Israël en guerre - Jour 138

Rechercher

Les évacués du sud de retour chez eux d’ici septembre – source

Les habitants des villes situées à 4 à 7 kilomètres de la frontière de Gaza devraient rentrer chez eux d'ici le 1er mars ; les communautés les plus durement touchées le 7 octobre pourraient attendre 2 ans

Une maison de Sderot touchée par des tirs de roquettes en provenance de la bande de Gaza, le 21 octobre 2023. (Crédit : Municipalité de Sderot)
Une maison de Sderot touchée par des tirs de roquettes en provenance de la bande de Gaza, le 21 octobre 2023. (Crédit : Municipalité de Sderot)

Le gouvernement se prépare à achever la réinstallation de presque toutes les communautés évacuées de la région frontalière de Gaza d’ici septembre, a appris The Times of Israel.

Les personnes évacuées dont les maisons se trouvent dans un périmètre de 4 à 7 kilomètres de la frontière commenceront à revenir dans la seconde moitié de février, a déclaré une source impliquée dans la planification de la stratégie de réinstallation à The Times of Israel mercredi, parlant sous condition d’anonymat car elle n’est pas autorisée à divulguer des plans non finalisés.

Les localités situées à moins de quatre kilomètres de la frontière ne seront complètement repeuplées qu’en août, sauf pour quelques communautés particulièrement touchées lors de l’attaque du 7 octobre par le Hamas, notamment Nir Oz et Kfar Aza, qui mettront beaucoup plus de temps, jusqu’à deux ans, pour être reconstruites et réinstallées, a ajouté la source.

« Notre objectif est d’aider certains adultes célibataires à revenir dans le secteur des quatre kilomètres dès avril, mais les familles avec enfants ne seront probablement pas invitées à revenir avant la fin août », a déclaré la source.

Sderot, une ville qui représente environ la moitié des quelque 60 000 évacués du sud, sera considérée dans son ensemble comme située à moins de quatre kilomètres de la frontière, même si certaines parties en sont plus éloignées, a ajouté la source.

Le gouvernement encourage déjà les évacués à retourner dans les villes situées dans un périmètre de 4 à 7 kilomètres. Depuis dimanche, ils peuvent bénéficier d’une subvention d’environ 6 000 shekels par adulte par mois, et la moitié de cette somme pour les enfants, s’ils résident dans leur ville natale jusqu’au 1er février au lieu de profiter d’un logement financé par l’État ailleurs. Ceux qui restent tout au long de février recevront une autre subvention d’environ la même somme, avec un plafond de 18 000 shekels par foyer par mois.

Moshe Edri, chef de l’autorité de Tekuma, assiste à une cérémonie de signature dans les bureaux de l’autorité dans la région de Sorek, le 24 décembre 2023. (Autorisation de l’autorité de Tekuma)

Cependant, de nombreux évacués estiment qu’ils ne peuvent pas revenir car les écoles de la région ne sont pas opérationnelles, a rapporté le site d’information The Marker.

Les évacués qui ne souhaitent pas rentrer chez eux sont éligibles à un logement financé par le gouvernement au moins jusqu’à fin février. Le gouvernement prévoit de cesser de fournir ces logements à la fin février pour les communautés situées dans un périmètre de 4 à 7 kilomètres et au plus tard le 1er septembre pour celles situées dans le périmètre de quatre kilomètres, sauf les communautés gravement touchées, dont le kibboutz Beeri.

Des journalistes inspectent ce qui reste de l’une des nombreuses maisons incendiées à Beeri, le 1er janvier 2024. (Crédit : Canaan Lidor/Times of Israel)

Les personnes qui reviennent après ces dates respectives ne seront pas éligibles à une subvention.

Le gouvernement part du principe que toutes les personnes évacuées finiront par revenir, comme l’attestent les documents des plans de réinstallation vus par The Times of Israel. De nombreux évacués, y compris des communautés entières, travaillent déjà à leur retour et promettent de le faire dès que possible.

