Rechercher

Le directeur du Jeu de la Passion en Allemagne prend l’antisémitisme par les cornes

Jouée tous les 10 ans depuis 1634, la production attire des visiteurs du monde entier. Selon Christian Stückl, les changements apportés étaient nécessaires depuis longtemps

Les participants au Jeu de la Passion d'Oberammergau, qui raconte l'histoire du Nouveau Testament sur la mort et la résurrection de Jésus depuis 1634, chantent dans les coulisses à Oberammergau, en Allemagne, le 12 juillet 2022. (Crédit : Angelika Warmuth/picture alliance via Getty Images/JTA)
Les participants au Jeu de la Passion d'Oberammergau, qui raconte l'histoire du Nouveau Testament sur la mort et la résurrection de Jésus depuis 1634, chantent dans les coulisses à Oberammergau, en Allemagne, le 12 juillet 2022. (Crédit : Angelika Warmuth/picture alliance via Getty Images/JTA)

BERLIN (JTA) – Nichée dans les Alpes bavaroises, la ville d’Oberammergau a un grand titre de gloire : tous les 10 ans, elle accueille le célèbre Jeu de la Passion, qui raconte l’histoire de la mort et de la résurrection de Jésus dans le Nouveau Testament.

Elle le fait depuis le 17e siècle, quasiment sans exception. Le spectacle a lieu aujourd’hui, après un retard de deux ans dû à la pandémie. Environ un demi-million de spectateurs sont attendus dans la ville en cette fin de saison, le 2 octobre.

Au fil des siècles, la pièce – dans laquelle tous les rôles sont tenus par des résidents locaux – a été vecteur de la haine des Juifs la plus virulente et la plus fondée sur la religion en Allemagne, alimentant les théories de conspiration antisémites des années nazies et au-delà.

Mais les choses ont changé, disent les observateurs.

Les Juifs ne sont plus dépeints comme les éternels assassins de Jésus. La pièce souligne désormais la judéité de Jésus et de ses disciples et précise que seul le Romain Ponce Pilate – et non les Juifs – avait, à l’époque, le pouvoir de condamner Jésus à mort.

Ces changements ont été réalisés en grande partie grâce à l’engagement du metteur en scène du Jeu de la Passion, Christian Stückl, lui-même originaire du pays, qui a dirigé quatre cycles de la production. Il a travaillé avec des organisations juives, dont l’American Jewish Committee (AJC) et l’Anti-Defamation League (ADL), ainsi qu’avec des groupes éducatifs en Allemagne, pour sensibiliser à l’antisémitisme et remodeler le narratif.

Cette semaine, l’AJC a reconnu l’engagement de Stückl en lui décernant le prix Isaiah pour un leadership interreligieux exemplaire. Stückl a contribué à transformer le Jeu de la Passion en « un outil éducatif pour la réflexion sur l’après-Shoah des chrétiens et des Allemands », a déclaré le rabbin Noam Marans, directeur des relations interreligieuses et intergroupes de l’AJC, lors de la cérémonie de remise des prix qui s’est tenue mercredi à Oberammergau. Stückl a engagé un dialogue avec les dirigeants de l’AJC vers la fin des années 1980.

Lors de la cérémonie de remise du prix, il a déclaré que sa plus grande préoccupation, lorsqu’il est devenu le directeur de la pièce en 1990, était « d’éliminer l’antijudaïsme ».

Le Jeu de la Passion a vu le jour en 1634 en guise d’offrande religieuse pour empêcher le retour de la peste dans le village alpin. Conformément aux enseignements de l’Église contemporaine, la pièce dépeignait les Juifs comme avides et déicides, les proclamant coupables à vie. Selon la légende locale, la peste n’est jamais revenue à Oberammergau, et pour que cela continue ainsi, la ville joue la pièce tous les dix ans.

La représentation actuelle, qui a débuté en mai de cette année, met en scène près de 2 000 habitants de la région jouant tous les rôles (ils ne sont pas tous sur scène en même temps). L’auditorium couvert peut accueillir 4 700 personnes et fait face à une scène en plein air encadrée par les montagnes. La plupart des hommes de la région qui participent au spectacle se laisseraient pousser la barbe et les cheveux pendant la saison.

Avant les représentations de cette année, Stückl a inauguré un pèlerinage en Israël pour les acteurs principaux. Il a essayé de voir la pièce à travers les yeux des spectateurs juifs, et à cette fin, il a rencontré des dirigeants et des étudiants juifs, raconte Jo Frank, directeur du Ernst Ludwig Ehrlich Studienwerk, un programme de bourses basé à Berlin pour les étudiants juifs doués. Les étudiants de l’ELES ont rencontré Stückl pour la première fois à Oberammergau il y a environ 11 ans, et ils se sont de nouveau réunis avec lui récemment, a déclaré Jo Frank.

Stückl les avait invités non seulement pour avoir des Juifs dans le public, mais aussi pour avoir leur avis avant et après.

« C’était vraiment impressionnant, parce qu’il essaie toujours de reformuler le texte de manière ciblée », a déclaré Frank lors d’un entretien téléphonique. « Et dans le cadre chrétien, c’est une tâche intéressante à entreprendre, parce que le Oberammergau Festspiele a toujours ce statut papal très étrange : l’idée que ce qu’ils montrent est fondamentalement la vérité. »

Dans ce contexte, changer les choses est « hautement louable ». Ce qu’il a fait, c’est réformer et déroger aux règles dans la mesure du possible. »

Cette année, Stückl a également engagé un acteur musulman, ce qui « aurait été impensable il y a dix ans », ajoute Frank. « Il mérite vraiment toutes les louanges qu’il reçoit ».

« Pendant plus de 300 ans, nous avons raconté l’histoire de Jésus dans un esprit qui a conduit aux préjugés et à la haine. Pendant plus de 1 900 ans, l’Église a raconté que les Juifs avaient assassiné Jésus », a déclaré M. Stückl lors de la cérémonie de remise du prix, notant qu’un rabbin américain qui a vu la pièce en 1901 – Josepf Krauskopf – en était ressorti découragé, doutant que les Juifs soient un jour « blanchis des accusations odieuses qui ont été portées contre [eux] ».

Il est douteux qu’une telle haine puisse être totalement éradiquée, mais Christian Stückl « a démontré le pouvoir d’un seul individu pour faire une énorme différence », a déclaré Marans.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...