L’armée americaine décerne ‘par surprise’ la Légion du mérite à Gadi Eizenkot
Rechercher

L’armée americaine décerne ‘par surprise’ la Légion du mérite à Gadi Eizenkot

Le chef d'Etat-major américain a décoré son homologue israélien lors d'une cérémonie de la garde d'honneur à Washington

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Le chef d’Etat-major des armées des Etats-Unis Joseph Dunford a décerné jeudi au chef d’Etat-major de Tsahal Gadi Eizenkot la Légion du Mérite pour « service exceptionnellement méritoire, » devant le Pentagone, a annoncé un porte-parole de l’armée israélienne.

La cérémonie était une « surprise », a precisé l’officiel, bien que beaucoup des prédécesseurs d’Eizenkot aient également reçu la médaille.

Dunford a décerné à Eisenkot la Légion du Mérite, au grade de commandant, à la suite d’une cérémonie avec la garde d’honneur devant le Pentagone à Washington.

La Légion du mérite peut être attribuée par l’armée américaine aux responsables politiques et militaires étrangers qui « se sont distingués par un comportement particulièrement méritoire dans l’exécution des services exceptionnels, » conformément à la loi des États-Unis. Il s’agit du sixième plus grand honneur que les États-Unis peuvent donner à un citoyen américain.

La Légion du Mérite a quatre grades. Celui de commandant, qu’Eisenkot a reçu, est le deuxième plus haut niveau, après celui de commandant en chef.

Les anciens chefs d’Etat-major Benny Gantz et Gabi Ashkenazi avaient également reçu la Légion du Mérite pendant leurs mandats de chefs de l’armée israélienne.

Le chef d'Etat-major américain Joseph Dunford et le chef d'Etat-major israélien Gadi Eizenkot assistent à une cérémonie de la garde d'honneur devant le Pentagone le 4 août 2016. (Photo: Porte-parole de Tsahal)
Le chef d’Etat-major américain Joseph Dunford et le chef d’Etat-major israélien Gadi Eizenkot assistent à une cérémonie de la garde d’honneur devant le Pentagone le 4 août 2016. (Photo: Porte-parole de Tsahal)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...