Le COVID-19 force les Juifs de Halle à quitter leur synagogue pour les fêtes
Rechercher

Le COVID-19 force les Juifs de Halle à quitter leur synagogue pour les fêtes

La communauté d'Allemagne de l'Est, qui a continué à utiliser le bâtiment après l'attentat de Yom Kippour, devra utiliser d'autres locaux pour respecter la distanciation sociale

Des visiteurs à la synagogue de Halle le lendemain du jour où un homme armé a pris pour cible le lieu de culte en Allemagne de l'Est, le 10 octobre 2019. (Jens Schlueter/Getty Images/via JTA)
Des visiteurs à la synagogue de Halle le lendemain du jour où un homme armé a pris pour cible le lieu de culte en Allemagne de l'Est, le 10 octobre 2019. (Jens Schlueter/Getty Images/via JTA)

JTA – Le coronavirus, et non la tentative d’attentat de Yom Kippour par un homme armé il y a près d’un an, empêchera la communauté juive de Halle, en Allemagne, d’entrer dans sa synagogue pour les grandes fêtes de cette année.

La congrégation pratiquera son culte dans un espace municipal plus vaste, plus adapté à la distanciation sociale.

« Nous n’en sommes pas heureux, nous préférerions être dans notre synagogue, mais c’est la solution la plus pratique », a déclaré le président de la communauté, Max Privorozki, à la Jewish Telegraphic Agency.

La synagogue était pleine à craquer, avec une centaine de personnes en octobre dernier, lorsqu’un tireur suprémaciste blanc a tenté d’ouvrir la porte blindée du bâtiment à l’occasion de Yom Kippour. Il est jugé pour le meurtre de deux personnes qu’il a tuées près de la synagogue après avoir échoué à y entrer. Le tireur a filmé et retransmis en direct les tirs.

Des personnes éplorées allument des bougies le 10 octobre 2019 à la synagogue de Halle, en Allemagne de l’Est, au lendemain d’une fusillade antisémite mortelle. (Ronny Hartmann/AFP)

Les membres de la communauté juive de Halle, qui compte environ 500 personnes, étaient « impatients de passer Yom Kippour et les grandes fêtes dans la synagogue », a déclaré M. Privorozki.

« Le traumatisme n’est pas un problème – nous y venons à chaque Shabbat », a-t-il ajouté.

Mais en vertu des mesures d’urgence pour la distanciation sociale due au coronavirus, le bâtiment ne peut désormais accueillir que 19 personnes.

La communauté a déplacé ses rouleaux de la Torah vers le lieu de remplacement, qui a normalement une capacité de 400 personnes mais qui ne peut maintenant en accueillir que 80.

La police, qui a été critiquée pour ne pas avoir assuré la sécurité de la synagogue l’année dernière, gardera les deux points d’entrée du bâtiment municipal, a déclaré M. Privorozki.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...