La Turquie va mettre fin à son offensive après un retrait des forces kurdes
Rechercher

La Turquie va mettre fin à son offensive après un retrait des forces kurdes

La Turquie va suspendre son offensive dans le nord de la Syrie pendant cinq jours et y mettre fin si les forces kurdes se retirent de ce secteur durant ce délai, a annoncé Pence

De la fumée monte de la ville syrienne de Ras al-Ain, du côté turc de la frontière dans le district de Ceylanpinar, à Sanliurfa, le 15 octobre 2019, lors de la première semaine de l'opération militaire turque contre les forces kurdes. (Crédit : Ozan KOSE / AFP)
De la fumée monte de la ville syrienne de Ras al-Ain, du côté turc de la frontière dans le district de Ceylanpinar, à Sanliurfa, le 15 octobre 2019, lors de la première semaine de l'opération militaire turque contre les forces kurdes. (Crédit : Ozan KOSE / AFP)

La Turquie va suspendre son offensive dans le nord de la Syrie pendant cinq jours et y mettre fin si les forces kurdes se retirent de ce secteur durant ce délai, a annoncé jeudi le vice président américain Mike Pence à Ankara.

Pour permettre un retrait des forces kurdes « sous 120 heures, toutes les opérations militaires dans le cadre de l’opération ‘Source de Paix’ vont être suspendues et l’opération sera complètement arrêtée une fois ce retrait achevée », a déclaré M. Pence à la presse à l’issue de plus de quatre heures d’entretiens avec le président turc Recep Tayyip Erdogan.

Les forces kurdes devront se retirer d’un secteur d’une profondeur de 32 km censé se transformer à terme en « zone de sécurité ».

Baptisée « Source de Paix », l’offensive turque contre les forces kurdes des YPG dans le nord-ouest de la Syrie, lancée le 9 octobre, a suscité un tollé international.

Le chef de la diplomatie turque Mevlut Cavusoglu a confirmé cet accord.

« Nous suspendons l’opération, nous ne l’arrêtons pas », a déclaré M. Cavusoglu à la presse.

« Nous pourrons arrêter l’opération seulement lorsque (les forces kurdes) se seront retirées complètement de la région », a-t-il ajouté.

Les Occidentaux soutiennent les YPG pour leur rôle crucial dans la lutte contre les jihadistes du groupe Etat islamique (EI), mais Ankara les qualifie de « terroristes » en raison de leurs liens avec le Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK), qui mène une guérilla sanglante en Turquie depuis 1984.

M. Trump avait paru donner son feu vert à l’offensive, avant, face au tollé dans les pays occidentaux et au sein de son camp, d’exhorter Ankara à y mettre fin et d’autoriser des sanctions contre la Turquie.

M. Pence a annoncé que ces sanctions seraient levées lorsque la Turquie aura mis fin à l’offensive conformément à l’accord conclu jeudi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...