L’Autriche enquête sur un rappeur néonazi
Rechercher

L’Autriche enquête sur un rappeur néonazi

Sous couvert de l'anonymat, ce Viennois appelle depuis plusieurs années les membres de forums néo-nazis en ligne à commettre des attentats terroristes

Des manifestants avec des pancartes "Nazis, dehors" durant une manifestation contre le parti autrichien pour la Liberté, le FPÖ, à Vienne, en Autriche, le 15 octobre 2017. (Crédit : AP Photo/Ronald Zak)
Des manifestants avec des pancartes "Nazis, dehors" durant une manifestation contre le parti autrichien pour la Liberté, le FPÖ, à Vienne, en Autriche, le 15 octobre 2017. (Crédit : AP Photo/Ronald Zak)

Les services secrets autrichiens tentent « depuis plusieurs mois » de démasquer un militant d’extrême droite qui aurait fourni la musique diffusée en direct sur Internet par l’auteur d’une attaque antisémite mortelle en Allemagne l’année dernière, a déclaré un porte-parole jeudi.

L’une de ses chansons aurait été utilisée comme bande-son, lors d’un attentat au cours duquel un terroriste a abattu deux personnes à Halle (est).

Sous couvert de l’anonymat, ce Viennois appelle depuis plusieurs années, en utilisant des pseudonymes, les membres de forums néo-nazis en ligne à commettre des attentats terroristes. 

Il a publié ses propres versions néonazies de chansons populaires détournées, selon une enquête du quotidien autrichien Der Standard et du radiodiffuseur public allemand ARD.

« Nous enquêtons sur cette affaire », a déclaré jeudi à l’AFP un porte-parole du ministère autrichien de l’Intérieur. 

Le porte-parole a ajouté que l’enquête était menée par le BVT, l’agence qui regroupe les services autrichiens du renseignement, et qu’elle était en cours depuis « plusieurs mois ».

Sur des forums en ligne basés aux États-Unis, le rappeur a comparé le tireur de Christchurch, qui a tué 51 personnes dans une mosquée néo-zélandaise en 2018, à un saint. 

Il a traduit en allemand son manifeste raciste, antisémite et extrémiste.

« Nous aussi, nous devons nous préparer à attaquer très bientôt », a-t-il écrit sur Internet, selon Der Standard et ARD.

La réactivation de l’idéologie nazie est un délit pénal en Autriche, pays de naissance d’Adolf Hitler. 

L’année dernière, le ministère autrichien de l’intérieur a enregistré 797 incidents imputés à des militants d’extrême droite.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...