Rechercher

Le cerveau présumé de l’opération de Gilboa détaille leur évasion ratée

Mahmoud al-Arida a expliqué aux enquêteurs qu'avant de s'évader, les gardiens de prison auraient pu avoir des doutes

Mahmoud al-Arida, l'un des six prisonniers de sécurité à s'être échappé de la prison de Gilboa, lors d'une audience au tribunal de district de Nazareth, le 11 septembre 2021. (Crédit : David Cohen/Flash90)
Mahmoud al-Arida, l'un des six prisonniers de sécurité à s'être échappé de la prison de Gilboa, lors d'une audience au tribunal de district de Nazareth, le 11 septembre 2021. (Crédit : David Cohen/Flash90)

Le cerveau présumé derrière l’évasion de six prisonniers palestiniens de la prison de Gilboa le mois dernier a donné une image détaillée de la façon dont le plan a été exécuté, selon de nouveaux éléments de l’enquête révélés mardi.

Une heure après avoir été arrêté, Mahmoud al-Arida a déclaré à la police de Nazareth qu’il était l’architecte de l’évasion, expliquant exactement comment le groupe s’était échappé et quels étaient ses objectifs, selon les informations publiées par Haaretz.

« Le premier [objectif] était de voir la famille et de vivre en Cisjordanie sous la protection de l’Autorité palestinienne, et le second était de prouver à toutes les organisations de sécurité israéliennes et au gouvernement israélien qu’ils sont en échec. Nous avons réussi à creuser un tunnel pour sortir de la prison la plus sécurisée d’Israël », s’est-il vanté.

L’évasion du 6 septembre, qui s’est terminée par la capture des deux derniers détenus deux semaines plus tard, a été considérée comme un échec majeur de l’administration pénitentiaire israélienne, à laquelle il a été reproché d’avoir laissé les détenus s’échapper par le système de drainage de leur cellule et par un espace vide situé sous la prison, et de ne pas avoir remarqué ou sonner l’alerte à temps.

Cinq des six détenus sont membres du groupe terroriste du Jihad islamique. Le sixième était Zakaria Zubeidi, terroriste notoire du Fatah. Plusieurs d’entre eux ont été condamnés pour des crimes capitaux et purgeaient des peines de prison à vie. Quatre des prisonniers ont été capturés dans le nord d’Israël au cours de la première semaine, mais deux autres sont parvenus à se rendre dans la ville de Jénine, dans le nord de la Cisjordanie, où ils se sont cachés jusqu’à leur arrestation le 19 septembre.

Des policiers et des gardiens de prison inspectent la scène d’une évasion à l’extérieur de la prison de Gilboa, dans le nord d’Israël, le 6 septembre 2021. (Crédit : AP Photo/Sebastian Scheiner)

L’évasion a mis en lumière une série de défaillances de la prison, notamment une incapacité à tirer les leçons des précédentes tentatives d’évasion. Plusieurs bévues opérationnelles ont également été constatées, avec des miradors non surveillés et des gardiens endormis.

Al-Arida a déclaré que l’évasion avait pour nom « Le chemin de Jérusalem » – mots que les évadés avaient l’intention de griffonner sur le mur de leur cellule avant de s’échapper, bien qu’ils n’aient pas eu le temps de le faire.

« L’idée de m’évader était présente en permanence dans mon esprit », a déclaré Al-Arida. « J’ai planifié l’évasion depuis mon transfert à la prison de Gilboa. J’ai regardé le sol et j’ai compris que je pouvais m’échapper. »

« Nous avons commencé à creuser le 14 décembre 2020 », a déclaré Al-Arida selon Haaretz, citant le témoignage obtenu par un enquêteur du Shin Bet nommé Raul. « J’ai commencé à creuser en utilisant un morceau de fer que j’ai pris dans une petite armoire qui se trouvait dans la cellule il y a quelques années. J’ai creusé l’entrée du tunnel pendant 20 jours. En dessous, il y avait une autre plaque de fer – je l’ai limée jusqu’à pouvoir l’enlever. »

Un trou au sol après que six prisonniers palestiniens se sont échappés de la prison de Gilboa, dans le nord d’Israël, le 6 septembre 2021, sur une photo fournie par le Service pénitentiaire israélien. (Crédit : Service pénitentiaire israélien via AP)

Un codétenu, Munadil Nafiyat, s’est ensuite chargé de creuser à travers 15 centimètres de béton, tandis que les autres le couvraient. Les prisonniers ont ensuite continué à creuser sur 30 mètres, le principal défi étant de se débarrasser de l’excès de sable.

