Rechercher
Yom HaZikaron

La société haredi rend hommage aux soldats ultra-orthodoxes tués

Les autorités religieuses participent à la cérémonie annuelle avec les membres de Netzah Yehuda, un bataillon de troupes haredi

Un événement commémoratif pour les soldats ultra-orthodoxes à Jérusalem le 4 mai 2022. (Crédit : Autorisation)
Un événement commémoratif pour les soldats ultra-orthodoxes à Jérusalem le 4 mai 2022. (Crédit : Autorisation)

Parmi les innombrables événements de Yom HaZikaron qui ont eu lieu dans tout le pays mardi soir, il y a eu une cérémonie à Jérusalem consacrée à la mémoire des soldats ultra-orthodoxes de l’armée israélienne, morts pendant leur service.

Des centaines de membres des familles endeuillées ont assisté à l’événement, ainsi que les grands rabbins de Jérusalem Shlomo Amar et Aryeh Stern, le fondateur du parti Shas Aryeh Deri, et les soldats et commandants du bataillon ultra-orthodoxe Netzah Yehuda.

La cérémonie, qui en est à sa quatrième édition, a mis l’accent sur le lien entre les soldats haredi et tous les segments de la société israélienne. Elle était organisée par l’association Netzah Yehuda, qui aide les soldats haredi de Tsahal.

« Dans l’esprit de ceux qui sont tombés au combat, nous accomplissons nos tâches au quotidien. Dans cet esprit, nous formons nos soldats, et sur le terrain, nous agissons conformément aux histoires de bravoure et à nos traditions, en nous souvenant de leur chemin », a déclaré le lieutenant-général Mati Shevach, commandant du bataillon.

« Je peux encore entendre les voix de ceux que j’ai connus ; dans leurs voix, j’entends le dévouement de l’âme, l’héroïsme, la personne qu’ils étaient », a-t-il ajouté.

La cérémonie représente un changement progressif dans la manière dont la population ultra-orthodoxe considère Yom HaZikaron. Par le passé, de nombreux membres de cette communauté ne jouaient pas de rôle actif dans les événements commémoratifs nationaux et il n’était pas rare que certains membres de cette communauté soient filmés refusant de se tenir immobiles pendant les sirènes qui retentissent dans tout Israël deux fois dans la journée.

« Nous avons le privilège d’avoir instauré une tradition émouvante selon laquelle les victimes des programmes haredi ont droit à une commémoration appropriée lors d’un événement national adapté à la population haredi », a déclaré le rabbin David Fuchs, l’un des rabbins de Netzah Yehuda et l’un des fondateurs des programmes ultra-orthodoxes de Tsahal.

Le directeur général de l’association Netzah Yehuda, Yossi Levy, a déclaré que « la société haredi n’est plus à la traîne, elle partage la mémoire des victimes de Tsahal d’une manière respectueuse et appropriée et dans l’esprit de la Torah. »

Par le passé, de nombreux ultra-orthodoxes étaient réticents à s’identifier à l’État d’Israël en raison, entre autres, de son gouvernement laïc. Certains mouvements extrémistes sont ouvertement non-sionistes voire même antisionistes.

Cinquante-six soldats sont morts pendant leur service militaire depuis le dernier Yom HaZikaron. Quatre-vingt-quatre autres ancien combattants handicapés sont décédés à la suite de complications liées à des blessures subies pendant leur service.

Ces chiffres portent à 24 068 le nombre total de personnes décédées au service du pays depuis 1860.

Yom HaZikaron a été instituée en 1951 par le Premier ministre et ministre de la Défense de l’époque, David Ben-Gurion. Elle a été fixée au 4 Iyar du calendrier juif, la veille de Yom HaAtsmaout, qui débute quand Yom Hazikaron se termine.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...