Rechercher

La tour de David redevient le phare de la Vieille Ville

Une rénovation de 40 millions de dollars de la forteresse de Jérusalem s'achèvera bientôt, faisant entrer le "phare" historique de la ville dans le 21e siècle

Jessica Steinberg est responsable notre rubrique « Culture & Art de vivre »

Le pavillon d'entrée Patrick et Lina du musée rénové de la Tour de David, dont l'ouverture est prévue fin 2022 (Avec l'aimable autorisation de Kimmel Eshkolot Architects)
Le pavillon d'entrée Patrick et Lina du musée rénové de la Tour de David, dont l'ouverture est prévue fin 2022 (Avec l'aimable autorisation de Kimmel Eshkolot Architects)

Certaines zones de l’ancien musée de la tour de David à Jérusalem ont plus de 2 500 ans, avec certaines qui ont été régulièrement rénovées et d’autres ajoutées au fil des siècles, en fonction de la période et du dirigeant.

Aujourd’hui, la formidable forteresse fait l’objet d’un projet de rénovation s’élevant à 40 millions de dollars, pour rendre le complexe plus accessible, avec aussi un nouveau pavillon d’entrée et une exposition permanente à la pointe de la technologie.

L’ensemble du projet devrait s’achever fin 2022.

Après des années passées à entrer dans le musée depuis le côté est de la citadelle, plus proche de l’une des entrées du shuk de la Vieille Ville, l’entrée sera désormais du côté ouest de la citadelle, juste en face de la porte de Jaffa.

La Tour de David, située dans la citadelle fortifiée, était connue depuis des milliers d’années comme le « phare » de la ville, guidant les pèlerins s’approchant de Jérusalem par l’ouest, connue comme le premier point de repère de Jérusalem à l’horizon.

Les visiteurs marchaient dans sa direction, arrivant à la porte de Jaffa, connue comme telle parce qu’elle était approchée par l’ouest, depuis la ville de Jaffa. La porte était également connue sous le nom de « porte de David », en raison de son emplacement à côté de la tour de David.

Un centre d’accueil des visiteurs souterrain sera construit à la place de ce site de fouilles au pied du musée de la Tour de David de Jérusalem, novembre 2020. (Crédit : Ricky Rachman)

Le nouveau pavillon d’entrée permettra un accès aisé des quartiers ouest de Jérusalem au côté est au-delà des murs de la Vieille Ville, rétablissant le statut de la tour de David comme point d’entrée de la Vieille Ville.

Le pavillon, qui fait partie des plans généraux conçus par Kimmel Eshkolot Architects, sera un bâtiment en acier, en pierre et en verre de 1 000 mètres creusé à 17 mètres sous terre, entre les anciens murs de la citadelle et la Vieille Ville.

La nouvelle entrée, nommée « pavillon d’entrée Patrick et Lina Drahi » (financée par la famille Drahi, fondatrice du groupe de médias européen Altice et propriétaire de la maison de vente aux enchères Sotheby’s), comprendra un café, une boutique de cadeaux, et un coin salon ombragé ouvert au public et aux visiteurs du musée. Elle sera facile d’accès depuis le parking et le futur arrêt de tramway prévu près de la porte de Jaffa.

L’ensemble du projet de rénovation est mené grâce au financement de la Fondation Clore Israël et de la municipalité de Jérusalem, du ministère des Affaires et du Patrimoine de Jérusalem et du ministère du Tourisme.

Eilat Lieber, directrice du musée de la Tour de David, qui fait actuellement l’objet d’un projet de rénovation de 40 millions de dollars et qui devrait être achevé fin 2022. (Autorisation de Yuval Yosef)

« Tout le monde participe », a déclaré la directrice du musée, Eilat Lieber.   « C’est un projet compliqué, compte tenu de la singularité de cet endroit, et du fait d’essayer d’anticiper ce à quoi il ressemblera dans 30 ans. Il y a toujours cette tension de savoir combien avancer, et que c’est bien un effort conjoint. »

L’intégralité des fouilles de la citadelle a été réalisée en tant que fouille archéologique en coopération avec l’Autorité des Antiquités d’Israël, offrant aux archéologues l’occasion de réexaminer et d’en apprendre davantage sur ce symbole de la Vieille Ville.

L’Autorité des Antiquités a creusé pendant environ un an et demi, et y a fait plusieurs découvertes majeures, dont une inscription arabe en usage secondaire qui appartenait à l’un des grands dirigeants ayyoubides de Jérusalem.

Les fouilles ont également marqué une période de quelque 3 000 ans dans les pièces qu’ils ont découvertes, et avec la découverte de tout un ancien système de drainage de la citadelle, selon le directeur de terrain de l’AAI, Noam Silverberg.

D’un point de vue architectural, la rénovation de la citadelle offrait une formidable opportunité de travailler sur un espace massif mesurant 12 000 m2, plus grand même que le complexe du mont du Temple, a commenté Yotam Cohen-Sagi, l’architecte principal du projet de Kimmel Eshkolot Architects.

Surplombant le musée de la Tour de David. (Autorisation de Ricky Rachman)

« Je ne pouvais pas croire qu’il y avait ce genre de grand espace dans la Vieille Ville », a déclaré Cohen-Sagi. « C’est une zone immense et d’une importance urbaine massive ; elle se trouve en bordure de la Vieille Ville, à l’intérieur des murs de la Vieille Ville. Les gens n’ont tout simplement pas conscience de son importance. »

Cohen-Sagi a travaillé sur d’autres rénovations historiques, tel que le centre Davidson de la Vieille Ville à proximité du Mur occidental, et a constaté que son expérience en matière de préservation historique l’avait énormément aidé.

« Le musée était en très bon état lors de son ouverture dans les années 1980, peut-être le meilleur projet du pays en termes de réalisation », a-t-il déclaré. « Notre travail dans la citadelle était de la rendre accessible, adaptée à la foule qui arrive et qui vieillit, et enfin de répondre au besoin d’accessibilité en fauteuil roulant. »

Le bâtiment et la construction durables ont également été pris en compte lors du projet de rénovation, utilisant des matériaux naturels, réutilisant le dallage existant, avec une nouvelle façade vitrée faisant face aux hauts murs de la citadelle, et offrant un ombrage permanent.

Cela dit, les « murs incroyablement épais » construits par les Mamelouks et les Ottomans sont à la base du contrôle de la température de la citadelle, a déclaré Cohen-Sagi, offrant une durabilité constante et passive.

D’autres aspects du projet comprennent la modernisation des salles d’exposition, souvent accessibles par des escaliers métalliques extérieurs. Il y a maintenant un nouvel ascenseur qui dessert une grande partie du musée, ainsi que des systèmes de chauffage par le sol et de refroidissement de l’air.

« Cela a été un effort fou pour que tout cela fonctionne ici dans une ancienne citadelle », a déclaré Cohen-Sagi. « Mais nous avons réussi. »

Le musée de la tour de David propose une visite en anglais des coulisses des projets de rénovation, de restauration et de nouvelle accessibilité. Le vendredi 4 mars, 10 h, cliquez ici pour plus d’informations et l’achat de billets.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...