L’année de confinement COVID-19 a relancé le mouvement des kibboutzim en Israël
Rechercher

L’année de confinement COVID-19 a relancé le mouvement des kibboutzim en Israël

Les jeunes familles recherchent un mode de vie pastoral plus calme et avec plus d'espace ; des milliers d'Israéliens veulent devenir membres de kibboutzim, suite à la pandémie

Un tracteur labourant un champ au kibboutz Tzora, près de la ville de Beit Shemesh, le 25 juin 2015. (Nati Shohat/Flash90)
Un tracteur labourant un champ au kibboutz Tzora, près de la ville de Beit Shemesh, le 25 juin 2015. (Nati Shohat/Flash90)

JTA – L’année dernière, alors que les Israéliens subissaient confinement sur confinement et que les taux de COVID du pays passaient d’un niveau record à un niveau élevé, Tal Eshkol et Uriel Ross ont commencé à remettre en question leur mode de vie urbain qu’ils avaient adopté en tant que jeune couple.

Comme beaucoup de leurs pairs, Eshkol et Ross vivaient dans une location d’un petit deux pièces à Jaffa, la ville antique adjacente à Tel Aviv qui est devenue tendance chez les jeunes Israéliens à la recherche d’un loyer relativement abordable dans la métropole côtière d’Israël. Mais depuis des années, Eshkol souhaitait changer d’air, espérant déménager quelque part où elle et Ross pourraient profiter d’un mode de vie pastoral plus calme.

À l’automne, après avoir passé des mois confinés dans leur appartement de 50 m2, le couple a décidé d’en finir avec la vie en cité. Ils ont demandé à devenir membres du kibboutz Mevo Hama, une petite ferme communautaire située à deux heures de route au nord, loin de toute ville, et qui compte environ 500 habitants.

Aujourd’hui, alors qu’Israël rouvre ses portes après avoir vacciné la majeure partie de sa population, Eshkol et Ross continuent de bouger. Et ils prévoient d’acheter une maison qui fait presque trois fois la taille de leur appartement.

« Je pense que cette période de coronavirus nous a vraiment permis de remettre en question le type de vie que nous voulons avoir », a déclaré Eshkol, 33 ans. « Cela nous a montré que l’on ne sait jamais ce qui va se passer. Le monde entier a changé, et nous avons décidé d’utiliser cela pour créer un changement positif dans nos vies. »

Vue d’un arbre solitaire au bord d’un champ de blé près du kibboutz Dalia, le 16 mai 2020. (Mila Aviv/Flash90)

Le COVID, et le bouleversement sociétal qu’il a provoqué, a incité une vague d’Israéliens à envisager à nouveau de vivre dans un kibboutz, un mode de vie rural qui était autrefois considéré comme une relique du passé socialiste d’Israël. Des dizaines de milliers d’Israéliens ont demandé à devenir membres de kibboutzim l’année dernière, selon Nir Meir, secrétaire général du Mouvement des kibboutzim, le groupe de coordination qui comprend la plupart des 279 kibboutzim d’Israël.

« Pendant la pandémie, nos enfants étaient constamment dans l’appartement et ils cherchaient des choses à faire », a déclaré Aviv Sabadra, un ingénieur en logiciels dont la famille est en train de déménager de Yavne, une ville du centre d’Israël, vers un kibboutz. « Nous souhaitions trouver un endroit pour élever nos enfants près de la nature, où ils pourraient être plus indépendants, et c’est ce qui a motivé notre décision. »

Les premiers kibboutzim ont été fondés il y a plus d’un siècle et, dans les années qui ont entouré la création d’Israël, le mouvement des kibboutzim était considéré comme le reflet de l’éthique nationale spartiate – produire des Juifs en bonne forme physique vivant dans des communautés coopératives. Les kibboutzim, selon Meir, étaient souvent placés aux frontières d’Israël, et les jeunes agriculteurs étaient également des soldats.

Les membres des kibboutzim se sont également engagés à respecter une idéologie socialiste stricte, prenant leurs repas dans des réfectoires collectifs et élevant leurs enfants dans des structures collectives où ils vivaient séparés de leurs parents. Mais dans les années 1980, de nombreux kibboutzim avaient accumulé des dettes importantes et les jeunes voulaient faire leur propre chemin dans un pays qui s’éloignait de ses racines socialistes et privatisait son économie.

Les parents d’Eshkol font partie de ceux qui ont quitté le kibboutz. Son père a été élevé dans un kibboutz, et le couple y a vécu en tant que jeunes mariés, mais sa mère n’aimait pas ce mode de vie.