« Au départ, nous vidions le sable dans les toilettes et la douche. Nous avons ensuite aménagé un petit espace pour le sable », a déclaré al-Arida. « Nous avons improvisé des sacs de sable à partir de vêtements. Nous avons creusé jusqu’à ce que nous voyions la lumière du soleil sans barreaux. C’est alors que nous avons réalisé que nous avions réussi. »

Il a ajouté que Zubeidi avait été ajouté au plan d’évasion de la prison à la toute fin, dans l’espoir que sa position élevée au sein de l’Autorité palestinienne les aiderait à trouver protection. Lors de son propre interrogatoire, Zubeidi a déclaré avoir vu le tunnel pour la première fois le jour de l’évasion.

« Dans nos conversations, nous avons pris en considération l’option que nous allions mourir », a déclaré Zubeidi, selon l’article. « Nous pensions qu’on nous tirerait dessus depuis les tours de garde ou que les soldats nous tireraient dessus lorsqu’ils nous arrêteraient. »

Zakaria Zubeidi, alors commandant local de l’aile militaire du Fatah, les Brigades des martyrs d’Al-Aqsa, et d’autres hommes armés marchent dans les rues de la ville de Jénine, en Cisjordanie, le 2 avril 2005. (Crédit : Mohammed Ballas/AP Photo)

Al-Arida a aussi cité des exemples où il a craint que son plan ne soit découvert, soulignant la série d’erreurs commises par le personnel de l’administration pénitentiaire israélienne qui n’a pas su deviner ce qui se passait.

Une fois, un gardien de prison a remarqué qu’un carreau au sol près de l’évier était cassé. L’un des détenus a dit : « Ça y est, on est exposés. » Mais l’incident n’a pas éveillé de soupçons.

À une autre occasion, un gardien de prison a été envoyé dans la cellule en raison d’un blocage des eaux usées causé par le sable. « Il s’est approché du trou d’évacuation et a vu qu’il y avait des traces de sable près de celui-ci », selon al-Arida. « Il a alors dit : ‘Je viendrai m’en occuper demain’. Nous étions sûrs que le gardien nous avait découverts. »

Les détenus ont alors décidé de s’évader plus tard ce jour-là, plusieurs semaines avant la date prévue. Ils ont rapidement préparé un sac contenant des vêtements, de l’eau, des barres de chocolat et des appareils radio, selon l’article. Le premier à entrer dans le tunnel était Nafiyat et le dernier était al-Arida lui-même.

Des policiers et des gardiens de prison inspectent les lieux d’une évasion de six prisonniers palestiniens, à l’extérieur de la prison de Gilboa, dans le nord d’Israël, le 6 septembre 2021. (Crédit : Sebastian Scheiner/AP)

« J’ai attendu 15 minutes pour m’assurer qu’aucun gardien de prison ne s’approchait [de la cellule] », a-t-il déclaré. « J’ai rampé 10 minutes dans l’obscurité totale. J’ai commencé à voir de la lumière et j’ai compris que j’avais atteint le bout du tunnel. J’ai vu Nafiyat à l’extérieur de l’ouverture, m’appelant et me donnant un coup de main pour sortir du tunnel. »

Les six hommes ont ensuite tenté de se rendre dans le village de Tamra, en suivant la lumière d’une mosquée, mais se sont accidentellement retrouvés à Naura, un autre hameau voisin.

À Naura, les six prisonniers sont entrés dans une mosquée locale vers 5 heures du matin, se sont changés, ont prié et sont partis. « Nous avons demandé de l’aide aux gens dans la rue pour nous emmener à Umm al-Fahm, nous leur avons dit que nous travaillions là-bas », a déclaré al-Arida, mais personne n’a voulu les emmener.

Selon Haaretz, al-Arida a réussi à emprunter un téléphone portable à quelqu’un dans une boulangerie locale et à appeler son frère qui vit à Jénine. L’article indique que, plusieurs jours avant l’évasion, al-Arida avait dit à son frère que, s’il l’appelait, il devrait se rendre immédiatement à Tamra pour rencontrer une future épouse, ne voulant pas révéler son plan de fuite de prison.

La police des frontières israélienne dans le village de Naura recherche six fugitifs palestiniens qui se sont échappés d’une prison de haute sécurité dans le nord d’Israël, le 7 septembre 2021. (Crédit : Flash90)

« Il a demandé si j’appelais [à nouveau] de la prison et j’ai dit oui », a déclaré al-Arida lors de l’enquête. « Je lui ai dit de venir à Naura, il a dit qu’il ne pouvait pas car il dormait. J’ai compris qu’il ne voulait pas venir », a-t-il dit, selon l’article.

