n’y a pas, à ce jour, de nouvelle date pour la réunion du comité, et sans la possibilité d’obtenir son approbation, il n’y aura aucun changement concernant les objectifs de logement existants. Pourtant, entre le village de tentes qui s’est installé à Tel Aviv dimanche soir, et une grande manifestation annoncée pour le 2 juillet, le logement reste l’une des principales préoccupations des Israéliens.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...