L’AP efface les traités de paix avec Israël des manuels scolaires
Rechercher

L’AP efface les traités de paix avec Israël des manuels scolaires

Le programme scolaire 2019 passe sous silence les déclarations de l'OLP en faveur de la paix, la coexistence et la tolérance

Des enfants palestiniens étudient à l'école élémentaire gazaoui de l'UNRWA à Gaza Ville. (IRIN/Creative Commons via JTA)
Des enfants palestiniens étudient à l'école élémentaire gazaoui de l'UNRWA à Gaza Ville. (IRIN/Creative Commons via JTA)

L’Autorité palestinienne a retiré des informations sur les accords signés avec Israël de ses manuels scolaires, selon une organisation qui surveille les outils éducatifs palestiniens.

Le seul accord signé encore mentionné dans les manuels utilisés par des élèves en Cisjordanie et à Gaza du CP jusqu’au lycée est celui d’Oslo de 1993, mentionné de manière moins positive et avec moins de détails que dans les précédentes versions des manuels, a rapporté le site internet Ynet, citant des recherches par l’ONG israélienne IMPACT-se, l’Institut de veille pour la paix et la tolérance culturelle dans l’éducation scolaire.

Les manuels de 2019 n’incluent pas la déclaration de l’OLP appelant à la « coexistence », la « paix » et la non-violence avec Israël, qui était présente dans l’ancienne version du manuel, selon l’article.

Le nouveau programme scolaire a aussi enlevé de nombreuses informations données aux élèves palestiniens sur l’ancienne histoire juive de « Palestine » et la présence juive et le lien à Jérusalem.

L’IMPACT-se rapporte également qu’il y a beaucoup moins de référence au nom d’Israël dans le programme scolaire, et au lieu de cela, les manuels font référence à « l’Occupation sioniste », « l’Occupation », « l’Occupation israélienne », les « Sionistes » et « l’Entité sioniste ».

Benny Gantz, le chef du parti Kakhol lavan, prononce un discours lors d’une conférence de presse à Tel Aviv, le 26 septembre 2019. (Avshalom Shoshoni/Flash90)

« Si les accords de paix avec Israël ont effectivement été effacés des manuels palestiniens, cela fait avant tout du tort aux jeunes palestiniens », a déclaré Benny Gantz, le chef de Kakhol lavan, dans un communiqué. « Notre capacité à créer un avenir meilleur commence par l’éducation de générations futures pour la paix, la tolérance et la coexistence, et non pas l’incitation à la haine et aux attentats suicides à la bombe. Effacer le passé constitue une attaque essentielle contre l’espoir d’un avenir meilleur. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...