Rechercher

Le Grand Rabbinat interdit les sacrifices au Mont du Temple

Le rabbin Shmuel Rabinovitch a réitéré l'interdiction après l'interpellation de plusieurs extrémistes qui projetaient de sacrifier des chèvres

Rabbi Shmuel Rabinowitz, rabbin du mur Occidental, prie avant une audience à la Cour Suprême de Jérusalem qui autoriserait les femmes à lire dans les rouleaux de la Torah au mur Occidental, le 28 décembre 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Rabbi Shmuel Rabinowitz, rabbin du mur Occidental, prie avant une audience à la Cour Suprême de Jérusalem qui autoriserait les femmes à lire dans les rouleaux de la Torah au mur Occidental, le 28 décembre 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le grand rabbin du Mur occidental a réitéré, vendredi, l’interdiction faite aux Juifs d’effectuer des sacrifices sur le Mont du Temple, après l’interpellation de plusieurs extrémistes qui projetaient de sacrifier une chèvre sur le lieu saint de la Vieille Ville de Jérusalem.

« Apporter un sacrifice au Mont du Temple est contraire à la décision du Grand Rabbinat d’Israël », a déclaré le rabbin Shmuel Rabinovitch dans un communiqué.

Rabinovitch a rappelé qu’il était interdit d’apporter des animaux – à l’exception des chiens guides – au Mur occidental, en vertu des règles de la fondation gestionnaire des lieux et d’autres lieux saints, qu’il dirige.

Ce rappel fait suite à l’interpellation, la veille, de six membres du groupe « Retour au mont » qui projetaient un sacrifice au Mont du Temple avant Pessah, qui commence ce soir.

Comme les années précédentes, les autorités israéliennes se sont engagées à réprimer toute tentative d’introduire des animaux sacrificiels dans le complexe.

Les provocations des activistes juifs ont suscité des menaces de la part du Hamas, déclarant qu’il ne permettrait « jamais, au grand jamais » aux Juifs de pratiquer des sacrifices sur le Mont. Les factions terroristes de Gaza se sont, par ailleurs, réunies pour évoquer une réaction commune aux prétendues « agressions ».

Le Mont du Temple, qui abrite la mosquée Al-Aqsa, est le troisième site le plus saint de l’islam et le site le plus saint du judaïsme.

Un mouton est transporté en vue de la cérémonie du sacrifice pascal à Beit Orot à Jérusalem-Est, le 18 avril 2016. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Vendredi toujours, Rabinovitch a imploré les chefs religieux musulmans d’exhorter à l’arrêt immédiat des violents affrontements sur le Mont du Temple entre Palestiniens et la police.

« Cela nuit à l’essence-même de la foi et de la prière : cela ne peut être autorisé », a-t-il conclu.

Ces affrontements prolongent les tensions entourant le mois sacré musulman du Ramadan, dans le contexte plus large de violences croissantes en Cisjordanie où les forces de l’ordre israéliennes mènent des opérations en lien aux récents attentats terroristes.

Cette année, le Ramadan – qui est généralement considéré comme une période de tensions accrues – coïncide également avec Pessah et la fête chrétienne de Pâques, alimentant d’autant plus les inquiétudes, au moment où les fidèles des trois religions monothéistes convergent vers la Vieille Ville de Jérusalem pour y célébrer leur fête religieuse respective.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...