L’ayatollah Khamenei compare négationnisme de la Shoah et caricatures de Mahomet
Rechercher

L’ayatollah Khamenei compare négationnisme de la Shoah et caricatures de Mahomet

"Pourquoi douter au sujet de l'holocauste est considéré comme un crime [...] tandis que l'offense au Prophète est un acte permis?!", a demandé le guide suprême iranien

Le Guide suprême iranien, l'Ayatollah Ali Khamenei, s'adresse à la nation dans un discours télévisé marquant l'anniversaire de la mort en 1989 de l'Ayatollah Ruhollah Khomeini, le leader de la révolution islamique de 1979, à Téhéran, en Iran, le 3 juin 2020. (Bureau du Guide suprême iranien via AP)
Le Guide suprême iranien, l'Ayatollah Ali Khamenei, s'adresse à la nation dans un discours télévisé marquant l'anniversaire de la mort en 1989 de l'Ayatollah Ruhollah Khomeini, le leader de la révolution islamique de 1979, à Téhéran, en Iran, le 3 juin 2020. (Bureau du Guide suprême iranien via AP)

Le guide suprême de la République islamique d’Iran, Ali Khamenei, a qualifié mercredi d' »acte stupide » le soutien du président français Emmanuel Macron aux caricatures du prophète de l’islam Mahomet.

« Posez cette question à votre président: pourquoi il soutient l’offense au Prophète de Dieu, tout en la considérant comme la liberté d’expression? (…) Cet acte stupide n’est-il pas une offense à la conscience d’une nation qui l’a élu comme son président?! » a-t-il dit dans un message sur son site internet adressé aux « Jeunes de France ».

Lors de la cérémonie d’hommage à Samuel Paty, professeur d’histoire décapité près de Paris le 16 octobre dans un attentat commis par un islamiste pour avoir montré à ses élèves des caricatures du Prophète, M. Macron a promis que la France ne renoncerait pas à ces dessins.

Ses déclarations ont déclenché des manifestations dans plusieurs pays à majorité musulmane ainsi que des appels au boycott des produits français.

Des manifestants tiennent une pancarte indiquant « J’enseigne donc je suis » et un portrait du professeur d’histoire Samuel Paty alors qu’ils se rassemblent place de la République à Paris le 18 octobre 2020, deux jours après avoir été décapité par un agresseur abattu par les policiers. (Crédit : Bertrand GUAY / AFP)

« La question suivante est: pourquoi alors douter au sujet de l’holocauste est considéré comme un crime? », a ajouté l’ayatollah Khamenei. « Et pourquoi celui qui écrit sur ce sujet doit être condamné à la prison, tandis que l’offense au Prophète est un acte permis?! »

Avant M. Khamenei, le président iranien Hassan Rohani avait averti qu’insulter le prophète encourageait « violence et effusion de sang ».

L’Iran a convoqué mardi le numéro deux de l’ambassade de France à Téhéran pour protester contre « le comportement inacceptable des autorités françaises ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...