Le chef de la diplomatie iranienne à Oman avant le Qatar
Rechercher

Le chef de la diplomatie iranienne à Oman avant le Qatar

Au programme : "les domaines de l'énergie, du commerce et du transport" et la crise entre les pays du Golfe

Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif lors d'une conférence de presse après avoir rencontré son homologue français à Téhéran, le 31 janvier 2017. (Crédit : Atta Kenare/AFP)
Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif lors d'une conférence de presse après avoir rencontré son homologue français à Téhéran, le 31 janvier 2017. (Crédit : Atta Kenare/AFP)

Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif a eu des entretiens lundi à Oman avant de se rendre à Doha pour des discussions sur les relations Iran-Qatar, en pleine crise diplomatique dans le Golfe, a-t-on appris de sources officielles.

A Mascate, M. Zarif a évoqué avec ses interlocuteurs omanais les relations dans « les domaines de l’énergie, du commerce et du transport », a indiqué l’agence officielle omanaise ONA.

Le sultanat d’Oman, qui fait traditionnellement preuve de neutralité dans les affaires régionales, garde de bonnes relations avec l’Iran malgré son appartenance au Conseil de coopération du Golfe (Arabie saoudite, Bahreïn, Emirats arabes unis, Koweït, Oman, Qatar), qui connaît une grave crise en raison d’un quasi-divorce entre le Qatar et trois pays du CCG.

M. Zarif était ensuite attendu dans l’après-midi à Doha, a déclaré à l’AFP le porte-parole de la diplomatie iranienne, Bahram Ghassemi.

Il s’agit de sa première visite au Qatar depuis le début de la crise en juin entre cet émirat et trois de ses voisins arabes du Golfe, a indiqué M. Ghassemi.

A Doha, le chef de la diplomatie iranienne « doit rencontrer son homologue qatari (Mohamed ben Abderrahmane Al-Thani) et l’émir du Qatar (cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani) pour parler de la coopération économique, des derniers événements en Syrie, en Irak et au Yémen et de l’ensemble des questions » régionales, a-t-il ajouté.

Sheik Hamad bin Khalifa al-Thani at the World Economic Forum in 2011 (photo credit: CC BY SA World Economic Forum, Flickr)
Le Cheik Hamad ben Khalifa al-Thani, émir du Qatar, en 2011. (Crédit : Forum économique mondiale/CC BY SA/Flickr)

L’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et Bahreïn –ainsi que l’Égypte– ont rompu leurs relations diplomatiques avec le Qatar en lui reprochant de soutenir des groupes extrémistes et de se rapprocher de Téhéran, grand rival régional de Ryad.

Le ministre des Affaires étrangères qatari a déclaré le 25 septembre à Paris que ce « blocus » imposé à son pays le poussait de facto vers l’Iran.

« Ils accusent le Qatar d’être proche de l’Iran mais avec leurs mesures (..) il poussent le Qatar vers l’Iran. Ils donnent le Qatar tel un cadeau à l’Iran », a-t-il dit.

Fin août, le Qatar avait annoncé le retour de son ambassadeur à Téhéran, après près d’un an et demi d’absence, et exprimé « son désir de renforcer les relations bilatérales avec la République islamique d’Iran dans tous les domaines ».

L’Iran et Oman ont eux des relations amicales depuis de nombreuses années et les deux pays ont exprimé encore récemment leur volonté de développer leurs liens économiques.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...