L’Allemagne s’oppose à une reconnaissance unilatérale d’un Etat palestinien
Rechercher

L’Allemagne s’oppose à une reconnaissance unilatérale d’un Etat palestinien

Se démarquant des autres pays de l'UE, la chancelière allemande affirme qu’il faut reprendre les négociations de paix

La chancelière allemande Angela Merkel et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu lors d'une conférence de presse commune à Jérusalem, 25 février 2014 (Crédit : Menahem Kahana/AFP)
La chancelière allemande Angela Merkel et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu lors d'une conférence de presse commune à Jérusalem, 25 février 2014 (Crédit : Menahem Kahana/AFP)

La chancelière allemande Angela Merkel a déclaré vendredi que l’Allemagne s’oppose à la reconnaissance unilatérale d’un Etat palestinien, exhortant à une reprise des pourparlers de paix entre Israéliens et Palestiniens.

Merkel a déclaré vendredi que Berlin soutient une solution à deux Etats. « Nous pensons également que la reconnaissance unilatérale d’un l’Etat palestinien ne nous fera pas avancer », a-t-elle dit.

Pour elle, l’attention doit être portée sur la reprise des pourparlers israélo-palestiniens, même si « cela paraît très difficile dans les conditions actuelles ».

La semaine dernière, le Parlement espagnol a approuvé une résolution non contraignante reconnaissant un Etat palestinien, suite à des initiatives similaires en Grande-Bretagne et en Irlande. Le nouveau gouvernement suédois a officiellement reconnu un Etat palestinien le 30 octobre. C’est le premier grand État membre de l’Union européenne à soutenir la candidature de Ramallah à une reconnaissance de l’État palestinien.

Dimanche, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a rencontré le ministre allemand des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier à Jérusalem. Lors d’une conférence de presse, Netanyahu a affirmé : « Je pense que les appels provenant de pays européens, de Parlements européens, à reconnaître unilatéralement un Etat palestinien font reculer la paix ».

« [Ces appels] ne disent pas l’Autorité palestinienne qu’elle doit faire des compromis véritables et prendre au sérieux les préoccupations sécuritaires légitimes d’Israël. Ils donnent simplement aux Palestiniens une récompense sans leur demander de faire les concessions nécessaires pour atteindre une paix véritable », a poursuivi Netanyahu.

Le Premier ministre a déclaré qu’une paix négociée n’était possible qu’avec des compromis venant des deux côtés.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...