Rechercher

L’Arabie saoudite inscrit la branche financière du Hezbollah sur liste noire

L'association Al-Qard al-Hasan, qui accorde des prêts à des centaines de milliers de Libanais frappés par la pauvreté, est accusée de gérer des fonds pour le groupe terroriste

Une statue du général iranien Qassem Soleimani, ancien chef de la force iranienne Quds, se trouve devant une branche de l'association Qard al-Hassan, dirigée par le Hezbollah, à Ghobeiry, au Liban, le 20 janvier 2021. (Crédit : AP Photo/Bilal Hussein)
Une statue du général iranien Qassem Soleimani, ancien chef de la force iranienne Quds, se trouve devant une branche de l'association Qard al-Hassan, dirigée par le Hezbollah, à Ghobeiry, au Liban, le 20 janvier 2021. (Crédit : AP Photo/Bilal Hussein)

L’Arabie saoudite a déclaré mercredi que l’Association libanaise Qard al-Hasan était une entité terroriste en raison de son lien direct avec le Hezbollah en tant que bras financier du groupe terroriste.

Al-Qard al-Hasan, dont le nom en arabe signifie « le prêt bienveillant », propose des prêts à taux zéro jusqu’à 5 000 dollars et est considérée comme la plus grande institution financière non bancaire du Liban accordant des microcrédits.

L’association, qui est officiellement une organisation caritative à but non lucratif, est l’un des outils par lesquels le Hezbollah, soutenu par l’Iran, s’assure un soutien au sein de la population chiite du pays, alors même que le groupe a fait l’objet d’énormes critiques au cours de l’année écoulée parmi les Libanais déchainés contre l’élite politique.

« L’association travaille à la gestion des fonds destinés à l’organisation terroriste (Hezbollah) et à son financement, y compris le soutien à des fins militaires », a déclaré la présidence saoudienne de la sécurité d’État dans un communiqué.

Ryad a déclaré qu’il gelait tous les avoirs de Qard al-Hasan, qu’il interdisait à toute entité d’entretenir des relations directes ou indirectes avec l’association, et a averti de « mesures strictes » à l’encontre des personnes dont il est confirmé mercredi qu’elles sont liées au groupe attaché au Hezbollah.

« Le Royaume d’Arabie saoudite continuera à œuvrer pour combattre les activités terroristes de l’organisation terroriste (Hezbollah), et coordonnera avec les partenaires internationaux pour cibler les sources de soutien financier de l’organisation, qu’il s’agisse d’individus ou d’entités », ajoute le communiqué saoudien.

Face à l’augmentation de la pauvreté au Liban, le Hezbollah fournit à sa communauté des écoles et des hôpitaux à bas prix, et distribue du combustible de chauffage aux pauvres. Le Hezbollah continue de payer ses combattants et les employés de ses institutions en dollars américains, tandis que tous les autres reçoivent leur salaire en livres libanaises, qui ont perdu environ 90 % de leur valeur pendant la crise.

Des conducteurs de motos attendent de recevoir du carburant dans une station-service à Beyrouth, au Liban, le 31 août 2021. (Crédit : AP Photo/ Hassan Ammar, File)

Dans le contexte de la crise économique, politique et sociale que traverse le Liban, l’association al-Qard al-Hasan a vu le nombre de ses clients augmenter considérablement, bien qu’elle soit sous le coup de sanctions du Trésor américain depuis 2007.

Le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a déclaré au début de l’année que quelque 300 000 personnes traitaient simultanément avec l’association au sujet de prêts. L’association affirme que ses clients sont issus des différentes sectes du Liban, même si la grande majorité d’entre eux seraient des musulmans chiites.

L’Arabie saoudite a déjà imposé des sanctions au Hezbollah, qualifié de groupe terroriste par les États-Unis, Israël et la Ligue arabe.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...