Rechercher

Lapid : Ce fut un honneur de servir le pays, nous reviendrons vite

Le Premier ministre sortant a rappelé ses succès et ceux de Naftali Bennett, tant en Israël qu’en-dehors des frontières

Le Premier ministre sortant, Yair Lapid, serre des mains lors de la cérémonie de prestation de serment de la nouvelle Knesset, au Parlement de Jérusalem, le 15 novembre 2022. (Crédit : Abir Sultan/Pool Photo via AP)
Le Premier ministre sortant, Yair Lapid, serre des mains lors de la cérémonie de prestation de serment de la nouvelle Knesset, au Parlement de Jérusalem, le 15 novembre 2022. (Crédit : Abir Sultan/Pool Photo via AP)

Le Premier ministre Yair Lapid a pris la parole lors du traditionnel conseil des ministres, ce dimanche, pour revenir sur les succès de sa coalition et dire l’honneur qui fut le sien de servir le pays.

« C’est la dernière réunion du 36e gouvernement de l’État d’Israël. Ce gouvernement a connu bon nombre de difficultés politiques, mais il a surtout beaucoup œuvré pour l’État d’Israël et ses concitoyens », a déclaré Lapid.

« Au cours de son bref mandat, ce gouvernement a pris 1 613 décisions couvrant tous les domaines de la vie des Israéliens, pour leur mieux-être. Nous n’avons pas agi uniquement au nom de ceux qui ont voté pour nous », a-t-il précisé.

« Le rôle du gouvernement israélien est clair : protéger l’État, faire respecter la loi, faire respecter la séparation des pouvoirs, protéger la sécurité et l’économie, protéger la position d’Israël dans le monde, protéger la démocratie israélienne », a rappelé Lapid.

« Nous nous sommes acquittés de toutes ces tâches avec beaucoup de succès. »

« Messieurs les ministres, j’ai été honoré de servir ce pays et ses citoyens avec vous. Nous serons de retour dans cette pièce plus tôt que vous ne le pensez », a assuré Lapid.

Le Premier ministre a énuméré certaines des réalisations de son mandat et de celui de l’ex-Premier ministre, Naftali Bennett, comme l’adoption du budget de l’État, pour la première fois depuis trois ans, la baisse du déficit et du chômage ou l’augmentation de l’allocation versée aux soldats.

Le Premier ministre Yair Lapid dirige le Conseil des ministres, à Jérusalem, le 20 novembre 2022 (Crédit : Haim Zach / GPO)

Lapid a également indiqué qu’un « coup dur » avait été infligé au Jihad islamique à Gaza lors d’une opération menée cette année, qui a tué certains des dirigeants du groupe terroriste, sans aucun dommage côté israélien.

Il a ajouté que des centaines d’attaques terroristes venues de Cisjordanie avaient également été déjouées.

Lapid a souligné que son gouvernement avait « empêché le renouvellement de l’accord nucléaire avec l’Iran » et qu’Israël avait mené un certain nombre d’opérations à l’étranger pour mettre à mal « les infrastructures terroristes » de l’Iran.

Le Premier ministre a indiqué qu’un certain nombre d’ambassades et de missions avaient été ouvertes aux Émirats arabes unis, au Maroc et à Bahreïn, et que les relations avaient été rétablies avec la Turquie, la Jordanie et l’Égypte.

Lapid s’est enorgueilli de « l’accord historique » conclu avec le Liban pour fixer leur frontière maritime.

Au niveau national, Lapid a rappelé que des travaux étaient en cours pour lutter plus efficacement contre la criminalité au sein des communautés arabes, que les conditions de travail des enseignants avaient été améliorées et que des allocations avaient été prévues pour les survivants de la Shoah.

Il a souligné que le gouvernement avait mis en place deux commissions d’enquête d’État: sur la tragédie du mont Meron, au cours de laquelle 45 personnes ont été tuées et plus de 150 blessées lors d’un mouvement de foule, et sur l’acquisition de sous-marins et navires de guerre par le gouvernement de l’ex- Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Le chef du Likud Benjamin Netanyahu (à gauche) et le président Isaac Herzog à la résidence présidentielle à Jérusalem, le 13 novembre 2022. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)

En juin 2021, Lapid avait réuni une coalition hétéroclite, composée de partis issus de tout le spectre politique israélien qui a mis fin aux fonctions de Netanyahu.

Mais de multiples défections ont fini par le rendre incapable de gouverner et de nouvelles élections ont dû être organisées, les cinquièmes du pays depuis 2019.

Le bloc de Netanyahu, composé du Likud, de partis orthodoxes et d’extrême-droite, a remporté 64 sièges lors du scrutin du 1er novembre dernier et a officiellement reçu le mandat de former un gouvernement, dimanche dernier.

Il dispose de 28 jours pour former une coalition majoritaire, éventuellement prorogeables de 14 jours, sur décision du président Herzog.

Les négociations sont interrompues depuis quelques jours en raison de la demande du leader HaTzionout HaDatit Bezalel Smotrich de se voir confier le ministère de la Défense.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...