Le guide de la haine des Juifs du Daily Stormer révélé
Rechercher

Le guide de la haine des Juifs du Daily Stormer révélé

Des documents internes montrent la stratégie du site web néo-nazi pour diffuser son message : "Accusez toujours les Juifs"

Andrew Anglin, qui dirige le site Internet néo-nazi The Daily Stormer, portant un chapeau pro-Donald Trump après avoir approuvé le leader républicain (Crédit : Wikipedia / BFG101 / CC BY SA-4.0)
Andrew Anglin, qui dirige le site Internet néo-nazi The Daily Stormer, portant un chapeau pro-Donald Trump après avoir approuvé le leader républicain (Crédit : Wikipedia / BFG101 / CC BY SA-4.0)

Le guide du site web populaire néo-Nazi The Daily Stormer a fuité dans les médias, révélant comment le site internet fonctionne pour diffuser l’antisémitisme et l’idéologie raciste aux masses.

Le document de 17 pages obtenu par le Huffington Post montre que le créateur du Daily Stormer, Andrew Anglin, utilise la stratégie de propagande d’Adolf Hitler pour faire fonctionner le site internet.

« Première directive : accusez toujours les Juifs de tout », donne pour instruction une section du guide.

« Comme le dit Hitler, les gens sont perdus et découragés s’ils ont l’impression qu’il y a de multiples ennemis, explique le guide d’Anglin. Alors, tous les ennemis devraient être regroupés en un ennemi, les Juifs ».

On ajoute : « C’est objectivement assez vrai dans tous les cas, mais nous ne voulons laisser la place à aucun doute ».
Les Juifs « doivent toujours être considérés comme du pur mal biologique ».

Les instructions d’Anglin encouragent spécifiquement les contributeurs du site à employer des termes désobligeants pour décrirer les femmes, et les appelle à « accuser le féminisme juif pour leur comportement ».

« Les femmes devraient être attaquées, mais il devrait toujours y avoir la mention que si elles n’étaient pas juives, elles agiraient normalement », a noté Anglin.

Le guide fait également le liste des insultes raciales qui sont « autorisées et que l’on conseille » d’utiliser sur le site internet. Pour qualifier les Juifs, Anglin recommande « youpin », « tueur du christ », alors qu’il suggère d’appeler les gens des autres groupes ethniques « singes » et « chicanos ».

Anglin affirme explicitement que The Daily Stormer n’est pas un « site de mouvement », mais un « site de rayonnement » qui vise à « diffuser le message du nationalisme et de l’antisémitisme aux masses ».

« L’objectif est de répéter sans arrêt les mêmes points, encore et encore. Le lecteur est d’abord attiré par la curiosité et l’humour malveillant, mais il arrive à voir la réalité en répétant continuellement les mêmes arguments. Nous pouvons adapter ces arguments en les appliquant aux événements actuels », explique le guide d’Anglin.

Over 12 million copies of 'Mein Kampf' have been sold. (photo credit: dccarbone/CC-BY, vi Flickr)
« Mein Kampf » (Crédit : dccarbone/CC-BY, via Flickr)

Le guide donne également l’instruction aux rédacteurs de lire la doctrine d’ Adolf Hitler sur la propagande de guerre qu’il met en avant dans son livre Mein Kampf pour mieux comprendre les efforts du site pour diffuser l’antisémitisme.

Anglin conseille également à ses rédacteurs de présenter leurs articles racistes d’une manière « lulz ».

« Le ton du site devrait être léger. La plupart des gens ne sont pas à l’aise avec du matériel qui semble écrit au vitriol, avec colère et une haine sans ironie, a dit Anglin. La personne qui n’est pas endoctrinée ne devrait pas pouvoir dire si nous plaisantons ou non. On devrait avoir l’impression que l’on se moque des stéréotypes des racistes haineux ».

Plus tôt cette année, le Daily Stormer a déplacé son domaine dans le dark web après que Google et GoDaddy l’ont mis hors ligne.

Les entreprises ont bloqué le site de leurs services après qu’il a publié un article salissant Heather Heyer, la victime de l’attaque à la voiture-bélier lors de la manifestation d’extrême droite à Charlottesville en Virginie en août. Les deux entreprises ont déclaré que le site ne respectait pas les conditions d’utilisation.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...