Le journaliste de Haaretz démissionne après des accusations d’agression sexuelle
Rechercher

Le journaliste de Haaretz démissionne après des accusations d’agression sexuelle

L’annonce a eu lieu quelques heures après les critiques de Danielle Berrin contre le journaliste, qui n'a pas reconnu l’incident de 2014, et ne s’en est pas excusé

Le journaliste israélien Ari Shavit (Crédit : YouTube)
Le journaliste israélien Ari Shavit (Crédit : YouTube)

Le journaliste israélien chevronné Ari Shavit, qui travaillait pour Haaretz et la Dixième chaîne, a démissionné de ses postes après des accusations de harcèlement sexuel.

Shavit avait été suspendu après avoir reconnu avoir harcelé une journaliste il y a quelques années.

Une deuxième femme, ancienne employée de J Street, a déclaré dimanche qu’il lui avait caressée la main et l’avait harcelée à Baltimore en 2014.

« J’ai honte des erreurs que j’ai faite, par rapport aux gens en général et aux femmes en particulier », a déclaré Shavit dans un communiqué publié par Haaretz.

« J’ai honte de ne pas m’être comporté correctement pour ma femme et mes enfants. J’ai honte des conséquences de ce que j’ai fait », a-t-il déclaré.

Vendredi, Shavit avait annoncé prendre une « pause » dans son travail, suite à des accusations d’agression sexuelle à son encontre par la journaliste juive américaine Danielle Berrin.

« Aujourd’hui, il nous a informés que, suite aux publications récentes, il avait décidé de prendre une pause dans son travail de journaliste », a annoncé sur Twitter Noa Landau, éditrice de la version anglophone de Haaretz, au nom du journal.

Notant que Shavit « est un journaliste expérimenté ayant eu de nombreuses réussites au cours des 20 dernières années passées à travailler pour Haaretz ». Le communiqué du journal a cependant souligné que « Haaretz s’oppose fermement à toute forme de harcèlement sexuel. Un tel comportement est totalement inacceptable et doit être soigneusement combattu. Haaretz attend de tous ses employés qu’ils se comportent de manière professionnelle. »

L’annonce a eu lieu quelques heures après les critiques de Berrin, qui a fustigé Shavit pour ne pas avoir reconnu l’avoir agressée sexuellement, et ne pas s’en être excusé.

Danielle Berrin (Crédit : Facebook)
Danielle Berrin (Crédit : Facebook)

« Comme je l’ai dit dans mon article, il s’est engagé dans un comportement physiquement agressif, attrapant le bas de ma tête, se jetant sur moi pour un baiser, me tripotant, et faisant pression sur moi pour que j’entre dans sa chambre d’hôtel », a-t-elle écrit dans une réponse publiée vendredi dans le Jewish Journal de Los Angeles.

Elle a ajouté que « pendant toute notre interaction, il m’a touchée d’une manière dont je ne voulais pas être touchée, et j’ai eu peur pour ma sécurité. »

Jeudi, Shavit avait publié un communiqué en réponse à l’article publié par Berrin la semaine dernière, confirmant qu’il l’avait rencontrée en 2014, mais déclarant qu’il avait pensé que leur interaction avait été « courtoise », et avait été un « flirt », mais pas une agression sexuelle.

« Je m’excuse du plus profond de mon cœur pour cette incompréhension », a-t-il déclaré.

Berrin a fustigé vendredi la déclaration de Shavit.

« Que Shavit affirme qu’il s’agissait d’un ‘flirt’ n’est pas seulement maladroit, cela suggère que je participais à cela, quand j’en étais en fait la victime ; j’avais peur qu’il ne m’agresse plus encore si je ne m’échappais pas », a-t-elle écrit.

« Je suis ravie qu’Ari Shavit ait au moins reconnu qu’une rencontre avait eu lieu, a-t-elle poursuivi, […] mais Ari Shavit doit toujours s’excuser pour ce qu’il a réellement fait ; il ne s’est pas excusé pour avoir commis une agression sexuelle. »

Berrin n’avait pas cité le nom de Shavit dans son témoignage original, mais sa description de l’homme qu’elle accusait de l’avoir agressée, comme « un journaliste israélien chevronné » avec les yeux et les cheveux noirs et qui a récemment publié un livre influent correspondait à Shavit.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...