Le coût de la vie en Israël parmi les plus élevés du monde
Rechercher

Le coût de la vie en Israël parmi les plus élevés du monde

Alors que les salaires sont en hausse, Israël est toujours l’un des pays les plus chers, selon le rapport annuel du Centre Taub

Un nouveau centre commercial dans le centre de Tel Aviv, le 29 juin 2017. (Nati Shohat/Flash90)
Un nouveau centre commercial dans le centre de Tel Aviv, le 29 juin 2017. (Nati Shohat/Flash90)

Un rapport de fin d’année publié mercredi a révélé que le coût de la vie en Israël est parmi les plus élevés des pays développés.

Le rapport “State of the Nation 2017” du Centre Taub montre que si l’emploi et les salaires ont augmenté au cours des 12 derniers mois, « le niveau des prix en Israël reste parmi les plus élevés des pays de l’OCDE ».

Le rapport montre que l’indice des prix d’Israël est de 23 % plus élevé que la moyenne des pays de l’Organisation pour la coopération et le développement économique, un club de pays développés ou en voie de développement, regroupant de riches nations occidentales comme les Etats-Unis, la France, l’Allemagne et le Luxembourg.

Seuls la Suisse, l’Islande, la Norvège, le Danemark, l’Australie et la Nouvelle-Zélande auraient des indices de prix plus élevés, selon le rapport.

Le coût élevé de la vie en Israël et la flambée des prix de l’immobilier sont une préoccupation majeure depuis des années, provoquant des protestations à grande échelle et des promesses de réformes gouvernementales visant à faire baisser le prix des loyers.

Des tentes sur le boulevard de Rothschild contre le prix des logements – 2 mars 2015 (Crédit : Melanie Lidman

« Le prix des logements continue d’augmenter à un rythme plus rapide que celui des loyers, ce qui rend moins intéressant le fait d’être propriétaire », constate le rapport.

L’augmentation du salaire moyen a conduit à une « augmentation impressionnante de la consommation » et à une amélioration du niveau de vie. Néanmoins, un grand segment du marché du travail souffre encore d’une faible productivité et de bas salaires, toujours selon le rapport.

A long terme, le rapport prévoit que le taux de croissance économique devrait ralentir, en raison d’un pourcentage plus faible de la population en âge de travailler, et d’une augmentation démographique dans les populations ayant des taux d’emploi relativement bas et n’ayant pas les compétences nécessaires au marché de l’emploi moderne.

Dans la communauté ultra-orthodoxe, les taux d’emploi ont continué d’augmenter. De 2008 à 2013, le nombre de travailleurs ultra-orthodoxes a augmenté de 9 %, 73 % pour les femmes et 36 % pour les hommes.

Le rapport a également constaté que l’espérance de vie des Arabes en Israël était la plus élevée du monde arabo-musulman, à 79 ans. Cependant, il est derrière celui des Israéliens juifs (82,7 ans) et de la moyenne de l’OCDE (81,6 ans).

Les musulmans en Israël ont également un taux de mortalité infantile beaucoup plus élevé que les juifs, avec 7,5 décès pour 1 000 naissances, contre 2,7 pour les juifs, 3 pour les chrétiens et 3,4 pour les druzes.

« La mortalité infantile en particulier, et la longévité en général, sont liées à la situation socio-économique de la population. Ces chiffres montrent aussi que les Arabes en Israël sont mieux lotis que ceux des autres pays arabo-musulmans », peut-on lire dans le rapport.

Selon le rapport, le gouvernement contribue 15 % de moins aux soins de santé que la moyenne de l’OCDE, entraînant une augmentation des dépenses privées de santé, principalement par le biais de régimes d’assurance privés.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...