Riyad al-Maliki : l’AP dialoguera avec le prochain Premier ministre israélien
Rechercher

Riyad al-Maliki : l’AP dialoguera avec le prochain Premier ministre israélien

Le ministre des Affaires étrangères de l'Autorité palestinienne a indiqué qu'il sera prêt, quel que soit le gouvernement israélien formé, "à relancer les négociations"

Le ministre des Affaires étrangères de l'Autorité palestinienne, Riyad al-Maliki, lors d'une conférence de presse le 10 octobre 2014. (Ala Mufarja / Wafa)
Le ministre des Affaires étrangères de l'Autorité palestinienne, Riyad al-Maliki, lors d'une conférence de presse le 10 octobre 2014. (Ala Mufarja / Wafa)

Les Palestiniens sont prêts à dialoguer avec le futur Premier ministre israélien, quel qu’il soit, a assuré mercredi à Oslo le ministre des Affaires étrangères de l’Autorité palestinienne, au lendemain des législatives en Israël.

« Quel que soit (le responsable) capable de former un gouvernement, nous sommes prêts à nous asseoir avec lui ou elle pour relancer les négociations », a déclaré Riyad al-Maliki à des journalistes.

Le Premier ministre israélien sortant Benjamin Netanyahu, arrivé à égalité avec son rival Benny Gantz, n’apparaît pas en mesure de former un cabinet, ouvrant ainsi la voie à des tractations douloureuses pour accoucher d’une coalition.

« Lorsque les Israéliens se seront mis d’accord pour constituer un gouvernement, ils verront que nous sommes prêts à négocier sur les bases du droit international et des résolutions des Nations unies », a souligné M. al-Maliki.

Le chef de la diplomatie palestinienne, qui accompagnait le président Mahmoud Abbas dans la capitale norvégienne, a par ailleurs réaffirmé l’attachement de l’Autorité palestinienne à une solution à deux Etats, israélien et palestinien, vivant côte à côte, une perspective menacée par les promesses de campagne de M. Netanyahu.

Ce dernier avait en effet annoncé la semaine dernière son intention d’annexer les implantations juives de la vallée du Jourdain s’il était réélu.

S’il avait précisé que cette annexion ne comprendrait pas les villes palestiniennes, comme par exemple Jéricho, celles-ci seraient alors en réalité encerclées.

L’ONU a mis en garde contre ce projet, qui « serait dévastateur pour la possibilité de relancer les négociations, la paix régionale et l’essence même d’une solution à deux États ».

La visite de MM. Abbas et al-Maliki à Oslo intervient en amont d’une réunion la semaine prochaine à New York du groupe des donateurs pour la Palestine (AHLC), présidé par la Norvège.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...