L’armée annonce la démolition du domicile du terroriste de Halamish
Rechercher

L’armée annonce la démolition du domicile du terroriste de Halamish

La famille Al-Abed a 72 heures pour quitter les lieux ou faire appel. La mère du terroriste a été inculpée pour incitation au vu du soutien qu'elle a apporté à son fils

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

La maison de la famille Salomon à Halamish, le 22 juillet 2017. (Crédit : Jacob Magid/Times of Israël)
La maison de la famille Salomon à Halamish, le 22 juillet 2017. (Crédit : Jacob Magid/Times of Israël)

Les soldats de l’armée israélienne ont informé, dans la nuit de jeudi, la famille d’un terroriste qui a poignardé à mort trois israéliens la semaine dernière qu’ils se préparaient à démolir leur domicile. Dans une note écrite, l’armée a fait savoir à la famille qu’elle avait trois jours pour quitter les lieux ou faire appel de la décision de démolition.

Jeudi matin, un tribunal militaire a inculpé la mère du terroriste d’incitations à la violence. Cette dernière a salué l’attentat au couteau perpétré par son fils presque une semaine avant, une attaque qui avait tué trois membres d’une famille israélienne dans leur maison de Cisjordanie.

Vendredi dernier, Omar al-Abed a pénétré dans l’implantation de Halamish située au nord de Ramallah. Là-bas, il est entré dans l’habitation de la famille Salomon et s’est attaqué à ses membres à l’aide d’un couteau, tuant Yosef, 70 ans, le grand-père et deux de ses enfants, Elad, 36 ans, et Chaya, 46 ans. La grand-mère, Tova, a été pour sa part grièvement blessée.

Abed a été blessé par balles par un soldat hors service. Il a été arrêté et emmené à l’hôpital pour y être soigné, puis transféré dans les bureaux des agences de sécurité israéliennes pour y être interrogé. Il n’a pas encore été inculpé.

Ibtisam al-Abed, la mère, a été arrêtée par l’armée israélienne mardi dans son domicile du village de Koubar, en Cisjordanie. Elle a été accusée « d’incitation aggravée », ont fait savoir les militaires dans un communiqué.

La mère d'un terroriste qui a poignardé trois Israéliens à Halamish le 21 juillet 2017. (Crédit : capture d'écran: YouTube)
La mère d’un terroriste qui a poignardé trois Israéliens à Halamish le 21 juillet 2017. (Crédit : capture d’écran: YouTube)

Suite à l’attentat, la mère d’Abed était apparue dans une vidéo qui a été largement partagée sur les réseaux sociaux, dans laquelle elle faisait l’éloge de son fils pour l’attentat commis, affirmant qu’elle était « fière de lui » et qu’elle espérait qu’il serait rapidement libéré.

Lundi, la famille a accueilli des invités et la mère leur a distribués des gâteaux. Selon l’armée, elle a également « appelé à des attentats contre les Juifs ».

L’armée a déclaré que ces propos constituaient des incitations à la violence.

Elle a été arrêtée dans sa ville natale de Koubar aux premières heures de la matinée de mardi, ont fait savoir les militaires.

Dans une interview accordée au journal Haaretz et publiée lundi, Ibtisam al-Abed est citée faisant part de son soutien à certaines actions de son fils.

« [Ce qu’il a fait] n’est pas acceptable pour moi. Mais la nation entière voit du courage dans ses actions, entrer dans une implantation illégale, clôturée et gardée. Il n’a pas blessé d’enfants. Il les a écartés pour qu’ils ne soient pas blessés ».

Yosef, Elad et Chaya Salomon (Crédit : autorisation)
Yosef, Elad et Chaya Salomon (Crédit : autorisation)

Michal Salomon, dont l’époux Elad a été tué dans l’attentat, a déclaré qu’elle s’était cachée dans une chambre située à l’étage tandis que son mari luttait contre El-Abed dans l’attente de l’arrivée d’un éventuel secours.

Le père d’Al-Abed, Abd al-Jalil al-Abed, a également indiqué à Haaretz que les actions de son fils étaient compréhensibles.

Omar al-Abed, le terroriste qui a tué 3 Israéliens dans leur maison à Halamish, le 21 juillet 2017 (Crédit : Facebook)
Omar al-Abed, le terroriste qui a tué 3 Israéliens dans leur maison à Halamish, le 21 juillet 2017 (Crédit : Facebook)

« Je ne le soutiens pas, [et je ne soutiens] ni le meurtre de Juifs, ni le meurtre d’Arabes. Mais la raison pour laquelle mon fils a agi est plus importante que tout le reste : Al-Aqsa, le lieu saint de tous les musulmans. Omar a vu ce qu’il se passait, les fidèles frappés, arrêtant la prière. Je blâme l’occupation », a-t-il dit, se référant aux tensions sur le mont du Temple qui ont précipité l’attaque.

Cinq Palestiniens ont été tués vendredi et samedi derniers dans des affrontements contre la police suite à la décision d’Israël de placer des détecteurs de métaux à l’entrée du lieu saint de Jérusalem après que trois Arabes israéliens ont tué par balles deux policiers qui se tenaient aux abords du complexe le 14 juillet, en utilisant des armes qu’ils avaient introduites clandestinement à l’intérieur.

Jeudi, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a indiqué qu’Omar al-Abed devait être condamné à la peine de mort pour cet attentat au couteau meurtrier.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...