Le centre-gauche israélien s’est effondré ces 20 derniers mois. Où est-il passé?
Rechercher
Analyse

Le centre-gauche israélien s’est effondré ces 20 derniers mois. Où est-il passé?

En avril 2019, les partis sionistes qui ne s'identifient pas comme "de droite" ont remporté 49 sièges à la Knesset. Ils en ont maintenant 26. Où sont passés 47 % du centre-gauche ?

Haviv Rettig Gur

Haviv Rettig Gur est l'analyste du Times of Israël

Benny Gantz, chef du parti Kakhol lavan, visite le marché Mahane Yehuda de Jérusalem, le 28 mars 2019. (Sharia Diamnet)
Benny Gantz, chef du parti Kakhol lavan, visite le marché Mahane Yehuda de Jérusalem, le 28 mars 2019. (Sharia Diamnet)

Il y a une vieille blague que l’on entend parfois de la part des députés de droite siégeant à la Knesset à Jérusalem, lorsque le son d’une sirène d’ambulance retentit à travers une fenêtre.

« C’est soit un électeur de gauche qui meurt, soit un électeur de droite qui naît », dit-on.

Cette boutade, comme toutes les blagues, s’inspire de la vérité. Il existe une réalité démographique que la gauche israélienne n’a pas encore sérieusement prise en compte, bien qu’elle soit connue depuis des décennies. La politique israélienne est tribale, les allégeances partisanes se divisant généralement en fonction de différences culturelles et religieuses profondément ancrées, et les personnes les plus à gauche de cette catégorie démographique sont de moins en moins nombreuses et de plus en plus âgées.

Il existe une « tribu ‘Tel Aviv’ laïque et moderne », note Shmuel Rosner, analyste et rédacteur en chef de themadad.com, un site qui suit les sondages politiques et propose des analyses sur les complexités byzantines des mathématiques de la coalition israélienne.

Mais cette tribu de gauche est entravée par sa faiblesse démographique. « Elle joue toujours d’une mauvaise main, parce que son réservoir de votes potentiels est petit », dit Rosner. Petit comment ? « Si vous regardez la population, il y a environ 40 % qui sont au centre et à gauche », dit Rosner.

Israéliens assis sur la place Dizengoff à Tel Aviv, lors du troisième confinement national d’Israël, le 29 décembre 2020. (Crédit : Miriam Alster / Flash90)

Toute tentative du centre-gauche pour gagner le pouvoir politique commence par ce désavantage fondamental : son noyau démographique est une minorité – au mieux une pluralité – dans la société israélienne.

La gauche s’effondre

Le Times of Israel s’est adressé à Rosner cette semaine non pas pour cette vision à long-terme, mais pour répondre à une question bien plus immédiate et déroutante.

Le Madad, ou « index » en hébreu, a pour conseiller scientifique le professeur Camil Fuchs, collaborateur de longue date de Rosner, statisticien et ancien directeur de la School of Mathematical Sciences de l’université de Tel Aviv, qui est également l’un des enquêteurs politiques les plus prolifiques et les plus connus d’Israël.

Rosner et Fuchs sont des experts sur les divisions culturelles et religieuses d’Israël, ses « tribus ». Ils ont écrit un livre en 2018 (publié dans une traduction anglaise en 2019) intitulé « #IsraeliJudaism », qui décrit, à l’aide d’enquêtes et d’outils statistiques, les profonds changements qui se produisent dans les identités religieuses – et par extension politiques – des Juifs israéliens.

Le Madad, une nouvelle organisation, recueille les sondages politiques israéliens et utilise les données pour représenter graphiquement la montée et la chute de coalitions politiques potentielles et découvrir des tendances qui ne sont pas facilement visibles dans le flux d’informations quotidien.

Shmuel Rosner. (Autorisation)

Le site, dont l’outil « coalition monitor » est disponible en anglais, permet d’examiner un phénomène plus déroutant que le lent déclin de la démographie de gauche : L’évaporation en 20 mois de près de la moitié de l’électorat de centre-gauche.

(Les termes « gauche » et « centre-gauche » sont utilisés ici tels que les Israéliens les utilisent généralement, de manière interchangeable pour décrire les factions politiques et les circonscriptions sionistes qui ne se décrivent pas comme de « droite »).

Regardez l’ampleur de l’effondrement.

Lors des élections d’avril 2019, le centre-gauche (Kakhol lavan, Parti travailliste, Meretz et Koulanou, qui compte quatre sièges et dont les électeurs se décrivent pour la plupart comme étant de centre-gauche même si le chef du parti, Moshe Kahlon, est originaire du Likud) a remporté 49 sièges à la Knesset, soit 41 % des sièges de la Knesset.

