Le Jihad islamique jure de venger ses trois terroristes tués par Tsahal
Rechercher

Le Jihad islamique jure de venger ses trois terroristes tués par Tsahal

L'organisation de Gaza dit savoir "comment réagir" après le bombardement meurtrier des chars israéliens en riposte à la bombe posée sur la clôture de la frontière

Des terroristes du Jihad islamique palestinien marchent lors d'un exercice près de la frontière avec Israël, à l'est de la ville de Khan Younès dans le sud de la bande de Gaza, le 27 mars 2018. (Abed Rahim Khatib/ Flash90)
Des terroristes du Jihad islamique palestinien marchent lors d'un exercice près de la frontière avec Israël, à l'est de la ville de Khan Younès dans le sud de la bande de Gaza, le 27 mars 2018. (Abed Rahim Khatib/ Flash90)

Le groupe terroriste du Jihad islamique palestinien a promis dimanche de venger la mort de trois de ses membres qui ont été tués plus tôt dans la journée quand Israël a frappé une position occupée par le groupe dans la bande de Gaza.

Le troisième Gazaoui blessé lors de l’attaque israélienne vient de succomber à ses blessures, a annoncé le porte-parole du ministère palestinien de la Santé dans l’enclave côtière.

Un char israélien a tiré sur la position du Jihad islamique en riposte à un engin explosif qui avait été placé le long de la clôture de la frontière de Gaza.

« Nous n’abandonnerons pas notre devoir envers le sang des martyrs qui a coulé du fait de l’occupation et nous savons comment répondre à cette escalade dangereuse », a indiqué le porte-parole du Jihad islamique palestinien.

Selon le ministère de la Santé de Gaza, dirigé par le Hamas, deux personnes ont été tuées et le terroriste grièvement blessé lors de la frappe israélienne, près de la ville de Rafah dans le sud de la bande de Gaza, vient de succomber à ses blessures.

Le ministère de la Santé de Gaza a fait savoir que les deux personnes tuées étaient Hussein al-Amour, 25 ans, et Abdul Haleem al-Naqa, 28 ans, et les médecins ont prononcé la mort du troisième, Naseem Marwan Al-Amour, 25 ans.

L’armée israélienne a indiqué que l’engin explosif artisanal, caché à l’intérieur d’une paire de pinces coupantes, a été placé le long de la clôture de sécurité samedi.

Un engin explosif artisanal, maquillé en pince coupante, est placé le long de la clôture de sécurité de Gaza le 27 mai 2018. (Armée israélienne)

L’armée israélienne a déclaré que l’engin explosif improvisé, caché à l’intérieur d’une paire de pince coupante, a été placé le long de la clôture de sécurité samedi.

« L’objectif consistait à blesser des soldats de l’armée israélienne en opération dans la zone. L’engin a été neutralisé ce matin par l’armée », ont fait savoir les militaires.

L’armée a utilisé un robot pour faire exploser le dispositif.

Le Jihad islamique palestinien qui a été pris pour cible par le tank surplombait la portion de la clôture où la bombe avait été découverte.

En général, l’armée israélienne cible des positions du Hamas en réponse aux attaques ou aux tentatives d’attaques depuis la bande de Gaza, le groupe terroriste gouvernant l’enclave côtière.

Le ciblage de la position du Jihad islamique palestinien indique probablement que l’armée possédait des renseignements spécifiques sur le fait que c’était bien ce groupe soutenu par l’Iran qui était à l’origine de cette attaque à l’explosif.

Des explosifs artisanaux qui, selon l’armée, ont été placés le long de la clôture de sécurité de Gaza par trois infiltrés palestiniens le 8 avril 2018. (Armée israélienne)

Au mois de février, quatre soldats avaient été blessés par un engin explosif artisanal qui avait été conçu pour ressembler à une hampe, qui avait été fixée à la clôture de sécurité. L’objet avait explosé lorsque les soldats avaient tenté de le retirer.

L’échange de dimanche matin a été le dernier d’une série d’incidents transfrontaliers au cours du week-end.

Des avions israéliens ont effectué une série de frappes contre les positions du Hamas dans le sud de la bande de Gaza dans la nuit de samedi, suite à une brèche dans la frontière plus tôt dans la journée, a indiqué l’armée.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...