L’armée ouvre le feu sur des Gazaouis lançant des ballons incendiaires
Rechercher

L’armée ouvre le feu sur des Gazaouis lançant des ballons incendiaires

Aucune victime n'a été signalée après la frappe près de Rafah ; un ballon lesté d'explosifs a atterri dans un kibboutz ; 5 incendies ont été déclenchés dans les villes du sud

Des Palestiniens cagoulés qui se font appelé 'l'unité de la confusion de la nuit" tiennent des dispositifs incendiaires attachés à des ballons qui vont être lancés en Israël, depuis Rafah, le 26 septembre 2018. (Crédit : AFP /Said Khatib)
Des Palestiniens cagoulés qui se font appelé 'l'unité de la confusion de la nuit" tiennent des dispositifs incendiaires attachés à des ballons qui vont être lancés en Israël, depuis Rafah, le 26 septembre 2018. (Crédit : AFP /Said Khatib)

Un avion israélien a visé dimanche soir contre un groupe de Palestiniens dans la bande de Gaza qui lançaient des ballons incendiaires en direction d’Israël, a déclaré l’armée.

Selon des sources palestiniennes, la frappe a eu lieu à proximité de la ville de Rafah. Aucune victime n’a été signalée dans l’immédiat.

Les Gazaouis lancent très fréquemment des cerfs-volants et des ballons incendiaires vers Israël. Ces dispositifs provoquent des incendies qui ont détruit les forêts, brûlé des champs et tué du bétail.

Selon des responsables israéliens, des milliers de kilomètres carré de terres ont été brûlés, causant des dégâts estimés à plusieurs millions de shekels. Certains ballons sont lestés d’engins explosifs improvisés.

Plus tôt dans la journée de dimanche, la Dixième chaîne a indiqué qu’une bombe a été retrouvée attachée à un ballon qui a atterri près de la barrière d’un kibboutz dans le sud d’Israël. Les démineurs ont procédé à une explosion contrôlée.

Les sapeurs-pompiers ont également tenté de maîtriser cinq incendies déclenchés par des ballons incendiaires près des villes israéliennes adjacentes à la bande de Gaza, selon un porte-parole des pompiers.

Samedi soir, les pompiers et les services de sécurité se sont battus samedi soir pour maîtriser un énorme incendie au Moshav Ein Habesor, dans le sud d’Israël. Il aurait été provoqué par un dispositif incendiaire lancé depuis la bande de Gaza.

Des pompiers israéliens arrivent sur les lieux d’un incendie causé par un ballon incendiaire lancé par des Palestiniens de la bande de Gaza, lundi 3 septembre 2018, près de la frontière. (AP Photo / Tsafrir Abayov)

Un porte-parole des services de secours a déclaré que dès le matin, les pompiers ont travaillé à éteindre sept incendies qui faisaient rage près des villes israéliennes le long de la frontière causés par des ballons incendiaires lancés depuis Gaza.

Le ministre de la Défense, Avigdor Liberman, avait déjà ordonné samedi que les zones de pêche proches de Gaza soient restreintes à cause de l’escalade de violence à la frontière.

Trois émeutiers palestiniens, dont un jeune de 14 ans, auraient été tués par des tirs israéliens et des dizaines de personnes ont été blessées, lors d’une émeute qui a rassemblé près de 20 000 Palestiniens à la frontière vendredi, jetant des grenades et tentant d’ouvrir des brèches dans la clôture.

Au cours des émeutes, l’armée a fait savoir que des avions israéliens avaient frappé deux positions du Hamas dans le nord de la bande de Gaza après que les Palestiniens ont jeté des grenades et des dispositifs explosifs en direction des soldats israéliens.

Des Palestiniens manifestent au poste frontière d’Erez avec Israël dans le nord de la bande de Gaza le 3 octobre 2018. (AFP/Said KHATIB)

Ce mouvement de protestation d’envergure est survenu alors qu’Israël a signalé perdre patience et souhaiter entrer en guerre pour mettre un terme aux violences, tandis que les gouvernants du Hamas, au sein de l’enclave côtière, ont juré de continuer à intensifier le rythme des émeutes.

Les émeutes frontalières, appelées « Grande marche du retour » ont repris de l’ampleur ces dernières semaines. Depuis la fin du mois de mars et pendant les mois d’été, les Gazaouis se rassemblaient hebdomadairement, mais le phénomène a perdu de l’ampleur quand le Hamas est entré en pourparlers indirects avec Israël en vue d’un cessez-le-feu.

Mais alors que ces pourparlers sont au point mort, le Hamas a relancé les émeutes et les manifestations anti-Israël, et a créé de nouvelles unités chargées de maintenir la tension à la frontière, notamment la nuit et aux petites heures du jour.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...