L’ambassade russe célébrera sa fête nationale à Jérusalem
Rechercher

L’ambassade russe célébrera sa fête nationale à Jérusalem

En clin d'oeil à la reconnaissance par Moscou de la partie occidentale de la ville comme capitale d'Israël, la réception du 14 juin aura lieu dans le jardin historique de Serguei

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

L'un des bâtiments restauré du jardin de Sergueï, ancien hôtel pour les pèlerins russes au 19ème siècle, et qui a retrouvé dorénavant sa beauté passée (Crédit :  Jessica Steinberg/Times of Israel)
L'un des bâtiments restauré du jardin de Sergueï, ancien hôtel pour les pèlerins russes au 19ème siècle, et qui a retrouvé dorénavant sa beauté passée (Crédit : Jessica Steinberg/Times of Israel)

L’ambassade russe en Israël organisera sa réception annuelle donnée à l’occasion du Jour de la Russie (Fête de la Souveraineté de la Fédération de Russie) à Jérusalem, un clin d’oeil à la reconnaissance récente par Moscou de la partie occidentale de la ville comme capitale de l’Etat juif.

Le nouvel ambassadeur russe Anatoly Viktorov a convié ses invités à une réception, le 14 juin, qui se déroulera au jardin de Serguei – un complexe historique du quartier de Jérusalem connu sous de mission russe de Jérusalem, que les autorités israéliennes ont cédé il y a une décennie à la Russie dans un geste de bonne volonté.

Lors d’une initiative surprise, au mois d’avril 2017, la Russie avait reconnu la partie occidentale de Jérusalem comme capitale israélienne. La Russie a néanmoins clairement établi qu’elle considérait la partie Est comme la capitale d’un futur état palestinien et elle s’est opposée avec véhémence à la décision prise, le 6 décembre, par l’ambassade américaine de reconnaître la totalité de Jérusalem comme capitale israélienne.

« Nous gardons à l’esprit que les paramètres spécifiques d’une solution à toutes les questions du conflit arabo-israélien, et notamment celle de Jérusalem, doivent être coordonnés lors de négociations directes entre les Israéliens et les Palestiniens », a expliqué un porte-parole de l’ambassade russe, lundi, au Times of Israel. « La Russie est prête à offrir une assistance supplémentaire à la réalisation d’accords pertinents entre les parties ».

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Emmanuel Nahshon, a déclaré au Times of Israel que l’événement « correspond à la reconnaissance par la Russie, le 6 avril 2017, de Jérusalem-ouest en tant que capitale israélienne et reflète les bonnes relations entre les deux pays ».

Le choix du responsable israélien qui sera présent lors de cette soirée n’a pas encore été arrêté, a ajouté Nahshon.

Pratiquement toutes les ambassades étrangères en Israël organisent les fêtes pour leurs fêtes nationales dans le secteur de Tel Aviv. Les Etats-Unis, qui au début du mois ont relocalisé leur ambassade de Tel Aviv à Jérusalem, n’organiseront pas leur réception du 4 juillet à Jérusalem cette année, a appris le Times of Israel.

« Nous nous exprimerons sur l’événement du 4 juillet lorsque nous nous rapprocherons de la date. Nous ne sommes pas prêts à faire d’autres annonces », a déclaré un responsable de l’ambassade israélienne lundi au Times of Israel.

Ces dernières années, les ambassadeurs américains en Israël ont organisé de vastes fêtes de l’Indépendance dans leur résidence officielle de Herzliya.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et sa femme Sara lors d’une cérémonie pour le jour de l’Indépendance des Etats-Unis, à la résidence de l’ambassadeur des Etats-Unis en Israël, à Herzliya, près de Tel Aviv, le 30 juin 2016 (Crédit : AFP PHOTO / POOL / DEBBIE HILL)

Après des années de rénovation et de travaux de restauration, le Jardin de Serguei, ancien hôtel de luxe doté de dépendances, construit à la fin du XIXème siècle par la Société impériale orthodoxe de Palestine et mis au service des pèlerins russes en voyage en terre sainte, a été cérémonieusement rouvert l’année dernière au service des pèlerins dans la ville sainte.

