Rechercher

Le chef de Raam présente un plan économique au bénéfice des Arabes israéliens

Ce budget sur cinq ans comprend des milliards d'investissements prévus dans des domaines jusqu'alors absents de précédentes enveloppes financières soutenant la société arabe

Mansour Abbas, chef du parti Raam, dirige une réunion de faction, au Parlement israélien, le 19 avril 2021. (Olivier Fitoussi/Flash90)
Mansour Abbas, chef du parti Raam, dirige une réunion de faction, au Parlement israélien, le 19 avril 2021. (Olivier Fitoussi/Flash90)

Le chef de la formation Raam, Mahmoud Abbas, a officiellement présenté un plan économique quinquennal à hauteur de 29,5 milliards de dollars lors d’une audience de commission à la Knesset. Son objectif est de régler le problème persistant des inégalités entre Arabes israéliens et Juifs du pays.

Un plan précédent courant lui aussi sur cinq ans qui avait été approuvé en 2016 avait alloué 10,7 milliards de dollars aux Arabes israéliens. Néanmoins, 62 % seulement des fonds avaient été finalement distribués.

« C’est sûr, c’est un montant d’une importance sans précédent qui est investi par Israël dans la communauté arabe. Mais les écarts sont si larges qu’il faudra encore faire davantage quand ce plan sera terminé », a commenté la ministre de l’Égalité sociale, Meirav Cohen, au cours de cette commission des Affaires arabes.

Le budget comprend des milliards d’investissements prévus dans des domaines jusqu’alors absents des précédentes enveloppes financières – dont la santé, l’éducation informelle et les hautes technologies, a déclaré Hassan Tawafreh qui est à la tête d’un bureau qui encourage la croissance économique dans la communauté arabe israélienne.

Ce plan va également allouer des financements aux villes mixtes de manière à pouvoir profiter à la minorité d’Arabes qui y vivent, ont déclaré les responsables. Un grand nombre de ces villes mixtes ont été le théâtre d’affrontements interethniques intenses pendant le conflit qui a opposé Israël aux groupes terroristes de Gaza, au mois de mai.

« C’est un réel pas en avant si on le compare avec les programmes précédents », a estimé Alaa Ghantous, qui conseille les maires arabes concernant les politiques économiques. Il a ajouté que la collaboration entre maires arabes et responsables gouvernementaux s’était améliorée de manière significative au cours des derniers mois.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...