Rechercher

Abir Kara, ancien député Yamina, se sépare du parti Esprit sioniste de Shaked

Selon Shaked, le départ de l'ancien député serait dû à un différend sur sa position sur la liste ; Kara affirme que la rupture est due à des "valeurs et des politiques économiques"

La ministre de l'Intérieur Ayelet Shaked, à droite, et le député Yamina Abir Kara, présentant un plan d'allègement des régulations pour les petites entreprises, le 1er mai 2022. (Crédit : Mark Neiman/GPO)
La ministre de l'Intérieur Ayelet Shaked, à droite, et le député Yamina Abir Kara, présentant un plan d'allègement des régulations pour les petites entreprises, le 1er mai 2022. (Crédit : Mark Neiman/GPO)

Le député de la Knesset Abir Kara a annoncé vendredi qu’il quittait le parti Esprit sioniste, une nouvelle alliance de son parti, Yamina, et de la faction Derech Eretz.

Kara a déclaré qu’il avait informé la ministre de l’Intérieur Ayelet Shaked, qui dirige le parti Esprit sioniste, de sa décision de quitter Yamina. Shaked et Kara ont toutefois présenté des versions différentes de la raison du départ du législateur.

Pour expliquer sa décision, Kara a écrit « qu’il était devenu clair pour [lui] que dans la nouvelle structure du parti, il n’y aura pas de place pour les valeurs ou les politiques économiques auxquelles [il] croit ». Kara, un propriétaire d’entreprise qui a longtemps défendu les mesures visant à soutenir les entrepreneurs israéliens, a ajouté qu’il annoncerait ses projets politiques dans les prochains jours.

Shaked, cependant, a publié une déclaration vendredi affirmant qu’elle avait avertit Kara qu’il ne faisait plus partie de la liste du parti à la Knesset « en raison de sa demande d’être placé en quatrième position sur la liste ».

Selon l’accord d’alliance entre Shaked et le leader de Derech Eretz, Yoaz Hendel, les première et troisième places sur la liste du parti à la Knesset sont réservées aux députés de Yamina et les deuxième et quatrième places aux députés de Derech Eretz.

La liste actuelle d’Esprit sioniste est composée de Shaked en première position, suivie de Hendel, puis du nouveau venu, le résident d’implantation religieux Amitai Porat, suivi de Zvi Hauser de Derech Eretz.

Le député Abir Kara, à gauche, avec le Premier ministre de l’époque Naftali Bennett, à droite, et le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid, au centre, lors d’une session plénière et d’un vote sur le budget de l’État au plénum de la Knesset, à Jérusalem, le 4 novembre 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Les positions plus basses sur la liste sont considérées comme peu susceptibles d’entrer à la Knesset, car Esprit sioniste aurait du mal à dépasser le seuil électoral de 3,25 % nécessaire pour entrer au parlement en novembre. Si le parti parvient à franchir ce seuil, il n’obtiendra que quatre sièges.

Annonçant son départ, Shaked a déclaré que Kara avait mené d’importantes initiatives en faveur des travailleurs indépendants au cours de l’année écoulée et « qu’Esprit sioniste continuera à se battre pour un marché libre et contre la réglementation et l’augmentation du coût de la vie ».

Kara avait été l’un des députés Yamina qui sont restés fidèles au Premier ministre de l’époque, Naftali Bennett, alors que la faction se divisait pendant que la coalition luttait. Avec son départ – après celui de Shirly Pinto plus tôt cette semaine et de Matan Kahana plus tôt ce mois-ci vers le Camp national –, Shaked et Yomtob Kalfon restent les seuls députés Yamina encore dans le parti.

Shaked et Hendel ont annoncé qu’ils unissaient leurs forces le 27 juillet, s’engageant à se rapprocher politiquement mais à ne pas coopérer avec les partis arabes.

Se tenant côte à côte après avoir signé un accord de fusion, Shaked a déclaré que la nouvelle alliance travaillerait pour un gouvernement national sioniste élargi, qui inclurait probablement le Likud et son leader Benjamin Netanyahu.

« Seul un vote pour Esprit sioniste garantira un vrai gouvernement national sioniste », avait alors annoncé Shaked aux militants.

Ayelet Shaked tenant une conférence de presse avec Yoaz Hendel pour annoncer le lancement de leur parti Esprit sioniste, à Kfar Maccabiah, à Ramat Gan, le 27 juillet 2022. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Shaked et Hendel ont tous deux contribué à diriger la coalition la plus diversifiée d’Israël au cours de cette année difficile, qui a réuni huit partis de droite, de gauche, du centre et arabe sur la promesse d’évincer le Premier ministre Netanyahu, mais qui a finalement succombé aux divisions idéologiques sur les questions de sécurité et de nationalisme.

Derech Eretz faisait auparavant partie de Tikva Hadasha, mais s’est séparé lorsque le parti s’est associé à Kakhol lavan pour former le nouveau parti Camp national avant les élections législatives du 1er novembre, fixées après que Bennett a tiré le rideau sur son gouvernement, en juin. Bennett a ensuite déclaré qu’il ne se présenterait pas aux prochaines élections, laissant les rênes du parti à Shaked.

Carrie Keller-Lynn a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...