Israël en guerre - Jour 281

Rechercher

Le combat méconnu de Varian Fry, « Schindler de l’art », exposé en Auvergne

Arrivé en France avec 3 000 dollars et une liste de 200 noms d'opposants au régime hitlérien, le journaliste américain a permis à plus de 1 800 Allemands, Autrichiens, Polonais, Tchèques ou Français d'échapper au régime nazi

Varian Fry avec Miriam Davenport dans les premiers bureaux du Centre Américain de Secours de Marseille en 1940. Davenport, un ami de Mary Jayne Gold, devait apporter son aide dans les efforts de secours mais elle est oubliée dans "Transatlantic." (Autorisation : Varian Fry Institute via JTA)
Varian Fry avec Miriam Davenport dans les premiers bureaux du Centre Américain de Secours de Marseille en 1940. Davenport, un ami de Mary Jayne Gold, devait apporter son aide dans les efforts de secours mais elle est oubliée dans "Transatlantic." (Autorisation : Varian Fry Institute via JTA)

Le combat peu connu de Varian Fry, journaliste américain qui a sauvé des centaines de Juifs et militants antinazis, est mis en lumière au Chambon-sur-Lignon (Haute-Loire) à travers une exposition d’artistes, comme Chagall ou Ernst, ayant bénéficié de l’aide de ce « Schindler de l’art ».

Marseille, août 1940 : Varian Fry, 32 ans, débarque dans la cité phocéenne mandaté par l' »Emergency rescue committe » fondé par des intellectuels américains. Dans ses bagages, 3 000 dollars et une liste de 200 noms d’opposants au régime hitlérien, d’intellectuels et d’artistes juifs pouvant prétendre à des visas américains.

Prévu pour trois semaines, son séjour durera treize mois, permettant à plus de 1 800 Allemands, Autrichiens, Polonais, Tchèques ou Français d’échapper au régime nazi, selon Emmanuelle Polack, commissaire de l’exposition « Treize mois pour sauver les artistes ».

Depuis l’armistice de juin 1940, la France est divisée en deux : la « zone occupée » au nord par l’armée allemande et la zone libre au sud.

A l’Hôtel Splendide où il s’installe, Varian Fry transforme sa chambre en bureau du Centre américain de secours (CAS) pour permettre aux réfugiés qui affluent de la zone d’occupation allemande de fuir l’Europe vers les États-Unis, en organisant des entretiens et facilitant leurs démarches administratives.

« Il va sauver des personnes menacées en raison de leurs origines, de leurs prises de position politique ou de leur art, comme le surréalisme, considéré comme ‘dégénéré' » par le régime hitlérien, explique Emmanuelle Polack.

Varian Fry (photo credit: Courtesy, US Holocaust Museum)
Varian Fry (photo credit: Courtesy, US Holocaust Museum)

Sa chambre devenant vite trop petite, Varian Fry en occupe une seconde puis finit par louer la « villa Air-Bel », un vaste ensemble comptant 18 chambres, qui abritera de nombreux artistes surréalistes.

Parmi eux, André Breton, Marc Chagall, Max Ernst, Victor Brauner, etc.

Cadavre exquis

Dans la villa Air-Bel, rebaptisée « Château Espère-visa », ces artistes vont constituer « un phalanstère créatif pour tromper l’angoisse et résister par l’art », selon Mme Polack.

André Breton a repris notamment avec ses homologues le concept du cadavre exquis qui consiste à dessiner un personnage composite, le premier participant réalisant la tête, le deuxième le corps, le troisième les jambes.

Les artistes ont également créé un jeu de cartes où chacun participe selon son style.

L’exposition présente un dessin collectif « pièce très rare », jamais montré au public, d’André Breton, Oscar Dominguez, Wifredo Lam et Jacqueline Lamba, réalisé dans cette villa.

Deux œuvres de Chagall ainsi que d’autres de Jacqueline Lamba, Jean Arp, Victor Brauner, Max Ernst sont aussi exposées: « nous avons voulu rendre hommage à cet homme qui est sorti de sa zone de confort et n’avait aucune raison d’aller ainsi risquer sa vie », dit Marie Deparis-Yafil, scénographe de l’exposition.

Symboliquement, l’événement, prévu du 4 juillet au 19 octobre, est présenté dans le Lieu de mémoire du village de Chambon-sur-Lignon, dont les habitants ont reçu la médaille des Justes pour avoir sauvé de nombreux Juifs pendant la Seconde guerre mondiale.

Une plaque commémorative du sauvetage des Juifs dans le village de Chambon-sur-Lignon. (Crédit photo : Wikipédia / CC BY-SA 4.0)

Un héros très discret

Les autorités occupantes voient d’un très mauvais oeil » l’action du journaliste arrêté le 29 août 1941 puis expulsé vers la frontière espagnole d’où il rentre chez lui, rappelle Mme Polack.

« Il essaye d’alerter les Etats-Unis en tenant des conférences sur la politique du Département d’Etat qui ne donne pas assez de visas », raconte cette historienne de l’art spécialisée dans les spoliations d’œuvres d’art.

Mais « loin des honneurs que pourraient lui valoir cette action héroïque, extraordinaire, de justice, il est mis à l’écart et reprend un poste de professeur de latin ».

Dans les années 60, il reçoit la médaille de la Liberté, puis la France le décore du grade de chevalier de la Légion d’honneur en avril 1967, l’un des seuls honneurs reçus de son vivant. Il décède le 13 septembre 1967.

Le 5 février 1996, il est le premier Américain reconnu Juste parmi les nations. Et en 2023 une série « Transatlantique » a retracé sa vie sur Netflix.

Mais le combat de cet « Oskar Schindler de l’art », du nom de l’industriel allemand qui a sauvé plus de 1 000 juifs pendant la guerre, « est souvent méconnu. C’est un héros discret », souligne Mme Polack.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.