Le gouvernement impose un couvre-feu nocturne pour la fête de Pourim
Rechercher

Le gouvernement impose un couvre-feu nocturne pour la fête de Pourim

De jeudi à dimanche matin, les rassemblements de plus de dix personnes dans un endroit fermé et de plus de 20 personnes en extérieur seront interdits

Des Israéliens en costume dansent  avant la fête de Pourim à Efrat, à Gush Etzion, le 12 février 2021. (Crédit : Gershon Elinson/Flash90)
Des Israéliens en costume dansent avant la fête de Pourim à Efrat, à Gush Etzion, le 12 février 2021. (Crédit : Gershon Elinson/Flash90)

Le gouvernement israélien a décidé d’imposer à partir de jeudi un couvre-feu nocturne à l’occasion des célébrations de la fête de Pourim pour éviter une hausse des contaminations au coronavirus.

Le couvre-feu sera imposé de 20H30 locales (18H30 GMT) à 05H00 (03H00 GMT) de jeudi à dimanche matin, a indiqué mardi un communiqué conjoint du bureau du Premier ministre et du ministère de la Santé.

Durant ces trois jours, les rassemblements de plus de dix personnes dans un endroit fermé et de plus de 20 personnes en extérieur seront interdits, selon le communiqué.

La fête de Pourim qui sera célébrée jeudi soir et vendredi marque selon la tradition juive, la victoire des Juifs contre un vizir de l’empire perse, Haman, au 5e siècle avant l’ère commune.

Elle est traditionnellement l’occasion de défilés carnavalesques, de soirées costumées et de grands rassemblements populaires.

L’année dernière, les autorités ont interdit les rassemblements lors de cette fête alors que la pandémie en était à ses débuts mais les restrictions n’ont pas été suivies par l’ensemble de la population, provoquant un pic de contaminations dans les semaines qui ont suivi.

Israël a rouvert dimanche les centres commerciaux et les commerces de rue pour l’ensemble de la population dans le cadre de son troisième déconfinement depuis le début de la pandémie.

L’État hébreu a déjà administré les deux doses du vaccin Pfizer/BioNTech à trois millions de personnes, un tiers de sa population, et la première dose à la moitié de la population.

Près de 760 000 cas de COVID-19 ont officiellement été enregistrés dans le pays, dont 5 634 décès, depuis le début de la pandémie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...