« Mon père était attiré par les valeurs du kibboutz et la communauté, dit-elle, alors que ma mère déplorait que tout le monde se mêle des affaires des autres. »

Une jeune femme rend visite à sa grand-mère au kibboutz Barkai, en Israël, le 26 avril 2020. (Guy Prives/Getty Images via JTA)

Face à une population en déclin et à des perspectives économiques médiocres, de nombreux kibboutzim ont privatisé leurs usines et leurs fermes. Ils ont également construit de nouveaux lotissements sur leurs terrains, qui ont été loués à des familles qui, parfois, ne sont pas devenues membres, leur permettant ainsi de profiter du style de vie des kibboutzim sans les inconvénients perçus du socialisme.

Ces développements immobiliers ont entraîné un renouveau de la vie dans les kibboutzim au cours des deux dernières décennies, d’autant plus que les prix des maisons en Israël sont montés en flèche. Ce renouveau s’est accéléré pendant la pandémie. En 2000, quelque 117 000 personnes vivaient dans des kibboutzim, selon les chiffres du gouvernement israélien. Cette année, selon M. Meir, leur population totale s’élève à 182 000 personnes, soit plus que jamais. Il appelle cela « un énorme renouveau des kibboutzim ».

« Les chemins étaient autrefois pleins de fauteuils roulants motorisés pour les personnes âgées, [et] maintenant ils sont pleins de poussettes pour bébés », a déclaré Yossi Levy, le coordinateur de l’intégration d’Ein Hashlosha, un kibboutz situé à un kilomètre de Gaza qui s’est agrandi de ses 110 membres avec l’arrivée de 15 jeunes familles au cours des deux dernières années. Six autres devraient emménager au cours des deux prochaines semaines. Avant les nouvelles arrivées, l’âge moyen des résidents du kibboutz était de 65 ans.

Selon Meir, l’adhésion à un kibboutz comprend généralement un processus d’entretien et une année de vie en tant que candidat dans le kibboutz avant qu’un vote ne soit organisé pour l’adhésion. Les kibboutzim peuvent également examiner les dossiers financiers. À Ein Hashlosha, par exemple, les candidats doivent obtenir un vote positif des deux tiers des membres pour être acceptés.

Deux des membres les plus récents sont Dor et Liora Ben Tzur, qui ont déménagé à Ein Hashlosha en 2019 après avoir obtenu leur diplôme universitaire et y vivent avec leur bambin de 19 mois, Avishai. Ils sont enthousiastes à l’égard du kibboutz malgré les attaques occasionnelles de roquettes en provenance du Hamas qui les font courir dans l’abri anti-bombe de leur maison. À partir du moment où une sirène extérieure retentit, ils n’ont que 15 secondes pour se rendre à l’abri.

Un arrêt de bus aux couleurs vives qui sert également d’abri anti-bombe public, dans le kibboutz de Nahal Oz, dans le sud d’Israël. Le 06 juillet 2015. (Miriam Alster/FLASH90)

« Nous avons des amis en ville », a déclaré Liora il y a quelques semaines, debout dans la maison que le couple est en train de rénover, tandis que leur fils courait de long en large en attrapant des biscuits dans une assiette. « Ils vivent dans un immeuble, et ils n’ont aucun endroit où aller avec les enfants. Tous les parcs sont fermés, on ne peut pas sortir, et ici, au kibboutz, les enfants courent partout, jouent dans la boue avec les vaches. C’est magnifique. »

La décision était également logique sur le plan économique. Les Ben Tzur ont payé moins de 100 000 dollars pour leur maison, une fraction du prix des maisons à Tel Aviv, où l’appartement moyen coûte plus de 800 000 dollars, selon le site immobilier israélien Madlan.

Aviv Sabadra et sa famille vont également déménager près de Gaza et de l’Égypte, au kibboutz Gvulot, dont le nom signifie « frontières ». Ils ont décidé de déménager en octobre et suivent le processus d’adhésion.

Eshkol et Ross sont également en plein processus d’acceptation et cherchent à savoir comment muter leurs emplois de Jaffa au nord d’Israël. Eshkol est infirmière dans un hospice et Ross est travailleur social.

Mais même si le déménagement signifie un changement dans leur vie, et que les mesures de confinement du COVID qui ont motivé la décision sont terminées, Mme Eshkol dit qu’elle ne regarde pas en arrière.

« Bien que le coronavirus ait été le catalyseur pour déménager dans un kibboutz, c’était quelque chose que nous voulions faire depuis longtemps », a déclaré Eshkol. « Et je ne changerai certainement pas d’avis ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...