L’AP accepte à nouveau de payer les factures d’électricité de Gaza
Rechercher

L’AP accepte à nouveau de payer les factures d’électricité de Gaza

Israël avait réduit en juin l'approvisionnement en électricité, après que l'Autorité palestinienne eut réduit sa contribution aux factures du Hamas

Une femme palestinienne repasse pendant les quelques heures d'approvisionnement en électricité, à Rafah, dans le camp de réfugiés au sud de la bande de Gaza, le 31 juillet 2017. (Crédit : AFP/SAID KHATIB)
Une femme palestinienne repasse pendant les quelques heures d'approvisionnement en électricité, à Rafah, dans le camp de réfugiés au sud de la bande de Gaza, le 31 juillet 2017. (Crédit : AFP/SAID KHATIB)

Israël va rétablir ses livraisons d’électricité à la bande de Gaza qu’il avait réduites en juin, après que l’Autorité palestinienne a accepté de payer à nouveau les factures de l’enclave, a indiqué dimanche le ministère israélien de l’Energie.

Israël avait réduit de quelque 50 mégawatts ses livraisons au territoire palestinien gouverné par le Hamas terroriste, affirmant que l’Autorité palestinienne du président Mahmoud Abbas refusait de régler la facture.

Depuis, de nombreux habitants de Gaza ne recevaient plus que quatre heures d’électricité par jour, contre des cycles de huit heures auparavant.

Le ministre israélien de l’Energie Yuval Steinitz a ordonné le rétablissement de l’alimentation électrique à partir de lundi, selon un communiqué de son ministère.

Yuval Steinitz à la Knesset en 2013. (Crédit : Flash90)

L’Autorité palestinienne avait réduit ses paiements de 40 millions de shekels (9,7 millions d’euros) à 25 millions de shekels, a indiqué M. Steinitz.

Le Hamas contrôle Gaza depuis qu’il en a violemment évincé en 2007 son rival le Fatah, qui domine l’Autorité palestinienne.

Les paiements d’électricité ont été un élément clé dans les efforts de réconciliation entre les partis rivaux. Aux termes d’un accord de réconciliation en octobre, le Hamas a accepté le retour de l’Autorité à Gaza et la prise en charge du pouvoir par un gouvernement d’union.

Mais l’accord tarde à se matérialiser, des responsables du Fatah accusant le mouvement terroriste de refuser de céder les véritables pouvoirs dans Gaza.

Quelque deux millions de Palestiniens vivent dans la bande dans des conditions très difficiles. L’enclave est soumise à des restrictions israéliennes depuis plus de 10 ans pour des raisons sécuritaires.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...