Rechercher

Le chaos à l’aéroport Ben Gurion s’aggrave, les files d’attente s’allongent

Les autorités aéroportuaires conseillent aux voyageurs d'arriver 4 heures avant leur vol en raison de l'affluence ; la situation ne devrait pas changer avant l'année prochaine

Longues files d'attente observées au terminal 1 de l'aéroport Ben Gurion, le 22 juin 2022. (Crédit: Capture d'écran/Twitter)
Longues files d'attente observées au terminal 1 de l'aéroport Ben Gurion, le 22 juin 2022. (Crédit: Capture d'écran/Twitter)

L’affluence et le sentiment général de chaos à l’aéroport Ben Gurion ont semblé s’accentuer mercredi.  De longues files d’attente atteignant l’extérieur de l’aéroport et des tentatives pour atténuer l’encombrement en utilisant un second terminal n’ont pas résolu le problème majeur, à savoir, le manque de personnel.

Les scènes de chaos dans le principal aéroport international d’Israël sont devenues monnaie courante au cours de ces derniers mois.

Des photos publiées sur les réseaux sociaux mercredi ont montré de longues files de voyageurs s’étirant jusqu’à l’extérieur de l’aéroport.

Pour tenter de désengorger le terminal principal (terminal 3), l’autorité aéroportuaire israélienne a détourné certains vols internationaux vers le terminal 1, ce qui n’a fait que créer davantage de désordre à mesure que la congestion s’étendait, selon un reportage de la Douzième chaîne.

L’autorité aéroportuaire a estimé que la situation ne devrait pas évoluer avant l’année prochaine, et qu’il est conseillé aux voyageurs d’arriver quatre heures avant leur vol au lieu de deux à trois heures comme cela est habituellement recommandé.

Les scènes de chaos et les longues files d’attente à l’aéroport sont devenues plus fréquentes depuis mars, date à laquelle Israël a assoupli la plupart des restrictions de voyage liées au COVID. La situation s’est aggravée pendant Pessah, lorsqu’environ 75 000 passagers ont transité par l’aéroport en une seule journée.

Selon Ofer Lapler, porte-parole de l’Autorité aéroportuaire israélienne, il y a eu une augmentation de 340 % du nombre de passagers et de vols à l’aéroport Ben Gurion depuis mars.

Cette situation inhabituelle est le résultat de l’augmentation des vols internationaux combinée à une pénurie de personnel, car de nombreux employés de l’aéroport n’ont toujours pas repris le travail après la pandémie.

Lapler a déclaré dimanche que l’aéroport devait faire face à un manque de 1 400 employés et a conseillé aux passagers de « faire preuve de patience » au moment de leur départ.

Il a conseillé aux passagers de privilégier les valises cabines, qui peuvent être embarquées comme bagage à main, plutôt que de gros bagages qui doivent être enregistrés.

Outre les problèmes à l’aéroport Ben Gurion, les passagers d’El Al ont récemment dû faire face à une série d’annulations en raison de la grève des pilotes qui exigent que leurs salaires reviennent aux niveaux d’avant la pandémie, conformément à un précédent accord conclu en 2017.

Voyageurs au départ de l’aéroport Ben Gurion avant la fête de Pessah, le 14 avril 2022. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

L’aéroport Ben Gurion, quant à lui, a intensifié ses efforts pour recruter plus de personnel, Lapler affirmant que c’était « un endroit idéal pour travailler. »

Un responsable de l’aéroport a averti que la situation pourrait s’aggraver pendant l’été, à moins que de nombreux employés ne soient recrutés rapidement.

« Nous avons essayé de recruter des gens en offrant divers avantages », a déclaré un fonctionnaire anonyme cité par la Douzième chaîne, ajoutant que des employés sont actuellement en formation.

Le fonctionnaire a toutefois noté que « de manière générale, les gens ne montrent pas trop d’enthousiasme… la plupart d’entre eux ne sont pas intéressés par le travail. »

Dossier : Des employés d’El Al à l’aéroport Ben Gurion de Tel Aviv, le 1er mars 2022. (Crédit: Avshalom Sassoni/Flash90)

Lapler a fait remarquer qu’il y avait des pénuries de personnel dans les aéroports et les compagnies aériennes dans un certain nombre de pays, et a déclaré qu’Israël était en réalité dans une « excellente position ».

Parallèlement, NBC News a rapporté que 6 500 vols ont été annulés aux États-Unis jeudi et vendredi, et que près de 12 000 vols ont été retardés. Le secrétaire d’État américain aux Transports, Pete Buttigieg, a appelé les responsables de l’industrie du voyage à trouver des solutions pour remédier à ces perturbations, alors que l’on craint des annulations massives pour le week-end du 4 juillet.

Michael Horovitz a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...