Mort de 3 émeutiers palestiniens sur la frontière avec Gaza, dont un adolescent
Rechercher

Mort de 3 émeutiers palestiniens sur la frontière avec Gaza, dont un adolescent

L'aviation israélienne a frappé deux positions du Hamas ; selon l'armée, 20 000 Palestiniens ont manifesté, et dix d'entre eux ont traversé la frontière pour envoyer des grenades

Un Palestinien jette une pierre vers les soldats israéliens durant des affrontements le long de la frontière entre la bande de Gaza et Israël à l'est de Gaza City, le 5 octobre 2018 (Crédit :  AFP Photo/Said Khatib)
Un Palestinien jette une pierre vers les soldats israéliens durant des affrontements le long de la frontière entre la bande de Gaza et Israël à l'est de Gaza City, le 5 octobre 2018 (Crédit : AFP Photo/Said Khatib)

Trois Palestiniens – et notamment un adolescent de 14 ans – seraient morts alors qu’environ 20 000 Gazaouis ont participé à des manifestations violentes vendredi, le long de la frontière, jetant des grenades et tentant d’ouvrir des brèches dans la clôture. Des dizaines d’autres ont été blessés.

Au cours des émeutes, l’armée a fait savoir que des avions israéliens avaient frappé deux positions du Hamas dans le nord de la bande de Gaza après que les Palestiniens ont jeté des grenades et des dispositifs explosifs en direction des soldats israéliens.

Ce mouvement de protestation d’envergure est survenu alors qu’Israël a signalé perdre patience et souhaiter entrer en guerre pour mettre un terme aux violences, tandis que les gouvernants du Hamas, au sein de l’enclave côtière, ont juré de continuer à intensifier le rythme des émeutes.

Selon le ministère de la Santé dirigé par le Hamas à Gaza, 124 Palestiniens ont été blessés et trois tués lors des affrontements. Fares Hafez al-Sersawi, 14 ans, Mahmud Akram Mohammed Abu Samane, 24 ans, et Hussein al-Raqab, 28 ans, sont morts de blessures par balles réelles, a fait savoir le ministère.

Il a noté que plus de 20 personnes avaient été touchées par des tirs.

Les affrontements de vendredi ont eu lieu à divers endroits le long de la frontière, selon l’armée israélienne. Ils ont été marqués par le lancement de grenades et d’explosifs, des pneus brûlés et des jets de pierre vers la clôture de sécurité et les soldats israéliens.

« En réponse à plusieurs grenades et dispositifs explosifs qui ont été envoyés par les émeutiers sur les soldats, un avion de l’armée israélienne a perpétré deux frappes dans le nord de la bande de Gaza », a fait savoir l’armée.

Les troupes israéliennes ont également remarqué dix Palestiniens qui étaient entrés sur le territoire de l’Etat juif, jetant une grenade dans la clôture de sécurité avant de retourner à Gaza. Selon les militaires, il n’y a pas eu de blessés du côté israélien.

L’armée a précisé que les troupes avaient répondu en utilisant des moyens de dispersion anti-émeutes et des tirs à balles réelles, conformément aux réglementations de l’armée israélienne.

Les Palestiniens participent à des émeutes le long de la frontière avec la bande de Gaza, le 5 octobre 2018 (Crédit : Armée israélienne)

Un porte-parole des services d’incendie et de secours a déclaré que depuis la matinée, les pompiers avaient éteint cinq feux à proximité des villes israéliennes le long de la frontière, allumés par des ballons incendiaires lancés depuis Gaza.

Les forces israéliennes de sécurité ont fait fermer les routes aux abords de la bande de Gaza, vendredi.

Le chef d’état-major de l’armée israélienne, Gadi Eizenkot, s’est rendu le long de la frontière dans la journée de vendredi. Il y a rencontré de hauts-responsables militaires et examiné la situation sécuritaire.

« Le chef d’état-major a fait part de sa grande admiration pour les soldats et les commandants qui œuvrent quotidiennement à relever les défis en termes de sécurité dans la bande de Gaza et qui permettent aux résidents [du sud] de vivre en sécurité », a fait savoir l’armée dans un communiqué.

L’armée s’était préparée à la possibilité d’une seconde semaine consécutive de manifestations massives à la frontière. Jeudi, les militaires avaient annoncé le déploiement de soldats supplémentaires et de batteries du Dôme de fer – pour la défense antiaérienne – dans le secteur de l’enclave, le ministre de la Défense Avigdor Liberman prônant le maintien d’un « état maximal de préparation en vue de n’importe quel scénario ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...