Le combat de Yoni Zarka pour entrer dans l’armée israélienne
Rechercher

Le combat de Yoni Zarka pour entrer dans l’armée israélienne

Le nouvel immigrant campe devant la base militaire Tel Hashomer depuis une dizaine de jours ; il vient de rencontrer Netanyahu

Benjamin Netanyahu et Yoni Zarka (Crédit : Yoni Zarka)
Benjamin Netanyahu et Yoni Zarka (Crédit : Yoni Zarka)

Yoni Zarka, 32 ans, a décidé de faire son alyah pour poursuivre son rêve sioniste. Ce fut chose faite le 2 février dernier, lorsqu’il est arrivé en Israël en tant que nouvel immigrant.

Yoni est arrivé seul en Israël et a rejoint sa soeur qui avait déjà fait le grand saut il y a une dizaine d’années.

En France, Yoni était responsable grossiste chez un constructeur informatique. Très sportif, il a participé deux fois à la course Iron Man (triathlon) qui consiste à parcourir 4 kilomètres de nage en mer, 180 km de course à vélo et 42 km de course à pied.

Ce jeune homme très déterminé a fait son alyah avec l’objectif premier de rentrer dans les rangs de l’armée afin de défendre Israël.

Le 3 février, lendemain de son arrivée en Israël, il s’est donc présenté devant l’administration militaire compétente pour faire une demande de convocation.

A cette demande, Yoni a essuyé son premier refus, l’administration le justifiant par son âge.

En Israël, les jeunes hommes et femmes rentrent à l’armée après le lycée aux alentours de l’âge de 18 ans. Un homme a cependant l’obligation de faire son service militaire jusqu’à l’âge de 26 ans. Il existe des dérogations à cet âge qui restent exceptionnelles.

Après ce premier refus et entouré de ses amis franco-israéliens, Yoni a commencé une véritable bataille contre l’administration militaire israélienne et a monté un dossier afin de parvenir à son objectif.

Il a d’abord réuni le témoignage écrit de plusieurs soldats qui ont réussi à rentrer dans l’armée au même âge que lui.

Ensuite, entre le 1er mars et le 31 aout dernier, il a appelé tous les jours la base Tel Hashomer afin qu’il puisse recevoir le « Tsar Richon ».

Le Tsar Richon est une convocation pour des examens médicaux afin de déterminer si une personne a les capacités physiques et psychologiques pour rentrer dans les unités combattantes. Pendant cette période il a toujours reçu la même réponse négative.

Afin de mettre toutes les chances de son côté, Yoni a également rejoint une association d’anciens soldats « Tsevet Lohamim » qui prépare ses adhérents à rentrer dans les unités d’élite. Il s’est entraîné dans cette association pendant quatre mois et a réussi tous les tests physiques et psychologiques.

Il a également participé à l’épreuve, réputée comme la plus difficile aussi bien sur le plan physique et psychologique, « la nuit blanche » dans les conditions de l’armée. Sur 40 participants seuls quatre ont réussi l’épreuve, dont Yoni.

Au hasard d’une rencontre dans un ascenseur d’un hôtel de Tel Aviv, Yoni Zarka a eu l’occasion de raconter son histoire à Avigdor Liberman. Ce dernier a été très touché par son récit. Le député a pris son CV et a promis de revenir vers lui. C’était début juillet, Yoni attend toujours, confie-t-il au Times of Israël, lors d’un entretien téléphonique mardi.

Aujourd’hui, Yoni a décidé d’abattre ses dernières cartes.

Depuis le 13 décembre dernier, le jeune volontaire campe devant la base militaire Tel Hashomer. Muni de deux sacs de couchage, d’une pancarte et d’un drapeau israélien, Yoni s’est fait la promesse de rester sur place jusqu’à l’arrivée d’une réponse à ses nombreuses requêtes.

Yoni Zarka (Crédit : Yoni Zarka)
Yoni Zarka (Crédit : Yoni Zarka)

Au bout de quelques jours seulement, un avocat de l’armée est venu lui apporter un petit déjeuner en lui promettant de plaider sa cause devant un député du Likud.

C’est ainsi que vendredi matin dernier, Oren Hazan député Likud à la Knesset est venu le rencontrer directement sur la base militaire. Lundi à l’occasion d’une réunion avec les députés du Likud Yoni Zarka est venu défendre sa cause devant le Premier ministre israélien.

Benjamin Netanyahu a commencé par féliciter Yoni Zarka pour sa détermination et son profil si peu commun.

Le Premier ministre a demandé a ce que le dossier de Yoni lui soit envoyé pour étudier sa requête. Il devrait recevoir une réponse d’ici les deux prochaines semaines.

Affaire à suivre…

Benjamin Netanyahu, Oren Hazan et Yoni Zarka (Crédit : Autorisation/Yoni Zarka)
Benjamin Netanyahu, Oren Hazan et Yoni Zarka (Crédit : Autorisation/Yoni Zarka)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...