Rechercher

Le directeur du Trésor demande de revoir l’opposition à l’accord pétrolier d’Eilat

8 élus ont accusé Ram Belinkov d'ignorer la décision de la Haute Cour selon laquelle le ministère de la Protection de l'environnement a le droit de prévenir tout risque dans le golfe

Une manifestation contre l'expansion des activités au port pétrolier de l'entreprise EAPC à Eilat, avec une bannière disant : "Arrêt immédiat de l'accord sur le pétrole," le 10 février 2021. (Crédit : Egor Iggy Petrenko/Coast Patrol)
Une manifestation contre l'expansion des activités au port pétrolier de l'entreprise EAPC à Eilat, avec une bannière disant : "Arrêt immédiat de l'accord sur le pétrole," le 10 février 2021. (Crédit : Egor Iggy Petrenko/Coast Patrol)

Un groupe de législateurs a réagi avec fureur dimanche à la proposition du directeur général du ministère des Finances de revoir le droit du ministère de la Protection de l’environnement à appliquer une politique de « risque supplémentaire nul » dans le golfe d’Eilat, région écologiquement sensible qui bloque un accord pétrolier controversé.

En décembre, trois organisations de défense de l’environnement ont retiré la pétition qu’elles avaient déposée devant la Haute Cour contre l’accord pétrolier après la déclaration du gouvernement selon laquelle il n’y aurait pas d’interférence avec la police du ministère de la Protection de l’environnement concernant l’ajout de risques.

Pourtant, le 10 février, le directeur du ministère des Finances, Ram Belinkov, a écrit une lettre à Yair Pines, son homologue au bureau du Premier ministre, demandant un examen complet du gouvernement et une discussion de la réglementation.

L’enjeu est un accord pétrolier très controversé signé entre la société publique Europe Asia Pipeline Company (EAPC) et un consortium commercial israélo-émirati appelé MED-RED Land Bridge.

Un protocole d’accord, signé en 2020, prévoyait que l’EAPC recoive le pétrole du Golfe dans son port pétrolier d’Eilat, sur la mer Rouge, dans le sud d’Israël, et le transporterait par des conduites terrestres jusqu’à Ashkelon, sur la mer Méditerranée, où il serait rechargé sur des pétroliers à destination de l’Europe.

Suite à la présentation de deux études de risques environnementaux jugées insatisfaisantes, le ministère de la Protection de l’environnement a informé l’EAPC en novembre qu’il n’accorderait pas les permis nécessaires à la mise en œuvre de l’intégralité du contrat, faisant ainsi échouer le contrat lucratif qui s’étendait sur dix ans.

En septembre, il avait déjà limité à six le nombre de pétroliers du Golfe pouvant accoster chaque année à Eilat, alors que l’EAPC souhaitait obtenir le feu vert pour 30. Le ministère a également limité à 2 millions de tonnes la quantité de pétrole pouvant être acheminée chaque année.

Ram Belinkov, le directeur général du ministère des finances, à une conférence de presse au ministère des finances à Jérusalem, le 30 août 2021. (Yonatan Sindel/Flash90)

Semblant se rallier à l’EAPC et à ses affirmations devant la Haute Cour selon lesquelles les risques environnementaux de l’accord seraient négligeables, M. Belinkov a décrit la politique du ministère de la Protection de l’environnement comme « n’étant pas une position raisonnable à adopter dans un pays civilisé ».

Réitérant son opinion précédemment exprimée selon laquelle le gouvernement ne devrait pas intervenir dans l’accord sur le pont terrestre MED-RED, il a déclaré que la politique environnementale affectait  » une activité économique importante, dont une partie est même essentielle pour l’économie et la sécurité de l’État « .

Faithful Warrior, un pétrolier faisant le plein au terminal EAPC d’Eilat, dans le sud d’Israël, du 8 au 9 janvier. (Mori Hen, de l’association à but non lucratif Desert and Sea Environment, Eilat)

« Comme on le sait, toute infrastructure essentielle peut avoir des implications environnementales. Une politique de risque zéro empêchera la création d’infrastructures essentielles pour Israël et l’exercice d’activités commerciales normales, avec toutes les conséquences négatives d’un frein au développement de l’État d’Israël », a déclaré M. Belinkov.

Il a ajouté qu’il n’y avait aucun moyen de savoir si le ministère de la Protection de l’environnement prendrait des mesures similaires ailleurs dans le pays pour des raisons de risque environnemental.

Le ministère, a-t-il accusé, « a décidé, de son propre chef, et sans aucune discussion sur les implications avec les autorités compétentes, d’une politique de risque zéro concernant tous les organismes opérant dans le golfe d’Eilat ».

Dans leur réponse dimanche, les huit membres de la Knesset ont accusé Belinkov d’ignorer l’arrêté de la Haute Cour sur la non-intervention dans la politique de risque du ministère de la Protection de l’environnement pour le Golfe.

Ils ont suggéré qu’au lieu de procéder à un examen de la politique du ministère, le gouvernement devrait se concentrer sur le bilan de pollution de l’EAPC et sur la manière de mettre fin aux violations répétées de l’environnement.

Du pétrole répandu dans le désert dans la réserve naturelle d’Evrona, le 7 décembre 2014. (Crédit : Porte-parole du ministère de la protection environnementale/Roi Talbi)

L’EAPC, qui a déclaré que la probabilité d’une fuite dans un tuyau transportant du carburant vers un navire était si faible qu’elle ne se produirait qu’une fois tous les 1 111 ans, a une mauvaise réputation en matière de pollution.

Elle est responsable de la plus grande catastrophe environnementale de l’histoire d’Israël en 2014, lorsqu’un de ses pipelines s’est fissuré, déversant quelque 1,3 million de gallons de pétrole brut dans la réserve naturelle d’Evrona, dans le sud du pays.

La semaine dernière, elle a été condamnée par un tribunal de Beer Sheva, ainsi que plusieurs anciens hauts fonctionnaires, dont le directeur général, pour avoir pollué le ruisseau Zin, dans le sud d’Israël, à deux reprises en 2011.

Cette photo prise le 10 février 2021 montre une vue de la vie marine sur un récif corallien dans les eaux de la mer Rouge, au large de la côte de la ville portuaire d’Eilat, dans le sud d’Israël. (MENAHEM KAHANA / AFP)

Eilat abrite des récifs coralliens importants pour la planète, qui semblent plus résistants au réchauffement des océans que les récifs d’autres régions du monde, comme l’Australie. Les récifs et les eaux claires de la mer Rouge sont à la base de l’industrie touristique d’Eilat.

L’ancienne et l’actuelle ministre de la Protection de l’environnement, l’Autorité israélienne de la nature et des parcs, les autorités côtières locales, un forum regroupant une vingtaine d’organisations environnementales, des dizaines de scientifiques, les habitants d’Eilat et les citoyens qui, jusqu’à la décision de la Haute Cour, ont organisé des manifestations hebdomadaires dans tout le pays pour protester contre l’accord pétrolier.

Le ministère de la protection de l’environnement, qui doit effectuer lundi un exercice dans la mer au large d’Eilat pour se préparer à une future pollution pétrolière, a déclaré en réponse à la lettre de Belinkov qu’il n’avait rien de nouveau à ajouter.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...