Lors des élections de septembre de cette année-là, Kakhol lavan plus la gauche nouvellement réorganisée du Parti travailliste-Gesher et de l’Union démocratique (Koulanou avait fusionné avec le Likud et avait disparu) obtinrent 44 sièges.

Les membres de l’alliance du Camp démocratique Nitzan Horowitz (2e à droite), Ehud Barak (centre), Stav Shafir (3e à droite) et Tamar Zandberg (2e à gauche) en tournée de campagne électorale au marché Sarona de Tel Aviv, le 16 septembre 2019. (Tomer Neuberg/Flash90)

Lors de la campagne de mars 2020, le même centre-gauche, désormais composé de Kakhol lavan et de la liste consolidée des Travaillistes-Gesher-Meretz, ne disposait plus que de 40 sièges.

Ce déclin constant a probablement joué un rôle dans la décision de Gantz de rejoindre un gouvernement d’union avec Netanyahu plutôt que de risquer une quatrième élection consécutive.

Mais le déclin s’est poursuivi. Un sondage réalisé le 7 août par le sondeur Mano Geva pour la Douzième chaîne a donné 35 sièges au centre-gauche (désormais composé de Kakhol lavan, Yesh Atid et Meretz), où la situation semblait se stabiliser jusqu’à début décembre. Les sondages effectués par le même sondeur les 18 octobre, 27 novembre et 3 décembre ont donné au même groupe de partis 33, 33 et 34 sièges respectivement.

Puis, le 8 décembre, Gideon Saar a annoncé son nouveau parti, qu’il a décrit comme une alternative de droite à Netanyahu. Le 9 décembre, le sondage Douzième chaîne-Mano Geva suivant a vu le chiffre combiné de Kakhol lavan, Yesh Atid et Meretz chuter une fois de plus, cette fois à 27. Les sondages suivants, les 15 et 22 décembre, ont donné 26 sièges.

La chute a été vertigineuse. En 20 mois, d’avril 2019 à décembre 2020, le nombre de sièges remportés par les partis sionistes qui ne s’identifient pas à la « droite » a chuté de 49 à 26, soit une baisse de 47 %.

Yair Lapid, coprésident du parti Kakhol lavan, dépose son bulletin de vote dans un bureau de vote de Tel Aviv lors des élections nationales du 17 septembre 2019. (Tomer Neuberg/Flash90)

Où sont-ils passés ?

Il y a deux façons de répondre à la question de savoir où ces électeurs se trouvent actuellement. On peut essayer de les sonder, en demandant à un échantillon représentatif du public israélien pour qui ils ont voté en avril 2019, et en suivant les électeurs de centre-gauche de cette élection avec des questions sur leurs choix dans les élections suivantes.

On peut aussi se tourner vers un outil comme le Madad pour suivre la dispersion de ces votes. Le graphique du « moniteur de coalition » montre en gras, sans équivoque, les camps politiques qui se sont développés au fur et à mesure de l’implosion du centre-gauche.

En d’autres termes, les électeurs de centre-gauche sont allés vers la droite anti-Netanyahu – comme le montrent clairement les lignes vertes et violettes du graphique ci-dessous. L’une va vers l’un, l’autre vers l’autre.

Graphique « Coalition monitor » du site web de suivi des sondages Madad, capture d’écran du 31 décembre 2020.

Ainsi, le 9 décembre, le centre-gauche (défini par le Madad un peu différemment que par ce journaliste) a atteint 39 sièges en moyenne dans plusieurs sondages, alors que le groupe « droite sans le Likud » a obtenu 45,6 sièges en moyenne.

Un peu plus de deux semaines plus tard, le 27 décembre, le centre-gauche a perdu plus de six sièges alors que la droite non Likud a augmenté de dix sièges. (Les sièges restants sont peut-être venus du Likud lui-même).

Et ce, depuis un mois seulement.

Les électeurs de centre-gauche sont désenchantés par les anciens choix de centre-gauche – « soit ils ne savent pas pour qui ils votent, soit ils sont parqués un peu avec Saar, dans l’idée qu’il pourrait être l’alternative à Netanyahu », estime M. Rosner.

De nombreux analystes l’ont déjà suggéré sur la base des résultats de deux ou trois sondages consécutifs. Mais un outil comme le Madad clarifie le tableau au fil du temps, et révèle qu’une grande partie du centre-gauche est à l’aise pour voter pour certaines versions de la droite israélienne depuis de nombreux mois maintenant.

