Le Hezbollah lance son jeu vidéo sur la guerre en Syrie
Rechercher

Le Hezbollah lance son jeu vidéo sur la guerre en Syrie

Ahmed est le héros d'un nouveau jeu vidéo sur le conflit en Syrie, conçu par le mouvement terroriste chiite libanais et dévoilé mercredi à Beyrouth

Un Libanais joue à un jeu vidéo créé par le groupe terroriste du Hezbollah appelé "Défense sacrée" dans une banlieue sud de Beyrouth le 27 février 2018. (AFP Photo/Joseph Eid)
Un Libanais joue à un jeu vidéo créé par le groupe terroriste du Hezbollah appelé "Défense sacrée" dans une banlieue sud de Beyrouth le 27 février 2018. (AFP Photo/Joseph Eid)

Arme au poing et muni de grenades, Ahmed passe d’une bataille à l’autre en territoire syrien : il est le héros d’un nouveau jeu vidéo sur le conflit en Syrie, conçu par le mouvement terroriste chiite libanais du Hezbollah et dévoilé mercredi à Beyrouth.

Le mouvement islamiste, militairement engagé en Syrie aux côtés du pouvoir de Bashar el-Assad contre rebelles et jihadistes, a organisé une cérémonie officielle mercredi en banlieue sud de Beyrouth, son bastion, pour présenter ce jeu vidéo baptisé « Défense sacrée – Protéger la patrie et les sanctuaires » religieux.

Le jeu reflète « l’expérience du Hezbollah en Syrie », affirme à l’AFP un des concepteurs Hassan Allam, rattaché à l’unité des médias électroniques au sein du mouvement terroriste, un département qui par le passé a conçu d’autres jeux vidéos en lien avec l’engagement du Hezbollah contre Israël en territoire libanais.

« L’idée a émergé à partir d’événements réels sur le terrain, aussi bien en Syrie qu’à la frontière libano-syrienne, et au Liban », ajoute-t-il.

Le jeu démarre avec l’entrée de son héros Ahmed dans le sanctuaire de Sayeda Zeinab, un haut lieu du chiisme qui abrite le mausolée de l’une des petites-filles du prophète Mahomet, et qui se trouve dans la banlieue de Damas.

Le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah prononce un discours télévisé lors d’une cérémonie tenue par le groupe terroriste à Beyrouth en commémoration de ses dirigeants assassinés, le 16 février 2018 (AFP Photo / Joseph Eid)

Le sanctuaire est bombardé par les rebelles et Ahmed, qui apparaît en habit militaire, dans une pièce dont l’un des murs arbore le portrait du chef du Hezbollah Hassan Nasrallah, prend alors les armes pour rejoindre ses frères de combats sur le champ de bataille.

A travers les différentes étapes du jeu, les concepteurs ont choisi de se focaliser notamment sur le groupe Etat islamique (EI), dont les inscriptions figurant sur son drapeau noir ont été floutées.

Le jeu vidéo, qui doit être commercialisé au prix de cinq dollars, cible essentiellement les jeunes partisans du mouvement terroriste chiite libanais.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...