Le chef du musée d’Auschwitz demande à prendre la place du jeune Omar Farouq
Rechercher

Le chef du musée d’Auschwitz demande à prendre la place du jeune Omar Farouq

Après la condamnation d'un jeune de 13 ans à 120 mois de prison, Piotr Cywiński écrit au président nigérian et indique qu'il financera sa scolarité s'il est libéré

Piotr Cywinski, directeur du Musée d'Auschwitz. (Jaroslaw Praszkiewicz)
Piotr Cywinski, directeur du Musée d'Auschwitz. (Jaroslaw Praszkiewicz)

JTA – Dans une lettre au président du Nigeria, le directeur du Mémorial et Musée d’Auschwitz-Birkenau en Pologne a demandé à être emprisonné en échange de la libération d’un adolescent incarcéré pour blasphème.

L’appel de Piotr Cywiński vendredi – une intervention très inhabituelle sur des sujets qui ne sont pas immédiatement liés à la Shoah – concerne le cas d’Omar Farouq, 13 ans, qu’un tribunal islamique de l’État de Kano a condamné le mois dernier à 120 mois de prison pour blasphème à la suite d’une conversation avec son ami.

En tant que directeur d’un musée d’État polonais construit sur un camp nazi où « des enfants ont été emprisonnés et assassinés, je ne peux rester indifférent à cette sentence honteuse pour l’humanité », a écrit Piotr Cywiński, qui n’est pas juif.

Il a appelé à ce que le garçon soit gracié, car il ne peut être considéré comme sanctionnable pour ses paroles compte tenu de son âge.

« Cependant, s’il s’avère que les paroles de cet enfant nécessitent absolument 120 mois d’emprisonnement, et même si vous n’êtes pas en mesure de changer cela, je suggère qu’à la place de l’enfant, 120 adultes volontaires du monde entier – dont moi – réunis par nous devraient chacun purger un mois dans une prison nigériane », a écrit Piotr Cywiński. « Au total, le prix à payer pour la transgression de l’enfant sera le même, et nous éviterons le pire ».

Si la demande est acceptée, le directeur de musée s’est engagé à financer la « scolarité appropriée » du garçon, a-t-il écrit au président nigérian Muhammadu Buhari.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...