Rechercher

Le domicile d’un maire arabe israélien visé par des tirs

Le suspect de 40 ans a été arrêté à Kafr Yasif ; l'incident n'a fait aucun blessé

Le maire de Kafr Yasif, Shadi Shweiri (Capture écran / Elhmra TV)
Le maire de Kafr Yasif, Shadi Shweiri (Capture écran / Elhmra TV)

Le domicile du maire de Kafr Yasif, Shadi Shweiri, a été la cible de tirs dimanche soir, ont rapporté des médias arabes israéliens.

Shadi Shweiri et sa famille n’étaient pas présents chez eux au moment de la fusillade, d’après le site d’information Kul al-Arab, notant qu’elle n’a fait aucun blessé.

Kafr Yasif est un village à majorité chrétienne situé près d’Akko dans le nord d’Israël.

La police israélienne a fait savoir dans un communiqué lundi qu’elle avait été informée de l’incident hier soir à 23 heures.

Un suspect, un résident de Kafr Yasif âgé de 40 ans, a été interpelé quelques heures plus tard et comparaîtra devant le tribunal d’Akko pour une audience de prolongation éventuelle de sa détention.

Plusieurs sites d’information arabes israéliens ont rapporté que des hommes armés ont ouvert le feu lundi matin sur des véhicules et des maisons d’Arraba, un village de Galilée situé à proximité de Sakhnin.

Sur des photos publiées par le site Panet, on peut voir des voitures et une maison dégradées par les tirs.

A Ramle, des centaines de personnes manifestent contre les violences dans la communauté arabe israélienne, le 15 octobre 2019 (Crédit : Liste arabe unie)

Un porte-parole de la police n’a pas encore répondu à nos demandes de commentaires au sujet de l’incident, mais Panet a indiqué qu’une enquête avait été ouverte.

Ces dernières semaines, de très nombreux Arabes israéliens ont pris part à des manifestations contre la violence dans leurs communautés, appelant les autorités à en faire plus pour l’endiguer.

Les Arabes israéliens ont été mêlés à un plus grand nombre de fusillades que les Juifs ces dernières années. D’après un rapport du contrôleur de l’État publié en 2018, les Arabes israéliens ont été responsables de 17,5 fois plus de délits liés aux armes à feu que les Juifs entre 2014 et 2016.

Alors que de nombreux responsables politiques et militants arabes israéliens estiment que la police israélienne n’en fait pas assez pour lutter contre le phénomène, les responsables de la sécurité avancent qu’ils ont du mal à gagner la confiance des Arabes israéliens pour les faire coopérer à leurs enquêtes.

Ayman Odeh, président de la Liste arabe unie, en conférence de presse à Nazareth, le 27 juillet 2019. (Crédit : Flash90)

Le chef de la Liste arabe unie Ayman Odeh a appelé à « une décision du gouvernement et un vaste plan pour éradiquer la violence et le crime au sein de la société arabe ».

Depuis début octobre, Ayman Odeh, d’autres députés de la formation et des responsables locaux arabes israéliens rencontrent de nombreux représentants de la loi et des forces de l’ordre pour discuter de la question.

Lors d’une de ces rencontres organisées le 11 octobre, le ministre de la Sécurité publique Gilad Erdan et des membres de la Liste arabe unie, les deux camps ont convenu que 600 agents de police supplémentaires soient mobilisés dans les communautés arabes pour lutter contre le crime, avait rapporté le site Ynet à l’époque.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...