C’est après cet appel que le groupe a décidé de se séparer en trois paires sans se dire leurs destinations, au cas où ils seraient arrêtés. Al-Arida a déclaré que leur groupe de six avait été considéré comme des travailleurs en situation irrégulière dans le pays, et qu’ils avaient eu du mal à trouver quelqu’un pour les aider.

Deux jours plus tard, un certain nombre d’individus lui ont donné, ainsi qu’à Yaquob Qadiri – le prisonnier avec lequel il s’était associé – de la nourriture et 100 shekels, selon l’article.

« La nuit, nous avons dormi dans une zone industrielle près d’Afula. Nous avons continué à marcher vers Nazareth et avons demandé de la nourriture et de l’eau aux gens. Nous avons cherché de la nourriture dans les poubelles, nous avons mangé ce que nous avons trouvé », a déclaré al-Arida.

Yaquob Qadiri arrive à une audience au tribunal de district de Nazareth, le 11 septembre 2021. (Crédit : David Cohen/Flash90)

Trois jours après l’évasion, al-Arida et Qadiri n’avaient aucune idée de l’endroit où ils se trouvaient. « Nous avons réalisé que nous étions très loin de la Cisjordanie, alors nous avons pensé à travailler un peu en Israël avant d’aller en Cisjordanie », a déclaré al-Arida selon l’article. Cette nuit-là, près de Nazareth, alors qu’ils fouillaient dans les ordures pour trouver de la nourriture, al-Arida et Qadiri ont été arrêtés après qu’un passant les a remarqués et a appelé la police.

Selon l’article, un enquêteur nommé Bruno a permis à al-Arida de passer un appel téléphonique à sa famille, notamment à sa sœur qui vit dans la bande de Gaza.

Al-Arida a également démenti les affirmations d’autres détenus qui ont déclaré avoir aidé le groupe à s’échapper. Selon l’article, Iyad Jaradat, qui purge plusieurs peines de prison à perpétuité, a été interrogé et a déclaré avoir aidé. Al-Arida a nié ces faits à l’enquêteur.

Zakaria Zubeidi (à gauche) et Mohammed al-Arida, deux des six prisonniers de sécurité palestiniens qui se sont échappés de la prison de Gilboa, les yeux bandés et menottés après avoir été arrêtés dans la ville arabe d’Umm al-Ghanam, dans le nord d’Israël, le 11 septembre 2021, sur une photo fournie par la police israélienne. (Crédit : Police israélienne via AP)

D’autres individus ont également affirmé que Jaradat avait participé au plan d’évasion, et qu’il avait apparemment été exclu à la dernière minute à la suite d’une dispute avec l’un des autres détenus, selon l’article.

« Où seras-tu dans sept ans ? », a demandé un enquêteur du Shin Bet nommé Erez à al-Arida.

« Je serai libre après avoir été libéré dans le cadre d’un accord avec le Hamas. Je suis sûr que je serai inclus dans un accord et que je serai libre », a répondu al-Arida, selon l’article.

Mais Erez a répondu : « Il n’y aura pas d’accord. Israël n’a aucun intérêt à conclure un accord pour des soldats qui ne sont pas vivants », faisant référence à Hadar Goldin et Oron Shaul, dont les dépouilles sont retenues à Gaza depuis qu’ils ont été tués pendant la guerre de Gaza en 2014. Israël a participé à des négociations indirectes en vue d’un accord d’échange qui inclurait probablement la libération de prisonniers, comme cela a été fait par le passé.

Un tunnel utilisé par six prisonniers palestiniens pour s’échapper de la prison de Gilboa, dans le nord d’Israël, le 6 septembre 2021. (Crédit : Service pénitentiaire israélien via AP)

Avec un acte d’accusation déposé contre les fugitifs recapturés et leurs complices présumés au début du mois, la police israélienne et le service de sécurité du Shin Bet ont annoncé la fin de leur enquête sur l’évasion de la prison, l’une des plus graves de l’histoire du pays.

Toutefois, une commission d’État continuera d’enquêter sur l’évasion et sur les éventuelles défaillances du personnel pénitentiaire, du service pénitentiaire israélien et de d’autres services gouvernementaux qui ont pu y contribuer.

La même prison avait connu une tentative d’évasion en 2014, au cours de laquelle al-Arida et d’autres détenus avaient essayé de creuser un tunnel sous leurs toilettes. « Je n’essaierai plus de m’enfuir », a-t-il déclaré aux interrogateurs du Shin Bet, selon Haaretz.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...