Rechercher

L’ADL alerte sur le fort antisémitisme dans les jeux multijoueurs en ligne

Le harcèlement et le sectarisme sont courants dans les jeux multijoueurs ; 8 % des joueurs adultes ont déclaré avoir été exposés à l'extrémisme suprématiste blanc en ligne

Illustration : On voit un jeune homme portant un casque et jouant à un jeu vidéo en ligne. (Crédit : DisobeyArt/iStock by Getty Images)
Illustration : On voit un jeune homme portant un casque et jouant à un jeu vidéo en ligne. (Crédit : DisobeyArt/iStock by Getty Images)

JTA – Plus d’un adulte juif sur cinq qui joue à des jeux multijoueurs en ligne a déjà été confronté à de l’antisémitisme pendant qu’il jouait, selon une nouvelle enquête de l’Anti-Defamation League.

L’enquête, publiée mercredi, a révélé que le harcèlement et le sectarisme étaient courants parmi les 97 millions d’Américains qui jouent à des jeux multijoueurs. Parmi les joueurs adultes interrogés, 83 % ont déclaré avoir déjà été harcelés en jouant. 60 % des joueurs âgés de 13 à 17 ans interrogés ont affirmé la même chose.

Parmi les adultes, près de la moitié des femmes ont déclaré avoir été harcelées, tout comme 42 % des joueurs noirs et plus d’un joueur asiatique et LGBTQ+ sur trois. Un quart des joueurs musulmans ont également déclaré avoir été harcelés. Plus de sept adultes sur dix ont signalé ce que l’ADL appelle des « abus graves, notamment des menaces physiques, une traque et un harcèlement durable ».

Parmi les jeunes, les Noirs, les femmes et les Asiatiques ont également signalé les taux les plus élevés de harcèlement dans leur groupe d’âge, bien que le harcèlement soit moins fréquent chez les adolescents.

Seuls 7 % des adolescents juifs ont déclaré avoir été harcelés en raison de leur identité. Mais 10 % des joueurs adolescents et 8 % des joueurs adultes ont déclaré avoir été exposés à l’extrémisme suprématiste blanc en ligne. Parmi les adolescents, 17 % ont déclaré qu’ils n’avaient pas envie de parler à leur famille ou à leurs amis après avoir été harcelés, et 10 % ont déclaré avoir eu de moins bons résultats scolaires à cause du harcèlement.

Parmi les adolescents et les adultes, deux tiers ont déclaré qu’ils cachent parfois ou toujours leur identité parce qu’ils peuvent être cible de haine.

L’enquête a été menée en juin en collaboration avec Nowzoo, une société d’analyse dans les jeux. Elle a porté sur 1 664 répondants adultes et 542 répondants adolescents. Selon le groupe, la marge d’erreur était de 2 à 3 %.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...