Ron Huldai annonce la création de son parti HaIsraelim
Rechercher

Ron Huldai annonce la création de son parti HaIsraelim

"Je ne resterai plus les bras croisés," a indiqué l'ancien pilote de combat et éducateur et actuel maire de Tel Aviv

Le maire de Tel Aviv, Ron Huldai, assiste à la conférence internationale annuelle sur l'innovation municipale à Tel Aviv, le 19 février 2020. (Miriam Alster/Flash90)
Le maire de Tel Aviv, Ron Huldai, assiste à la conférence internationale annuelle sur l'innovation municipale à Tel Aviv, le 19 février 2020. (Miriam Alster/Flash90)

Ron Huldai a annoncé mardi soir sa candidature aux prochaines élections en tant que chef d’un nouveau parti baptisé « HaIsraelim ».

« Le problème c’est que nous nous sommes habitués, » a déclaré le maire de Tel Aviv, à propos de la corruption et du style de leadership du Premier ministre Benjamin Netanyahu qui divise, indiquant qu’il sortira Israël de son désespoir actuel.

« Je ne resterai plus les bras croisés, je suis ici pour annoncer un nouveau parti », a-t-il dit, en relatant son histoire en tant que pilote de combat de Tsahal, en tant qu’éducateur et – depuis 22 ans – en tant que maire de Tel Aviv.

« Nous pouvons arrêter avec le désespoir. Je fais cela pour mes enfants, et principalement pour mes petits-enfants. Israël peut et doit être géré différemment », dit-il, se déclarant – pas comme le politicien de droite Gideon Saar et d’autres déserteurs du Likud – être la véritable alternative à Netanyahu.

« Je suis aussi ici pour parler de valeurs ». « Pourquoi pensez-vous que Saar et Elkin, ou Bennett et Smotrich, sont ceux qui vous représentent ? »

Son parti sauvegardera la démocratie et le système judiciaire, adoptera des réformes sociales, prendra soin des petites entreprises, des droits des femmes et des minorités, et s’opposera à la coercition religieuse, à la violence endémique dans la communauté arabe.

« Ne pas être corrompu est bien mais pas suffisant. Élisez quelqu’un en qui vous pouvez avoir confiance, en qui vous croyez », dit-il en présentant sa première recrue et son numéro 2, le ministre de la Justice Avi Nissenkorn.

Nissenkorn a ensuite salué le leadership de Huldai et averti que le système judiciaire faisait l’objet d’une menace sans précédent.

Le chef de Kakhol lavan, Benny Gantz, avait plus tôt demandé à Nissenkorn de démissionner de son poste de ministre de la Justice.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...