Réconciliation palestinienne : l’AP va financer l’électricité à Gaza
Rechercher

Réconciliation palestinienne : l’AP va financer l’électricité à Gaza

L'approvisionnement en électricité avait été réduit de 35 % depuis plus d'un an et demi ; les Gazaouis bénéficieront désormais de 6 à 8 heures d'électricité par jour

Dov Lieber est le correspondant aux Affaires arabes du Times of Israël

Des palestiniens se réchauffent autour d'un feu pour pallier le manque d'électricité, à Rafah, dans la bande de Gaza, le 1er décembre 2016. (Abed Rahim Khatib/Flash90)
Des palestiniens se réchauffent autour d'un feu pour pallier le manque d'électricité, à Rafah, dans la bande de Gaza, le 1er décembre 2016. (Abed Rahim Khatib/Flash90)

L’Autorité palestinienne a déclaré mercredi qu’elle est prête à reprendre le paiement de l’ensemble de ses parts pour l’électricité dans la bande de Gaza, mettant ainsi fin à 6 mois de restrictions.

Cette mesure s’inscrit dans le processus de réconciliation entre l’AP et le groupe terroriste du Hamas, qui gouverne l’enclave depuis dix ans.

Le ministre des Affaires civiles de l’Autorité palestinienne (AP) Hussein al-Sheikh a indiqué mercredi que l’AP restaurera pleinement l’électricité à Gaza après une coupure de l’approvisionnement de 35 % depuis plus d’un an et demi.

Sheikh a indiqué avoir demandé aux autorités israéliennes de rétablir 50 mégawatts de lignes électriques dans les secteurs du sud de l’enclave palestinienne.

Abbas avait drastiquement réduit son financement de l’électricité israélienne fournie à la bande au mois d’avril pour tenter d’obliger son rival, le groupe terroriste du Hamas, à céder son contrôle de l’enclave.
Cette initiative avait laissé Gaza avec, en moyenne, deux à quatre heures d’électricité par jour, aggravant une situation humanitaire déjà tendue sur le territoire.

Le retour à l’approvisionnement régulier en électricité signifierait que les Gazaouis pourront désormais bénéficier de 6 à 8 heures d’électricité par jour.

Les pénuries d’électricité ont perturbé les services de base à Gaza, comme le traitement des eaux et la santé.

Jusqu’au mois de juin, l’AP versait 40 millions de shekels par mois pour 152 mégawatts d’électricité à Gaza. En juin, le non-paiement par l’AP a conduit à une réduction de la quantité de mégawatt fournies, passée de 125 à 75 mégawatts.

Un accord négocié par l’Égypte avait fixé la date du 1er décembre pour effectuer le transfert du contrôle de Gaza à l’AP. Reportée au 10 décembre, cette nouvelle date butoir a également été dépassée.

Khaled Fawzi, 3ème à gauche, chef des services égyptiens de renseignement, s’esclaffe aux côtés du leader du Hamas, Izzat al-Rishq, 2ème à gauche, et d’Azzam al-Ahmad du Fatah, au centre, suite à la signature de l’accord de réconciliation au Caire, le 12 octobre 2017 (Crédit :AFP / KHALED DESOUKI)

Le Hamas avait exigé qu’Abbas lève les sanctions qu’ils infligeait à l’enclave palestinienne, dans le cadre des mesures destinées à la réconciliation.

Ces sanctions se traduisaient également par des coupes salariales pour des milliers de fonctionnaires à Gaza, et des coupes budgétaires dans le secteur.

Le Premier ministre de l’AP, Rami Hamdallah a déclaré dans à la télévision que la restauration de l’électricité s’inscrivait dans le processus de réconciliation.

Ces dernières semaines, l’AP a également restauré son assistance médicale dans la bande de Gaza.

En dépit de la levée des sanctions par Abbas, le Fatah et le Hamas persistent à dire que le processus de réconciliation est sur le point d’échouer, principalement en raison du sort de la branche armée du Hamas.

Le coordonnateur spécial de l’ONU pour le processus de paix, Nickolay Mladenov, s’est félicité de l’annonce du gouvernement palestinien, « un développement positif qui devrait améliorer la situation humanitaire à Gaza et accroître les chances de la reprise de contrôle (de l’enclave) par l’Autorité palestinienne ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...