Mais toutes les communautés évacuées ne sont pas unanimes. Il n’y a pas de consensus sur le retour au lieu physique de Nir Oz, un kibboutz où les terroristes du Hamas ont assassiné ou kidnappé environ un tiers de la population de 400 personnes le 7 octobre, a déclaré la responsable de réinstallation de ce kibboutz, Maya Argov, à The Times of Israel mercredi.

Maya Argov et Jonathan Dekel-Chen dans l’un des immeubles de Kiryat Gat où résident les survivants du kibboutz Nir Oz, photographiée ici le 3 janvier 2024. (Crédit : Canaan Lidor/Times of Israel)

« Il y a toute une gamme d’opinions quant au retour », a-t-elle déclaré à Kiryat Gat, où 80 % des survivants séjournent temporairement dans plus de 130 appartements répartis dans six immeubles du nouveau quartier de Karmei Gat. Les survivants ont emménagé là-bas cette semaine après avoir vécu dans un hôtel à Eilat pendant près de trois mois.

« Nir Oz est en grande partie ruiné. Incendié. Le sentiment d’être chez soi, le sentiment de sécurité, après l’abandon par l’armée et l’État, n’a pas été rétabli pour de nombreux membres de la communauté, et il y a maintenant de sérieuses discussions sur la perspective de retourner », a déclaré Argov.

L’un des immeubles de Kiryat Gat où résident les survivants du kibboutz Nir Oz, photographiée ici le 3 janvier 2024. (Crédit : Canaan Lidor/Times of Israel)

L’État fournit également un logement à environ 50 000 évacués du nord. Le groupe terroriste Hezbollah cible des villes près de la frontière avec le Liban depuis le début de la guerre avec Gaza le 7 octobre, après que quelque 3 000 terroristes du Hamas ont envahi Israël, tuant environ 1 200 personnes et en enlevant 240 autres, entre autres crimes de guerre et atrocités.

L’armée israélienne a lancé une incursion massive dans la bande de Gaza, au cours de laquelle au moins 22 000 personnes ont été tuées, selon des statistiques non confirmées fournies par le Hamas. Le chiffre est censé inclure des milliers de terroristes que les forces israéliennes auraient tués, ainsi que des civils tués par des roquettes palestiniennes qui ont dévié de leur trajectoire et sont retombés dans l’enclave.

Les escarmouches au Liban ont fait quatre morts civils du côté israélien, ainsi que la mort de neuf soldats de l’armée israélienne. Les troupes israéliennes ont tué au moins 147 membres du Hezbollah, selon l’organisation terroriste.

Des enquêteurs se tenant prêt dans un immeuble où une frappe imputée à Israël a tué le chef terroriste du Hamas, Saleh al-Arouri, dans la banlieue sud de Beyrouth, un bastion du Hezbollah, au Liban, le 3 janvier 2024. (Crédit : Hussein Malla/AP Photo)

Les communautés du nord évacuées et fournies en logements temporaires financés par le gouvernement ne sont pas encouragées à rentrer chez elles pour le moment et ne sont pas éligibles à une subvention de réinstallation. On s’attend à ce qu’elles restent déplacées au moins jusqu’à la fin de février, a ajouté la source.

La frontière israélo-libanaise près du village de Shlomi, en décembre 2023. (Crédit : Diana Bletter)

Cette semaine, 19 villages et moshavim près de la frontière nord, dont les résidents ne sont pas reconnus comme évacués et ne sont donc pas éligibles à des indemnités, ont saisi la Haute Cour de justice pour les contraindre à leur accorder une telle reconnaissance. Les pétitionnaires soutiennent qu’ils relèvent de l’ordre d’évacuation pour les lieux situés à moins de 5 kilomètres qui a été appliqué à beaucoup de leurs villages voisins.

L’Autorité nationale des urgences a déclaré que les évacuations dans le nord sont décidées par le ministère de la Défense, qui a refusé – citant des « considérations opérationnelles » – de dire pourquoi il a exclu ces 19 localités de la liste des évacuées.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.