Rechercher

L’Azerbaïdjan ferme une mosquée liée au guide suprême de l’Iran

Le porte-parole du ministère azerbaïdjanais de l'Intérieur a justifié la fermeture par la "hausse des cas de Covid-19" ; l'ambassade de l'Iran à Bakou dit "suivre l'affaire"

Drapeau de l'Azerbaïdjan. (Crédit : Pixabay)
Drapeau de l'Azerbaïdjan. (Crédit : Pixabay)

L’Azerbaïdjan a fermé une mosquée liée au guide suprême de l’Iran, a annoncé mardi l’agence de presse iranienne Tasnim, à la suite des manœuvres militaires de l’armée iranienne près de sa frontière, dénoncées par Bakou.

« La mosquée et le bureau de représentation de Seyyed Ali Akbar Ojaghnéjad, représentant du guide suprême Ali Khamenei à Bakou, ont été scellés et fermés aujourd’hui (mardi, NDLR), sur ordre des autorités de la République d’Azerbaïdjan », a annoncé l’agence, sans donner plus de précision.

Le représentant iranien du guide suprême, M. Ojaghnéjad, occupait ce poste depuis 1996, selon son site internet. Le bureau de représentation se situe à l’intérieur de la mosquée.

Le porte-parole du ministère azerbaïdjanais de l’Intérieur, Eskhan Zahidov, a justifié dans un communiqué cette fermeture par la « hausse récente des cas de (contaminations au) Covid-19 ». « C’est pour cela que son fonctionnement (…) a été suspendu temporairement. »

L’ambassade de l’Iran à Bakou a déclaré dans un communiqué « s’être mobilisée immédiatement et suivre l’affaire afin de demander les explications pour cette action menée sans avertissement. »

Depuis la mi-septembre, la tension est vive entre les deux voisins qui partagent une frontière commune de 700 km.

Les forces terrestres iraniennes ont lancé vendredi des exercices militaires dans le nord-ouest du pays, près de cette frontière, selon des images diffusées lundi à la télévision publique, après des préparatifs commencés quelques jours auparavant.

Lundi, le commandant de l’Armée terrestre iranienne, le général de brigade Kioumars Heydari, a prévenu que l’Iran s’opposait à la présence « d’éléments du régime sioniste (…) dans la région », faisant allusion aux bonnes relations entre l’Azerbaïdjan et Israël, pays ennemi de l’Iran.

Le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev s’était dit « surpris » par ces manoeuvres.

Démentant toute présence de militaires israéliens à la frontière avec l’Iran, la porte-parole de la diplomatie azerbaïdjanaise, Leïla Abdoullaïeva, a qualifié lundi les accusations de Téhéran de « totalement infondées. »

L’Azerbaïdjan, qu’une guerre de six semaines a opposé à l’Arménie en septembre 2020, s’est largement armé ces dernières années, notamment auprès de l’Etat hébreu.

Taxes

Autre signe de tension entre Bakou et Téhéran : la décision de l’Azerbaïdjan d’imposer dès mi-septembre des taxes douanières aux camions iraniens traversant son territoire pour se rendre en Arménie.

Afin de contourner l’Azerbaïdjan, le ministère iranien des Routes a annoncé lundi l’envoi d’une délégation à Erevan pour « discuter de l’achèvement de la route Tatev » qui relie directement l’Iran à l’Arménie et qui est « stratégique » pour l’Iran.

Bakou « contrôle actuellement 20 km de cette route de 400 km qui s’étend de Norduz (en Iran) à Erevan », affirme-t-il dans un communiqué. L’Iran est « prêt à achever dès que possible la partie restante de la route. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...