L’armée israélienne lance un exercice surprise sur le plateau du Golan
Rechercher

L’armée israélienne lance un exercice surprise sur le plateau du Golan

Tsahal a déclaré que des explosions, des mouvements de troupes devraient être attendus dans le nord d’Israël au cours des prochains jours ; des réservistes ont été appelés

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Un soldat israélien près d'un tank Merkava Mark IV sur le plateau du Golan durant un 
 mai exercice militaire, le anks in the Golan  (Crédit : AFP PHOTO / JALAA MAREY)
Un soldat israélien près d'un tank Merkava Mark IV sur le plateau du Golan durant un mai exercice militaire, le anks in the Golan (Crédit : AFP PHOTO / JALAA MAREY)

L’armée a lancé un exercice surprise dans le plateau du Golan dimanche, appelant des réservistes alors que les tensions au sujet de la présence de l’Iran dans la Syrie voisine persistent.

« Il n’y a pas longtemps, un exercice militaire surprise de grande ampleur a commencé dans la zone du plateau du Golan », a déclaré l’armée dans un communiqué.

« En outre, dans le cadre de l’exercice, le système pour appeler les réservistes a été activé », a déclaré l’armée.

L’armée a souligné que l’exercice n’était pas lié aux événements actuels mais était « prévu en avance dans le cadre du programme d’entraînement de 2018 ».

Pourtant, certaines unités impliquées n’ont pas été informées à l’avance afin de tester leur réactivité et leur comportement en cas de véritable flambée de violences.

L’armée israélienne a expliqué aux résidents et aux visiteurs de la zone qu’ils pourraient s’attendre à entendre des explosions et observer « une intensification de la circulation des véhicules ».

Israël a mené une campagne discrète contre la présence militaire de l’Iran en Syrie depuis plusieurs années. Cette campagne est venu à la lumière et s’est considérablement renforcée en février, après qu’un drone iranien transportant des explosifs est entré brièvement dans l’espace aérien israélien avant d’avoir été abattu. Israël a immédiatement lancé une contre-attaque sur la base aérienne T-4 au centre de la Syrie d’où le drone était piloté.

Photo publiée par les médias iraniens montrant la base aérienne T-4 dans le centre de la Syrie après un tir de missiles lundi 9 avril 2018 (médias iraniens)

Israël a de nouveau attaqué la base aérienne T-4 à nouveau en avril après que l’Iran a apporté un système anti-aérien avancé, tuant au moins sept membres du Corps des Gardes de la Révolution Islamique de l’Iran.

Après des semaines de menaces et de frappes israéliennes préventives, le 10 mai, la force al-Quds du Corps des Gardes de la Révolution Islamique a lancé 32 roquettes contre la ligne de défense avancée d’Israël sur le plateau du Golan. Quatre roquettes ont été abattues, alors que les autres n’ont même pas atteint le territoire israélien. En riposte, dans les deux heures qui ont suivi, des avions israéliens ont tiré des dizaines de missiles sur des cibles iraniennes en Syrie et ont détruit un nombre important de systèmes syriens de défense aérienne.

Diplomatiquement, au cours des récentes semaines, Israël a intensifié ses négociations avec la Russie, et dans une moindre mesure avec les Etats-Unis, afin de s’assurer du retrait iranien de la Syrie alors que la guerre civile commence à perdre de l’ampleur.

Selon des informations, Moscou est prêt à forcer l’Iran à retirer ses forces de la zone la plus proche de la frontière. Israël a rejetté l’offre, appelant l’Iran à quitter entièrement la Syrie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...