Le cabinet de sécurité se réunira jeudi, pour la première fois depuis des mois
Rechercher

Le cabinet de sécurité se réunira jeudi, pour la première fois depuis des mois

Le comité restreint de haut niveau va étudier des développements dans les discussions sur l'échange de prisonniers avec le Hamas et dans la lutte pour évincer l'Iran de la Syrie

Le ministre de la Défense Naftali Bennett rencontre le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à gauche), le chef d'état-major de Tsahal Aviv Kohavi (à droite) et le général de brigade Ofer Winter, secrétaire militaire du ministre de la Défense, le 12 novembre 2019. (Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)
Le ministre de la Défense Naftali Bennett rencontre le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à gauche), le chef d'état-major de Tsahal Aviv Kohavi (à droite) et le général de brigade Ofer Winter, secrétaire militaire du ministre de la Défense, le 12 novembre 2019. (Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)

Le cabinet de sécurité de haut niveau se réunira jeudi pour la première fois depuis des mois, selon les médias, spéculant que la discussion pourrait se concentrer sur les prétendues frappes israéliennes en Syrie cette semaine ou sur les négociations avec le groupe terroriste palestinien du Hamas pour un accord d’échange de prisonniers.

Les ministres ont reçu une convocation pour une réunion à 17 heures au bureau du Premier ministre à Jérusalem, ont rapporté les médias en langue hébraïque mercredi dernier. Ils n’ont pas été informés du sujet de la réunion.

Un sujet probable pourrait être les efforts d’Israël pour évincer l’Iran de la Syrie.

Les frappes aériennes israéliennes présumées dans l’est de la Syrie lundi soir auraient tué au moins 14 combattants iraniens et miliciens alliés.

Ces attaques sont les sixième et septième frappes attribuées à Israël contre les forces liées à l’Iran en Syrie au cours des deux dernières semaines. Il n’y a pas eu de commentaire immédiat de la part de l’armée israélienne, qui confirme rarement les raids transfrontaliers individuels.

L’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) a déclaré que tous les morts lors du bombardement des bases de la milice dans la région de Deir Ezzor étaient des ressortissants iraniens ou irakiens. L’Observatoire a indiqué que le nombre de morts devrait encore augmenter, car un certain nombre de personnes blessées lors de la frappe étaient dans un état critique.

Le responsable de l’observatoire, Rami Abdel Rahman, a déclaré qu’il était « probable » qu’Israël ait monté l’opération.

Explosions à l’aéroport d’Alep prétendument causées par des frappes israéliennes, le 27 mars 2019. ( Capture d’écran/Twitter )

La semaine dernière, le ministre de la Défense Naftali Bennett a semblé confirmer qu’Israël était responsable des récentes attaques contre les forces pro-iraniennes en Syrie, en disant que l’armée s’efforçait de chasser Téhéran du pays.

Jérusalem affirme que la présence de l’Iran en Syrie, où il se bat pour soutenir le président Bashar el-Assad, est une menace, alors que Téhéran cherche à s’implanter durablement le long des frontières nord d’Israël. Israël s’est également engagé à prendre des mesures militaires pour empêcher l’Iran de fournir au groupe terroriste chiite du Hezbollah basé au Liban des armes avancées, en particulier des missiles à guidage de précision.

Une autre raison possible de la convocation du cabinet de sécurité est l’éventuel progrès des discussions avec le Hamas sur un accord d’échange de prisonniers.

La possibilité d’un accord pour la restitution de deux captifs israéliens – Avraham Mengistu et Hisham al-Sayed – et des corps de deux soldats de l’armée israélienne détenus dans la bande de Gaza – Oron Shaul et Hadar Goldin – semble s’être accélérée récemment.

Le négociateur en chef du gouvernement pour la libération des Israéliens détenus par le groupe terroriste a informé les familles la semaine dernière au sujet des discussions sur l’échange de prisonniers, tandis qu’un haut responsable du Hamas a réagi dimanche aux progrès signalés, déclarant que le groupe terroriste était prêt à « tout sacrifier » pour obtenir la libération de ses membres des prisons israéliennes.

La réunion de la semaine dernière entre le négociateur Yaron Blum et les familles de Shaul et Goldin, tous deux tués au combat pendant la guerre de Gaza en 2014, a eu lieu après la convocation par Netanyahu de la commission ministérielle chargée du retour des prisonniers israéliens pour discuter des efforts visant à parvenir à un échange de prisonniers avec le Hamas, a rapporté la Treizième chaîne.

Dans le sens des aiguilles d’une montre, à partir du haut à gauche : Avraham Mengistu, Hisham al-Sayed, Hadar Goldin et Oron Shaul. (Flash 90/Times of Israel)

Alors que le Hamas a exprimé ces dernières semaines son intérêt pour la conclusion d’un accord, le groupe terroriste, qui est le dirigeant de facto dans la bande de Gaza et qui cherche ouvertement la destruction d’Israël, a déclaré que pour qu’un tel accord puisse avoir lieu, Israël doit d’abord libérer tous les prisonniers adolescents, femmes et personnes âgées en plus de ceux qui ont été de nouveau arrêtés après l’accord Shalit de 2011, lorsque plus de 1 000 condamnés pour terrorisme ont été libérés en échange d’un seul soldat de Tsahal.

Ismail Haniyeh, qui dirige le groupe basé à Gaza, a déclaré qu’il était optimiste quant à la possibilité de conclure un accord d’échange de prisonniers avec Israël, et que le groupe était prêt pour des négociations indirectes.

La question des captifs aurait retardé l’accord d’Israël pour que l’argent des nouveaux investissements soit acheminé dans la bande de Gaza sous blocus, et le Hamas désespère de plus en plus de lever une partie du blocus dans un contexte de pandémie mondiale de coronavirus et de ralentissement économique.

Certains départements de la défense israélienne pensent qu’un échange de prisonniers apporterait le calme à la frontière, souvent tendue, à court terme.

Après des semaines de calme, les terroristes palestiniens dans la bande de Gaza ont tiré une roquette sur Israël tôt mercredi qui a atterri dans une zone ouverte, ne faisant ni blessés ni dégâts, a déclaré l’armée israélienne. Tsahal a déclaré qu’en réponse, les tanks ont bombardé trois positions militaires du Hamas dans le nord de la bande de Gaza.

Par le passé, Israël et le Hamas n’ont pas réussi à avancer dans les négociations, en partie parce que chacun a exigé un calendrier différent. Le Hamas a exigé deux séries de libérations de prisonniers – la première en échange d’informations sur les captifs, la seconde en échange de la remise effective à Israël des captifs et des corps des soldats. Israël a refusé, insistant sur le fait que tout accord doit avoir lieu dans le cadre d’un seul échange.

L’accord de coalition conclu le mois dernier entre Netanyahu et Benny Gantz ouvre également une fenêtre politique possible pour un accord, car le parti Kakhol lavan de Gantz soutiendrait probablement un échange même si certains des alliés de droite de Netanyahu ne le feraient pas, comme Bezalel Smotrich.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...