Le nouvel espace, remis à neuf, est un complexe s’étendant sur 3,5 hectares de jardins verdoyants et composé de deux tours de style Renaissance (qui accueillent dorénavant des toilettes publiques), elles-mêmes entourées par un carré de constructions en pierre à deux étages, dont un hôtel de 22 chambres.

L’une des deux tours de style Renaissance dans le Jardin de Sergueï. Elles accueillent dorénavant les toilettes publiques (Crédit : Jessica Steinberg/Times of Israel)

« Le complexe de Serguei, qui était revenu à la Russie en 2008, a une place unique dans l’histoire de la présence russe en terre sainte », a dit le porte-parole de l’ambassade russe. « La décision d’organiser ici la réception de la journée nationale n’est pas un hasard. Le complexe est le symbole de notre culture, de nos traditions et il représente une attribution russe authentique en Israël et dans le Moyen-Orient en général ».

Selon le BICOM (Britain Israel Communications and Research Centre), « le jardin de Serguei » a été construit au 19ème siècle par le grand duc Sergei Alexandrovich, cinquième fils et septième enfant du tsar Alexandre II de Russie pour accueillir les pèlerins russes.

« Tandis que le complexe a été nationalisé au cours du mandat britannique, Israël a transféré la propriété du jardin au gouvernement russe en 2009 », a écrit le think-tank dans une note d’information en amont de la visite dans la région que fera le mois prochain le prince William d’Angleterre.

Citant un câble américain qui avait fuité, le prince Philip — le grand-père de William — avait affirmé ses droits à ce complexe sur la base des liens de sa famille avec Serguei, sa grand-tante étant la tsarine Alexandra Feodorovna, épouse de Nicolas II – dernier gouvernant de l’empire russe – et la soeur la plus jeune d’Elizabeth, qui était la femme de Serguei.

« On pense que c’est le prince Charles qui a soulevé cette affirmation de propriété le premier dans les années 1980 avec les documents Wikileaks qui laissent suggérer que ces requêtes ont continué jusqu’à une période récente », selon le BICOM. « Dans un article datant de 2011, le Daily Telegraph fait savoir que « malgré les demandes de certains israéliens, le duc n’est pas intervenu lorsque les terrains ont été offerts à la Russie par un geste de bonne volonté ».

Au mois de février, l’ambassadeur-adjoint russe en Israël, Leonid Frolov, avait laissé entendre dans une interview avec le Times of Israël que la Russie pourrait organiser sa cérémonie – qui chaque année fête la déclaration de la souveraineté de l’Etat sur la république fédérale socialiste fédérale soviétique du 12 juin 1990 – à Jérusalem-Ouest.

L’ambassadeur adjoint russe en Israël Leonid Frolov à l’ambassade de Russie à Tel Aviv, 12 février 2018 (Raphael Ahren/Times of Israel)

La reconnaissance de l’administration américaine de « Jérusalem » en tant que capitale d’Israël, sans indiquer qu’une partie de la ville allait devenir la capitale d’un futur état palestinien, « a grandement perturbé le processus de paix », avait-il ajouté, disant qu’il ne parvenait pas à comprendre pourquoi les Israéliens avaient fêté avec tant de jubilation la déclaration faite le 6 décembre par le président américain Donald Trump.

Au-delà de reconnaître l’évidence – que Jérusalem est la capitale d’Israël – Trump a aussi clairement établi que les frontières finales seront déterminées lors de négociations entre les Israéliens et les Palestiniens, avait dit Frolov.

« Vous verrez dans la déclaration de Trump ce qui vous plaît. Mais le fait que la déclaration perturbe le processus de paix ne vous dérange pas. Personne ne doute du fait que la capitale israélienne sera à Jérusalem. Nous disons simplement que la population arabe qui vit dans les territoires palestiniens mérite également d’avoir une capitale dans la ville sainte », a-t-il dit.

Jessica Steinberg a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...