Le coût des scrutins de septembre et mars estimé à 1,2 milliard de NIS
Rechercher

Le coût des scrutins de septembre et mars estimé à 1,2 milliard de NIS

Selon les responsables des finances du gouvernement, les élections pour les 22e et 23e Knesset coûteront 1 263 000 000 de shekels aux caisses de l’État

Des bulletins de vote se trouvent sur une table dans un bureau de vote à Rosh Haayin, lors des élections législatives israéliennes du 17 septembre 2019. (Jack Guez/AFP)
Des bulletins de vote se trouvent sur une table dans un bureau de vote à Rosh Haayin, lors des élections législatives israéliennes du 17 septembre 2019. (Jack Guez/AFP)

La Commission des finances de la Knesset a appris mardi par des responsables des finances du gouvernement que le coût des deux élections qui ont suivi la course peu concluante d’avril atteindra quelque 1,2 milliard de shekels – sans compter les 6 milliards de shekels supplémentaires estimés perdus pour l’économie parce que le jour des élections est un jour chômé.

L’élection de la 22e Knesset le 17 septembre et la prochaine élection de la 23e Knesset le 2 mars coûteront 1 263 000 000 de shekels (316 millions d’euros) aux caisses de l’État, selon les responsables.

La répétition sans précédent des élections en septembre est la conséquence de l’échec du Premier ministre Benjamin Netanyahu à former une coalition après le scrutin législatif d’avril et son passage en force auprès de la Knesset pour qu’elle vote sa dissolution et convoque de nouvelles élections plutôt que de laisser son rival Benny Gantz tenter de rassembler un gouvernement.

C’est la première fois dans l’histoire d’Israël qu’une élection n’aboutit pas à la formation d’un gouvernement. Les deux responsables n’y sont pas non plus parvenus après la campagne de septembre, ce qui a déclenché la troisième consultation en 11 mois, prévue le 2 mars prochain.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...