L’ex-député Likud Gideon Saar s’adresse à la presse après avoir déposé son bulletin de vote lors des primaires du parti, à Tel Aviv, le 26 décembre 2019. (Jack Guez/AFP)

Le graphique clarifie également l’énigme pour les électeurs de gauche qui est responsable de la diminution du camp dans les sondages.

Comme le dit Rosner, les électeurs de gauche se posent une question douloureuse : « Votons-nous pour la gauche, sachant clairement qu’il n’y a pas d’alternative de gauche à Netanyahu, ou votons-nous pour Saar en croyant qu’il sera une alternative ? Il s’agit d’un choix entre un vote tactique et un vote idéologique. C’est un choix très difficile ».

Comme le centre-gauche « doit toujours jouer avec de mauvaises cartes [démographiquement], il n’a que deux options. Il peut essayer de se déguiser en droite – jouer le jeu du « centre » et essayer d’obtenir des votes de la droite – ou il peut essayer de maximiser son propre potentiel de vote autant que possible et espérer un effondrement de la droite, pour les dirigeants qui se querellent et se chamaillent entre eux. Imaginez qu’il n’y ait pas de conflit entre Netanyahu et Saar ou entre Netanyahu et Liberman. Si la droite se comportait bien entre elle, il n’y aurait pas de contestation.

La meilleure chance de la gauche – comme le comprennent ses électeurs à l’esprit tactique – est de capitaliser sur « les brèches dans la ligne de la droite » : La lutte contre Netanyahu, la possibilité d’éloigner les Haredim », déclare M. Rosner.

Reconstruire le camp

Certains voient dans la confusion du centre-gauche un moment d’opportunité, une chance de rassembler les morceaux épars du camp dans un nouveau cadre.

Des habitants de Tel Aviv portent des masques faciaux alors qu’ils se promènent dans le marché bondé du Carmel, dans la ville côtière, quelques heures avant que le pays n’entre dans une troisième phase de confinement anti coronavirus, le 27 décembre 2020. (Miriam Alster/Flash90)

Mardi, le maire de Tel Aviv Ron Huldai, en lice pour devenir le prochain chef de la tribu laïque de gauche, a annoncé une candidature à la fonction nationale dans un nouveau parti baptisé « HaIsraelim ».

Le parti, tout comme son rival laïc Yesh Atid, cherche à rassembler l’alliance de centre-gauche qui, il n’y a pas si longtemps, 630 jours seulement avant l’annonce de Huldai, a remporté 41 % des voix à la Knesset.

Mercredi, quatre sondages importants ont déjà examiné l’effet de Huldai. Tous sont inclus dans le Madad à partir de jeudi après-midi. Ils donnent à Huldai une moyenne de 8 sièges.

Plus intéressant, cependant, est de savoir quels partis ont perdu des sièges alors que la nouvelle faction de Huldai s’est taillée huit sièges – un indicateur, peut-être, de l’endroit où le vote de centre-gauche est maintenant en attente. Une analyse de Rosner a montré que Yesh Atid a perdu trois sièges, que les partis de Saar et de Gantz en ont perdu deux chacun, et que Yamina, Yisrael Beytenu et Meretz en ont perdu un chacun.

Le maire de Tel Aviv, Ron Huldai, célèbre sa victoire aux élections municipales du 30 octobre 2018 avec son épouse au siège de sa campagne. (Flash90)

Et qu’est-il arrivé à l’ensemble du centre-gauche, qui a commencé la semaine avec seulement 26 sièges ? Le premier sondage après l’annonce de Huldai le situe maintenant à 30.

Est-ce le début d’un revirement, ou la somme totale de l’effet de Huldai à l’avenir ? Le vétéran grisonnant de la politique de gauche de Tel Aviv peut-il reconstituer l’alternative autrefois plausible de Gantz à Netanyahu à partir des restes dispersés d’un centre-gauche désormais éparpillé sur l’échiquier politique ?

Pour le moment, du moins, pour citer la dernière analyse du Madad (lien en hébreu) des données du sondage, « personne » – ni Netanyahu ni ses opposants de droite ou de gauche – « n’a de réelle coalition ».

Le centre-gauche a diminué de près de moitié depuis avril 2019, mais il l’a fait d’une manière qui n’a pas changé l’impasse sous-jacente. En d’autres termes, ces électeurs sont toujours dans le système et s’opposent toujours au maintien du pouvoir de Netanyahu. Israël se dirige maintenant vers une quatrième élection en l’espace de deux ans. Il y a de plus en plus d’éléments qui suggèrent qu’il pourrait bientôt y en avoir une cinquième.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...