Israël en guerre - Jour 231

Rechercher

L’ancien juge de la Cour suprême Yaakov Turkel meurt à l’âge de 88 ans

Les commissions qu'il a dirigées ont soutenu les droits des homosexuels et disculpé l'armée lors d'un raid meurtrier sur la flottille de Gaza

Jeremy Sharon est le correspondant du Times of Israel chargé des affaires juridiques et des implantations.

Portrait de l'ancien juge de la Cour suprême Jacob Turkel à son domicile, à Jérusalem, le 17 avril 2019. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
Portrait de l'ancien juge de la Cour suprême Jacob Turkel à son domicile, à Jérusalem, le 17 avril 2019. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

L’ancien juge de la Cour suprême Yaakov Turkel, qui a servi avec distinction dans la magistrature pendant 38 ans, est décédé lundi après-midi à l’âge de 88 ans.

Turkel était connu pour les décisions prises dans plusieurs affaires historiques de la Cour suprême, notamment en ce qui concerne les représentations publiques de la musique de Richard Wagner, ainsi que pour son travail au sein de deux commissions publiques – l’une traitant des droits de succession pour les couples homosexuels et l’autre examinant le raid israélien meurtrier de 2010 contre une flottille pro-palestinienne se dirigeant vers Gaza.

Turkel est né à Tel Aviv en 1935 dans une famille religieuse ayant immigré d’Autriche en Palestine sous mandat britannique.

Il a étudié le droit à l’université hébraïque et, en 1967, il a été nommé juge au tribunal de première instance de Beer Sheva, à l’âge de 32 ans.

Six ans plus tard, en 1973, il est nommé juge au tribunal de district de Beer Sheva et devient président du tribunal en 1981, poste qu’il occupe pendant 14 ans, à l’exception d’une période de deux ans au cours de laquelle il exerce les fonctions de juge de la Cour suprême par intérim.

En 1995, Turkel est nommé à la Cour suprême.

L’ancien juge de la Cour suprême Jacob Turkel posant pour un portrait à la Cour suprême, à Jérusalem, le 23 juillet 2014. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

Fervent défenseur de la liberté d’expression tout au long de sa carrière, l’une des décisions marquantes de Turkel a été le rejet d’une pétition du Centre Simon Wiesenthal et de plusieurs groupes de survivants de la Shoah en 2000, exigeant l’annulation d’une représentation par l’Orchestre symphonique d’Israël de l’œuvre antisémite du compositeur Richard Wagner, Siegfried Idyll.

Dans une autre décision importante rendue en 2004, Turkel a rendu une ordonnance en faveur d’une requête contre l’enlèvement de 3 000 tonnes de terre et de débris déterrés du mont du Temple par le Waqf jordanien et déversés dans la vallée du Cédron, à Jérusalem-Est, et dans une décharge locale. Cette décision a permis de lancer le projet de criblage du mont du Temple, qui a permis aux archéologues de passer au crible les décombres et de mettre au jour des objets anciens datant de l’époque du Premier et du Second Temple.

Turkel était connu pour adopter fréquemment une position minoritaire dans les affaires soumises à la Cour. Il a notamment rédigé une opinion minoritaire qui s’opposait à la condamnation pour sédition de Benjamin Kahane, chef de l’organisation d’extrême-droite Kahane Chaï, au motif que cette condamnation portait atteinte à la liberté d’expression.

En 1999, Turkel a été chargé de diriger une commission publique chargée d’examiner les lois israéliennes sur l’héritage, qui empêchaient à l’époque les gays et les lesbiennes d’hériter de leur partenaire.

La commission a recommandé en 2006 que la loi soit modifiée afin de changer la définition d’un couple en vertu de la loi du mari et de la femme, de sorte qu’elle s’applique également aux couples homosexuels.

A meeting of the Turkel Committee, established to investigate IDF conduct during the 2010 Gaza flotilla, in April 2011 (photo credit: by Kobi Gideon / Flash90)
Le juge Yaakov Turkel, au centre, tenant une conférence de presse de la commission d’enquête publique sur le raid de la flottille de Gaza, avec le professeur Shabtaï Rozen, à gauche, et l’ancien major général de l’armée Amos Horev, le 28 juin 2010. (Crédit : Abir Sultan/Flash 90)

En 2010, Turkel a présidé la commission publique chargée d’enquêter sur le blocus naval israélien de Gaza et sur la réponse du gouvernement à la flottille de Gaza de 2010 et à la capture du navire Mavi Marmara, au cours de laquelle neuf activistes ont été tués et qui a suscité d’intenses critiques au niveau international.

La commission Turkel, qui comprenait quatre autres membres israéliens et deux observateurs internationaux, a conclu que le blocus naval contre Gaza était légal, et que le raid sur le Mavi Marmara avait également été légal, puisque les activistes à bord s’étaient engagés dans une résistance violente contre les troupes israéliennes qui prenaient le contrôle du navire.

Après avoir pris sa retraite de la Cour suprême, Turkel a également été président de la commission consultative pour la nomination des hauts fonctionnaires de la fonction publique de 2010 à 2018, et président de la commission pour la désignation des Justes parmi les Nations à Yad Vashem, entre autres fonctions publiques.

De nombreuses personnalités ont rendu hommage à Turkel après son décès, notamment le président Isaac Herzog et plusieurs ministres du gouvernement.

Herzog a déclaré que Turkel avait consacré sa vie à l’administration de la justice et à la protection des droits des citoyens.

« Il restera dans l’histoire du droit israélien comme un juriste aux opinions bien arrêtées, un travailleur acharné, un homme de droit hébraïque qui s’est toujours préoccupé de la société israélienne », a déclaré Herzog.

Herzog a déclaré que les rôles assumés par Turkel après sa retraite de la Cour suprême « reflétaient son amour profond pour le pays et sa préoccupation pour son avenir ».

Le ministre des Finances, Bezalel Smotrich, a loué l’influence et l’impact de Turkel sur le système judiciaire israélien.

« Grâce à son intelligence et à son intégrité, il s’est frayé un chemin dans les méandres de la société israélienne tout en laissant une empreinte juridique et morale tout au long de sa vie », a déclaré Smotrich.

« Sa défense des soldats de Tsahal et du droit d’Israël à se défendre était profonde et extrêmement importante. Son héritage et son engagement en faveur de la vérité serviront de boussole à ceux qui chérissent sa mémoire. »

Turkel sera enterré au cimetière Sanhedria de Jérusalem mardi.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.