L’auteur pacifiste Yehoshua soutient-il le plan pour la Cisjordanie de Bennett ?
Rechercher

L’auteur pacifiste Yehoshua soutient-il le plan pour la Cisjordanie de Bennett ?

Sans pour autant mentionner l’idée soulevée par le ministre de droite, A.B. Yehoshua dit être favorable à ce que la citoyenneté soit donnée aux Palestiniens de la Zone C, la solution à deux états n’étant pas faisable en raison des implantations

L'écrivain israélien A.B. Yehoshua (Crédit: Chen Leopold/Flash90)
L'écrivain israélien A.B. Yehoshua (Crédit: Chen Leopold/Flash90)

JTA — Depuis des années, l’auteur israélien A.B. Yehoshua se bat pour un état palestinien. Depuis des années, le politicien issu de la droite israélienne Naftali Bennett a combattu cette idée.

Mais ils sont dorénavant d’accord. S’exprimant au micro de la radio militaire israélienne lundi, Yehoshua a fait part d’un changement de point de vue étonnant après presque 50 ans d’activisme pacifique : “Cela n’a plus aucun sens de parler de solution à deux états”.

“Cette solution est rendue de plus en plus difficile, elle paraît de plus en plus problématique et, après cinquante années, elle est devenue plus difficile encore à envisager compte-tenu de ce qu’il se passe sur le terrain”, a expliqué Yehoshua au cours d’une interview célébrant son 80e anniversaire.

« La solution a été rendue impossible en premier lieu en raison des implantations importantes qui exigeraient dorénavant l’évacuation de 450 000 personnes, ce qui est tout à fait délirant ».

Au lieu de cela, Yehoshua s’est référé à une idée proche du scénario évoqué par le parti HaBayit HaYehudi, le plus belliciste de la Knesset. Bennett, président de cette formation, s’oppose avec véhémence à une solution à deux états.

Il a poussé Israël à annexer la portion de Cisjordanie qui comprend l’ensemble des implantations Israéliennes et quelque 100 000 Palestiniens. Appelée Zone C, la région forme environ 60 % de la totalité du territoire de Cisjordanie. Le plan de Bennett offrirait la citoyenneté israélienne aux Palestiniens de la Zone C.

Constructions dans l'implantation ultra-orthodoxe de Beitar Illit, avec le village arabe de Wadi Fukin au premier plan, le 17 juin 2015. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)
Constructions dans l’implantation ultra-orthodoxe de Beitar Illit, avec le village arabe de Wadi Fukin au premier plan, le 17 juin 2015. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

Contrairement à Bennett, Yehoshua n’a pas appelé à l’annexion du secteur. Mais il a suggéré de donner une citoyenneté entière ou partielle aux 100 000 Palestiniens présents là-bas.

Dans la mesure où les Juifs qui vivent dans la Zone C bénéficient déjà d’une pleine citoyenneté israélienne, la proposition faite par Yehoshua finit par beaucoup ressembler à celle de Bennett.

“Ils sont nuit et jour en conflit avec les résidents des implantations et ils souffrent du problème de l’occupation de la manière la plus dure”, a indiqué Yehoshua, parlant des Palestiniens de la Zone C. « Je dis : Donnons-leur le droit de résidence, comme aux habitants [Arabes] de Jérusalem… ou même la citoyenneté. De cette façon, vous valorisez leur position. Et du point de vue de la démographie israélienne, ce n’est pas un problème”.

Yehoshua a déclaré que son changement de positionnement “ne relève pas du désespoir. C’est une solution spécifique apportée à un problème substantiel ».

Il a dit que l’octroi de plus de droits aux Palestiniens de la Zone C signifierait également qu’ils bénéficieraient d’allocations, comme l’assurance chômage, la Sécurité Sociale et des salaires israéliens. Yehoshua a considéré que cette démarche représenterait une amélioration immédiate de la situation de certains Palestiniens et ce, tant que la création d’un état restera une aspiration encore éloignée.

Bennett a répondu sur Twitter, clamant en hébreu que “A.B. Yehoshua a adopté en pratique le plan de souveraineté que j’avais soumis en 2010”.

“Cela montre encore que la gauche israélienne cherche des alternatives à l’idée avortée de situation à deux états”, a dit son porte-parole dans un communiqué.

Naftali Bennett, ministre de l'Education et président du parti HaBayit HaYehudi, pendant une conférence de presse, le 18 juillet 2016. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Naftali Bennett, ministre de l’Education et président du parti HaBayit HaYehudi, pendant une conférence de presse, le 18 juillet 2016. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...