Le chef de l’hôpital Hadassah de Jérusalem a eu une « petite attaque »
Rechercher

Le chef de l’hôpital Hadassah de Jérusalem a eu une « petite attaque »

Le communiqué précisait que le professeur Zeev Rotstein allait revenir au travail dans les prochains jours

Zeev Rotstein, directeur exécutif du centre médical Hadassah Ein Kerem devant la commission du Travail, des Affaires sociales et de la Santé de la Knesset pour expliquer la crise de son unité d'oncopédiatrie, le 7 mars 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Zeev Rotstein, directeur exécutif du centre médical Hadassah Ein Kerem devant la commission du Travail, des Affaires sociales et de la Santé de la Knesset pour expliquer la crise de son unité d'oncopédiatrie, le 7 mars 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le directeur de l’hôpital Hadassah, le professeur Zeev Rotstein, a été hospitalisé vendredi après « une petite attaque », a fait savoir l’hôpital dans un communiqué.

« Il ne fait aucun doute que les dernières semaines ont été stressantes, a déclaré l’hôpital de Jérusalem, annonçant que Rotstein était traité au centre médicale Sheba à Ramat Gan.

« Devoir faire face à la position de l’Etat sur le besoin de réguler le budget de l’hôpital public était insupportable, particulièrement après le travail du personnel hospitalier pour lutter contre l’épidémie de coronavirus. La mémoire courte des représentants de l’Etat est surprenante », pouvait-on lire dans le communiqué.

L’hôpital Hadassah fait depuis des années face à une crise financière. Ces difficultés ont été exacerbées par l’épidémie de coronavirus.

Le communiqué précisait que Rotstein allait revenir au travail dans les prochains jours.

« Comme il l’a dit lui-même : la route est encore longue et difficile, et ce n’est pas encore le moment de se reposer », concluait le communiqué.

Rotstein a été un critique dur de la gestion de l’épidémie du coronavirus par le gouvernement. Plus tôt cette année, lors d’une sortie pleine de colère à la Knesset, il a révélé les tensions existantes entre les officiels de la santé et la politique de dépistage du coronavirus menée par le gouvernement, critiquée par certains détracteurs comme étant inadaptée. Il a déclaré que les chiffres du ministère de la Santé [sur le nombre de tests réalisés] ne sont pas corrects, pour dire les choses gentiment ».

Rotstein avait demandé que le ministère de la Santé focalise sa politique de dépistage sur le personnel médical, une mesure que le ministère avait refusée à l’époque, citant des pénuries de tests.

Le directeur-adjoint du ministère de la Santé Itamar Grotto, qui a accepté la semaine dernière la demande d’un milliardaire israélo-chypriote d’être exempté d’auto-isolement à son arrivée en Israël, avait durement rejeté la critique de Rotstein comme « absurde. Mes chiffres sont cent fois plus précis que les vôtres ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...